World Archaeological Congress-8 (28 août – 3 septembre 2016, Kyoto)

Dans le cadre de la Session « T10Q : Multidisciplinary approach in the definition of high-resolution events to interpret past human behaviour », Vandevelde S., Brochier J.É., Petit C., et Slimak L. présentent :

« When Sooted Concretions turn into Micro-chronological Archaeology. Establishment of occupations chronicles in Grotte Mandrin: rethinking the Middle to Upper Palaeolithic transition. »

Soot marks can be noticed in cavities’ concretions. These deposits, generally ignored, are perfectly suitable material for micro-chronological study of hominine activities in a site. In Grotte Mandrin (Mediterranean France) microscopic observation revealed parietal sooted crusts kept track of many occupations, which can be linked with archaeological units. Minimum Number of Occupations and occupations chronicles can be built out of these crusts. MNO, usually high, attest of the cumulative nature of each archaeological unit. This pioneering study shows that sooted concretions analysis provides high temporal resolution archaeology and allows here to rethink the MP/UP transition with an unmatched temporal resolution.

http://wac8.org

Radio Campus Paris – Quartier latin, quartier lointain ? (18 juin 2016)

Pour les Journées Nationales d’Archéologie 2016, l’émission de radio « Les pierres qui roulent », coordonée par Enora Gault et Léa Hermenault, vous propose une balade dans le quartier latin, par l’intermédiaire d’un croisement entre des sons d’hier et d’aujourd’hui. L’émission sera co-animée par des élèves de 3ème du collège Gustave Flaubert qui préparent actuellement un documentaire sur le quartier latin. Ils viennent nous présenter au micro leur projet. Au programme : balades sonores, chroniques humouristiques, lectures et bonne ambiance!

Les Pierres Qui Roulent est l’émission bimensuelle de médiation scientifique archéologique du Pôle Sciences de Radio Campus Paris. Elle se propose d’initier les publics aux pratiques et aux débats de la discipline archéologique autour d’interviews, de chroniques et d’expériences sonores. Pour plus d’informations sur cette émission : http://www.radiocampusparis.org/pierres/

Cette émission de radio est enregistrée en public au musée de Cluny le samedi 18 juin à 10h, et diffusée à 20h le soir même sur Radio Campus Paris (93.9 FM)

Premier forum de l’ED112 : réflexions sur LA TEMPORALITE (10 juin 2016, Paris)

Institut d’art et d’archéologie (3 rue Michelet, 75006 Paris, salle 303)

Modératrices : Aurélie Chantran et Ségolène Vandevelde /

HENRI-PAUL FRANCFORT : EN ARCHEOLOGIE ET DANS D’AUTRES TEMPS : QUELQUES LIBRES REFLEXIONS SUR LES TEMPORALITES /

BORIS VALENTIN : Temporalités et périodisations en préhistoire : quelques partis pris. /

CHRISTOPHE PETIT : La lecture du temps dans les archives archéologiques et environnementales. /

FRANCIS PROST : Les temps des archéologues, le temps des historiens d’art : objet, style, date en archéologieclassique. /

ANNE NISSEN : Le temps des archéologues, le temps des historiens. Repères et rythmes temporels dans l’archéologiemédiévale. /

PASCAL BUTTERLIN : Le temps retrouvé des tells. /

PATRICE BRUN et DOMINIQUE MICHELET : Un exemple récent d’approche transdisciplinaire du temps dans le cadredu Labex Dynamite

Journées Informatique et Archéologies de Paris (7 – 10 juin 2016)

Dans le cadre de ces journées scientifiques (organisées par Laurent Costa, François Djindjian et François Giligny), Léa Hermenault, présente le poster :

« Percevoir les rythmes d’évolution du bâti urbain parisien dans la seconde moitié du XVème siècle »

