Journées informatique et archéologies de Paris (7-10 juin 2016)

Dans le cadre du colloque, Rémi Mereuze et Jérôme Spiesser présentent la communication :

« PERSPECTIVES D’ENREGISTREMENT 3D D’UNE FOUILLE ARCHEOLOGIQUE SUR PLUSIEURS ANNEES : Le cas de la villa du « Grésil » (Seine-Maritime) »

L’étude de la villa gallo-romaine du « Grésil » a commencé en 2012 sous la forme d’une fouille programmée. Son objectif est d’analyser les vestiges archéologiques pour appréhender les productions agricoles de cet habitat rural et la gestion environnementale des propriétaires. Pour répondre à ces problématiques, le choix du site du « Grésil » est apparu comme une évidence puisque la végétation de l’ancienne forêt du Rouvray lui confère une excellente conservation, aussi bien en ce qui concerne les vestiges archéologiques que les données paléo-environnementales. Ce couvert forestier présente cependant un inconvénient majeur puisqu’il complexifie toute visualisation spatiale des vestiges. Il est en effet impossible de prendre des photographies aériennes à partir d’un avion ou d’un cerf-volant, et le relevé LiDAR ne possède pas une précision satisfaisante pour l’étude intra-site. Dès 2013, nous avons donc opté pour une nouvelle approche, à savoir la modélisation 3D de la fouille archéologique à partir de relevés photogrammétriques. Compte tenu de l’aspect novateur de cette approche, il a été décidé dans un premier temps de perfectionner la méthodologie de la prise de données et d’analyser la précision des modèles 3D.

Très rapidement, nous avons pu constater la rapidité et la fiabilité de cette technique. Avec une précision des mesures égale au relevé manuel mais pour un temps moindre, le relevé photogrammétrique nous a paru parfaitement adaptée au terrain, tant pour les structures que les stratigraphies. De plus, les éléments enregistrés en 3D pouvaient être facilement replacées dans l’espace du site sans nécessairement refaire appel à un topographe.

Nous avons donc décidé d’augmenter la place de la 3D durant les campagnes suivantes. En 2014, nous avons démarré le relevé de l’ensemble du site afin d’en produire une vue aérienne, impossible jusqu’alors à cause du couvert forestier, ainsi qu’aider à la réalisation du plan de masse. L’association des points calés par un topographe et des données photogrammétriques était suffisante pour obtenir un plan du site avec une précision allant du demi-mètre, pour les zones ne présentant pas de structures, à trois centimètres, pour les parties fouillées finement. Lors de l’année suivante, nous avons utilisé cette méthode pour chaque couche mise au jour. Ainsi, nous avons réalisé un SIG « 4D » sur lequel nous affichons les différentes étapes de fouilles. Ce dernier correspond à un double enjeu. D’une part, nous pouvons visualiser les étapes de fouilles et l’évolution des structures archéologiques dans le temps, d’autre part, nous pouvons aussi revenir sur les méthodes de fouille employées au cours des différentes campagnes.

Enfin, le modèle 3D obtenu nous a offert des possibilités nouvelles de visualisation du site que nous pourrons exploiter pour sa valorisation. Retravaillé et placé dans un moteur de rendu, le site virtuel devient visitable par tous. Le relevé par photogrammétrie systématique est ainsi utilisé à plusieurs niveaux, l’enregistrement précis de l’avancée des fouilles ainsi que conserver et garantir l’accès aux données dans le temps et permettre au grand

JIAP programme 2016

Atelier RurLand : Datation des réseaux parcellaires laténiens et gallo-romains (7 juin 2016, INHA, Paris)

Dans le cadre de cet atelier du programme européen RurLand (« Rural Landscape in north eastern Roman Gaul »), organisé par François Favory, Jérôme Spiesser présente la communication :

« APPARITION ET DISPARITION DES RESEAUX PARCELLAIRES GALLO-ROMAINS DANS LA BASSE VALLEE DE LA SEINE : Apports des données d’archéologies préventives et du Lidar »

Le développement du LIDAR a révélé ces dernières années la présence de nombreux réseaux de parcelles fossilisés sous les couverts forestiers dits anciens. Dans les forêts de la basse vallée de la Seine explorées grâce à un relevé lidar, la découverte d’habitats ruraux laténiens et gallo-romains à proximité de ces parcelles fossiles laisse supposer qu’ils ont fonctionné à ces périodes ; hypothèse qu’il faut vérifiée. A l’exception de quelques cas très particuliers, il est cependant difficile de les dater avec plus de précisions, puisque les limites parcellaires peuvent perdurer dans le temps, être remodelées, réorientées, disparaître du paysage voire être réactivées si l’emprise foncière est restée inchangée. L’une des clefs de datation de ces structures paysagères peut donc être la caractérisation des réorganisations et morphologies de ces réseaux parcellaires à l’échelle régionale.

Une première approche chronologique de ces phénomènes peut-être issue de l’analyse de la périphérie des nombreux habitats ruraux laténiens et gallo-romains fouillés ces 25 dernières années lors d’opérations archéologiques préventives dans la partie orientale de la Normandie. La caractérisation des réseaux parcellaires s’est faite en quantifiant les fossés datés par la fouille (dénombrement, calcul de leur longueur et de leur orientation). En comparant le volume de fossés parcellaires nouvellement creusés par rapport à ceux comblés, il est possible d’identifier les phases de création ou de disparition des fossés parcellaires. Sauf exceptions, comme l’habitat d’élite du Bois de Parville (27), aucun réseau de parcelles laténiens n’a été identifié sur de grande surface. L’occupation gauloise correspond à des habitats dispersés, parfois associés à une parcelle agricole isolée et ceinturée par un fossé. Il faut noter que ces établissements ont à l’échelle locale, une orientation similaire témoignant d’une certaine structuration commune (isoclinie), à l’image des nombreux habitats découverts sur la commune de Val-de-Reuil (27), ou ceux identifiés au cœur du plateau de Caux (76). Dans la basse vallée de la Seine, la structuration parcellaire semble réellement apparaître au milieu du Ier siècle après J.-C. Lorsqu’il existe une continuité de l’occupation entre La Tène finale et le Haut-Empire l’orientation du réseau parcellaire antique coïncide quasi-systématiquement avec celle de l’enclos ceinturant l’habitat gaulois. Les fossés de ces parcelles mis en place au début de l’Antiquité seront néanmoins en grande partie comblés à la fin du Haut-Empire, comme le montre la grande majorité des sites où l’occupation perdure pendant l’Antiquité tardive. Ce traitement des données régionales de l’archéologie préventives permet de proposer que l’évolution chronologique des structures parcellaires identifiées sous forêt mais rarement fouillées, peut en grande partie être rattachée à la période du Haut-Empire, à la condition qu’elles ne soient pas réactivées dans la première partie du Moyen-âge. Les premiers résultats de la fouille de la villa du « Grésil », localisée au centre de la forêt de La Londe/Rouvray, semblent appuyer cette hypothèse. La campagne prévue l’été 2016 apportera probablement de nouvelles données pour répondre à cette problématique.

Programme complet

Fouille de la villa gallo-romaine du « Grésil » (4 juillet-26 août 2016, Orival ; Seine-Maritime)

Cette dernière campagne de fouille sur la villa gallo-romaine du « Grésil », géré par Jérôme Spiesser,  aura pour objectif de documenter les espaces environnants la pars urbana de l’établissement. Un relevé Lidar réalisé en 2011 sur cette partie de la forêt du Rouvray à en effet mis en évidence la présence de parcelles fossilisées sous le couvert forestier actuel, à proximité de l’habitat antique. La nature de l’occupation de ces espaces reste à caractériser.

Pour en apprendre davantage sur la fouille

Congrès annuel de la Society for American Archaeology (6 – 10 avril 2016, Orlando, Floride)

Dans le cadre du symposium « Reconstructing resource availability, use, and management at Naachtun (Guatemala), a regional center of the Maya Classic period », organisé par Lydie Dussol (UMR 8096), la communication ci-dessous a été présentée par Lydie Dussol et Michelle Elliott :

« Charcoal analysis to reconstruct ancient wood economy at Naachtun »

Researchers have long considered that the relations between ancient Maya societies and their tropical forested landscape significantly affected social and environmental development throughout the Maya Lowlands. The lingering debate contrasting the hypothesis of a massive deforestation during the Classic period with models of careful environmental management has not been resolved, and places forest resources exploitation at the center of the rise and development of ancient Maya cities. In particular, wood is a substantial resource in subsistence economy, abundant in such environments but still exhaustible, and can therefore constitute a key economic and ecological indicator in the study of ancient societies.

In that context, the first objective of our research at Naachtun is to conduct a systematic and diachronic anthracological study of the site, in order to reconstruct the global wood economy and forest management strategies among ancient Maya through the Classic period. The second objective is to investigate specific uses of wood, particularly in ritual and funerary fires.