L’analyse de 107 transactions foncières (regroupements ou divisions parcellaires) qui ont lieu dans quelques quartiers de Paris dans la seconde moitié du XVème siècle, après la guerre de Cent Ans, permet d’envisager le rythme d’évolution de la trame parcellaire, dans un contexte de lente reprise économique, après une guerre civile dont une des conséquences fut l’effondrement du marché immobilier et donc la détérioration profonde du tissu urbain parisien. Étant donné qu’un regroupement ou une division parcellaire implique nécessairement une réorganisation du bâti, l’analyse de ces transactions permet d’appréhender, indirectement et localement, le rythme d’évolution des bâtiments. Datées le plus souvent imprécisément, ces transactions foncières nécessitent cependant des traitements statistiques pour pouvoir être analysées. Plusieurs méthodes élaborées dans le cadre du séminaire doctoral SITraDA ont été testées et sont présentées dans ce poster.

Programme

Congrès de la Société préhistorique de France (31 mai – 3 juin 2016, Amiens)

Lors du 28e congrès de la Société préhistorique de France, à Amiens les 31 mai – 3 juin 2016,  Quentin Borderie a présenté la communication suivante :

« Intérêt et potentiel du gisement pléistocène d’Illiers-Combray
(Eure-et-Loir) : Occupations humaines et cadre chronostratigraphique. »

Cinq opérations de diagnostic successives, conduites à Illiers-Combray de 2012 à 2015 par le Service d’archéologie du département d’Eure-et-Loir, ont permis l’identification de vestiges paléolithiques compris dans une séquence limoneuse de plateau, sur une aire de plus de 100 ha. Les découvertes ont été faites grâce au creusement de sondages profonds, jusqu’au substratum rocheux, tous les 25 à 50 m. Les vestiges lithiques sont présents à une profondeur comprise entre 0,70 m et 2 m, répartis sur l’ensemble de l’aire, isolés ou ponctuellement concentrés en amas de plusieurs dizaines de pièces. La séquence pléistocène est homogène et conservée sur la majorité du plateau. Elle se caractérise notamment par le développement de sols lessivés et la présence de pseudomorphoses de fentes de gel, ainsi que de fosses de déracinement d’arbre. L’approche géoarchéologique menée combine des analyses sédimentologiques, micromorphologiques et des datations OSL sur limon et TL sur artefacts chauffés. Les premiers résultats confirment l’intérêt du site. La séquence limoneuse présente trois cycles glaciaire-interglaciaire dont les plus récents couvrent le Saalien, l’Eémien et le Wechsélien. La série lithique
regroupe près de 300 pièces, identifiées dans un même horizon argilo-limoneux riche en concrétions ferro-manganiques. L’aspect très frais des vestiges et la présence de nombreux remontages et raccords témoignent de la bonne préservation des niveaux
archéologiques. L’analyse de ce mobilier suggère la concomitance de plusieurs chaînes opératoires de débitage, orientées vers la production d’éclats,de lames et de pointes. Une chaîne opératoire de façonnage est également attestée par la présence de bifaces. L’outillage sur éclat est faiblement représenté. Il se compose
principalement de racloirs et de quelques pièces sommairement retouchées. Au regard des données déjà collectées,il semble que la fouille de ce gisement pourrait constituer un jalon importantpour la connaissance du Paléolithique moyen. En effet, sa localisation, à la charnière entre les bassins versants de la Seine et de la Loire, viendrait avantageusement documenter un secteur clef pour la compréhension de la paléogéographie culturelle des populations néandertaliennes.

Festival du Film de Chercheur (31 mai – 5 juin 2016 ; Vandœuvre-lès-Nancy)

Parmis les films sélectionnés pour la compétition du Festival du Film de Chercheur 2016 : CRÉPUSCULE NÉANDERTALIEN POUR AUBE MODERNE. Un film de Rob Hope et Ludovic Slimak, réalisé par Rob Hope. 52’/France/2015/Y.N. Productions. Projection mercredi 1er juin à 14h – Ferme du Charmois. En présence des chercheurs (S. Vandevelde) et réalisateurs (R. Hope) du film. Entrée gratuite – tout public.

Enquête en territoire Néandertalien… Après 23 années de recherches archéologiques en moyenne vallée du Rhône, une série de découvertes inattendues viennent bouleverser nos connaissances sur la préhistoire du peuplement de l’Europe. Qui était le peuple Néronien : une nouvelle société émergente Néandertalienne, ou la premiere expression connue à ce jour de l’Homme Moderne? Nous suivons une équipe pluridisciplinaire du CNRS dirigé par Ludovic Slimak. Avec Ludovic Slimak, Tom Higham, Eske Willerslev, Laure Metz et Ségolène Vandevelde.

http://robhopefilms.com/crepuscule_neandertalien.html

Journées informatique et archéologies de Paris (7-10 juin 2016)

Dans le cadre du colloque, Rémi Mereuze et Jérôme Spiesser présentent la communication :

« PERSPECTIVES D’ENREGISTREMENT 3D D’UNE FOUILLE ARCHEOLOGIQUE SUR PLUSIEURS ANNEES : Le cas de la villa du « Grésil » (Seine-Maritime) »

L’étude de la villa gallo-romaine du « Grésil » a commencé en 2012 sous la forme d’une fouille programmée. Son objectif est d’analyser les vestiges archéologiques pour appréhender les productions agricoles de cet habitat rural et la gestion environnementale des propriétaires. Pour répondre à ces problématiques, le choix du site du « Grésil » est apparu comme une évidence puisque la végétation de l’ancienne forêt du Rouvray lui confère une excellente conservation, aussi bien en ce qui concerne les vestiges archéologiques que les données paléo-environnementales. Ce couvert forestier présente cependant un inconvénient majeur puisqu’il complexifie toute visualisation spatiale des vestiges. Il est en effet impossible de prendre des photographies aériennes à partir d’un avion ou d’un cerf-volant, et le relevé LiDAR ne possède pas une précision satisfaisante pour l’étude intra-site. Dès 2013, nous avons donc opté pour une nouvelle approche, à savoir la modélisation 3D de la fouille archéologique à partir de relevés photogrammétriques. Compte tenu de l’aspect novateur de cette approche, il a été décidé dans un premier temps de perfectionner la méthodologie de la prise de données et d’analyser la précision des modèles 3D.

Très rapidement, nous avons pu constater la rapidité et la fiabilité de cette technique. Avec une précision des mesures égale au relevé manuel mais pour un temps moindre, le relevé photogrammétrique nous a paru parfaitement adaptée au terrain, tant pour les structures que les stratigraphies. De plus, les éléments enregistrés en 3D pouvaient être facilement replacées dans l’espace du site sans nécessairement refaire appel à un topographe.

Nous avons donc décidé d’augmenter la place de la 3D durant les campagnes suivantes. En 2014, nous avons démarré le relevé de l’ensemble du site afin d’en produire une vue aérienne, impossible jusqu’alors à cause du couvert forestier, ainsi qu’aider à la réalisation du plan de masse. L’association des points calés par un topographe et des données photogrammétriques était suffisante pour obtenir un plan du site avec une précision allant du demi-mètre, pour les zones ne présentant pas de structures, à trois centimètres, pour les parties fouillées finement. Lors de l’année suivante, nous avons utilisé cette méthode pour chaque couche mise au jour. Ainsi, nous avons réalisé un SIG « 4D » sur lequel nous affichons les différentes étapes de fouilles. Ce dernier correspond à un double enjeu. D’une part, nous pouvons visualiser les étapes de fouilles et l’évolution des structures archéologiques dans le temps, d’autre part, nous pouvons aussi revenir sur les méthodes de fouille employées au cours des différentes campagnes.

Enfin, le modèle 3D obtenu nous a offert des possibilités nouvelles de visualisation du site que nous pourrons exploiter pour sa valorisation. Retravaillé et placé dans un moteur de rendu, le site virtuel devient visitable par tous. Le relevé par photogrammétrie systématique est ainsi utilisé à plusieurs niveaux, l’enregistrement précis de l’avancée des fouilles ainsi que conserver et garantir l’accès aux données dans le temps et permettre au grand

JIAP programme 2016

Atelier RurLand : Datation des réseaux parcellaires laténiens et gallo-romains (7 juin 2016, INHA, Paris)

Dans le cadre de cet atelier du programme européen RurLand (« Rural Landscape in north eastern Roman Gaul »), organisé par François Favory, Jérôme Spiesser présente la communication :

« APPARITION ET DISPARITION DES RESEAUX PARCELLAIRES GALLO-ROMAINS DANS LA BASSE VALLEE DE LA SEINE : Apports des données d’archéologies préventives et du Lidar »

Le développement du LIDAR a révélé ces dernières années la présence de nombreux réseaux de parcelles fossilisés sous les couverts forestiers dits anciens. Dans les forêts de la basse vallée de la Seine explorées grâce à un relevé lidar, la découverte d’habitats ruraux laténiens et gallo-romains à proximité de ces parcelles fossiles laisse supposer qu’ils ont fonctionné à ces périodes ; hypothèse qu’il faut vérifiée. A l’exception de quelques cas très particuliers, il est cependant difficile de les dater avec plus de précisions, puisque les limites parcellaires peuvent perdurer dans le temps, être remodelées, réorientées, disparaître du paysage voire être réactivées si l’emprise foncière est restée inchangée. L’une des clefs de datation de ces structures paysagères peut donc être la caractérisation des réorganisations et morphologies de ces réseaux parcellaires à l’échelle régionale.

Une première approche chronologique de ces phénomènes peut-être issue de l’analyse de la périphérie des nombreux habitats ruraux laténiens et gallo-romains fouillés ces 25 dernières années lors d’opérations archéologiques préventives dans la partie orientale de la Normandie. La caractérisation des réseaux parcellaires s’est faite en quantifiant les fossés datés par la fouille (dénombrement, calcul de leur longueur et de leur orientation). En comparant le volume de fossés parcellaires nouvellement creusés par rapport à ceux comblés, il est possible d’identifier les phases de création ou de disparition des fossés parcellaires. Sauf exceptions, comme l’habitat d’élite du Bois de Parville (27), aucun réseau de parcelles laténiens n’a été identifié sur de grande surface. L’occupation gauloise correspond à des habitats dispersés, parfois associés à une parcelle agricole isolée et ceinturée par un fossé. Il faut noter que ces établissements ont à l’échelle locale, une orientation similaire témoignant d’une certaine structuration commune (isoclinie), à l’image des nombreux habitats découverts sur la commune de Val-de-Reuil (27), ou ceux identifiés au cœur du plateau de Caux (76). Dans la basse vallée de la Seine, la structuration parcellaire semble réellement apparaître au milieu du Ier siècle après J.-C. Lorsqu’il existe une continuité de l’occupation entre La Tène finale et le Haut-Empire l’orientation du réseau parcellaire antique coïncide quasi-systématiquement avec celle de l’enclos ceinturant l’habitat gaulois. Les fossés de ces parcelles mis en place au début de l’Antiquité seront néanmoins en grande partie comblés à la fin du Haut-Empire, comme le montre la grande majorité des sites où l’occupation perdure pendant l’Antiquité tardive. Ce traitement des données régionales de l’archéologie préventives permet de proposer que l’évolution chronologique des structures parcellaires identifiées sous forêt mais rarement fouillées, peut en grande partie être rattachée à la période du Haut-Empire, à la condition qu’elles ne soient pas réactivées dans la première partie du Moyen-âge. Les premiers résultats de la fouille de la villa du « Grésil », localisée au centre de la forêt de La Londe/Rouvray, semblent appuyer cette hypothèse. La campagne prévue l’été 2016 apportera probablement de nouvelles données pour répondre à cette problématique.

Programme complet