 

 

 

 

 

 

Séminaires d’archéologie du Centre : Données bioarchéologiques (Tours, 27 mai 2016)

Dans le cadre du séminaire d’archéologie du Centre, Gwenaëlle BOUTIN et Annelise Binois font une intervention lors de la séance « Données bioarchéologiques », organisée par Marie-Pierre Horard-Herbin (UMR 7324 CITERES-LAT), Bénédicte Pradat (Inrap).

« Les chiens médiévaux de la Courtille (Chartres) : rejets de cadavres ou épisodes de tuerie » par Rivière Julie (Direction de l’Archéologie de Chartres, UMR 7209), Boutin Gwenaëlle (MAE, Paris X) et Binois Annelise (doctorante, MAE, Paris X)

Sur le chantier de la Courtille à Chartres, une dizaine de squelettes de chiens a été exhumé d’un puits public, dont le comblement, essentiellement constitué de caillasses et pierres de fort module,
est daté du XIVe siècle.

Une première étude des squelettes a rapidement révélé une fréquence et une diversité remarquable d’anomalies ou pathologies osseuses.

Une analyse plus approfondie a donc été engagée afin de mieux caractériser les trajectoires individuelles de ces chiens, de leur vivant jusqu’à leur rejet dans le puits.

Ce travail est en cours d’achèvement.

Cette communication s’attardera principalement à présenter la méthodologie mise en place pour l’étude du corpus. La présentation des premiers résultats et leurs comparaisons avec des découvertes similaires devraient permettre de discuter la pertinence des interprétations.

Publication : The Use of Firewood in Ancient Maya Funerary Rituals: A Case Study from Rio Bec (Campeche, Mexico)

L’article « The Use of Firewood in Ancient Maya Funerary Rituals: A Case Study from Rio Bec (Campeche, Mexico) », écrit par Lydie Dussol, Michelle Elliott, Grégory Pereira et Dominique Michelet, a été paru dans la revue Latin American Antiquity, vol. 27, n° 1, mars 2016, pp. 51-73.

Vous pouvez trouver l’article complet ici

Résumé :

In this paper, we examine wood charcoal assemblages that were recovered from ash layers in Terminal Classic (A.D. 800–950) burials at the Maya site of Río Bec to understand the use of fuel wood in funerary rites. Compared to charcoal deposits from domestic and non-funerary contexts, the spectrum of wood taxa used in the burial deposits is unique, which suggests specific fire-related practices. Members of the Sapotaceae family and Cordia sp. dominated all contexts and were clearly primary fuels. In contrast, the use of pine (Pinus sp.), which does not grow locally today, was limited to ritual practices. In addition, it seems that a deliberate effort was made to maximize the taxonomic richness of the fuel wood used in burials. Funerary charcoal deposits appear to have been carefully and intentionally “composed” for burning during funerary rites. We propose that this practice materialized the relationship between fire, ash, and the cycles of life and death, which are often symbolized by plant life cycles in the worldview of ancient Maya societies. This study also emphasizes the contribution of anthracological (wood charcoal) analysis to the reconstruction of human behavior and the importance of systematic paleoethnobotanical sampling in funerary contexts.

Spanish
En este artículo se presentan los resultados del estudio de los carbones procedentes de depósitos de cenizas encontrados en contextos funerarios del Clásico Terminal (a.D. 800–950) en el sitio maya de Río Bec. Dichos vestigios son indicadores relevantes del uso de combustibles vegetales en los rituales funerarios. La comparación de estos materiales con los que proceden de contextos domésticos y rituales no-funerarios muestra que los taxones usados varían notablemente en función del tipo de actividades con las cuales se relacionan. Las leñas pertenecientes a la Familia Sapotaceae y a Cordia sp. fueron los principales combustibles, ya que predominan en todos los contextos. En cambio, el pino (Pinus sp.), que hoy no existe localmente, parece haber sido reservado a las prácticas rituales. Por otro lado, se observa una notable variedad taxonómica en los depósitos funerarios, la cual parece indicar una verdadera intencionalidad. Dichos depósitos fueron probablemente “compuestos” con cuidado y estuvieron expresamente destinados a ser quemados durante las ceremonias fúnebres. Se propone que este acto pudo haber simbolizado la relación entre el fuego, las cenizas y los ciclos de vida y muerte expresados a través de la metáfora del ciclo vegetal en uso entre los antiguos mayas. Este estudio hace hincapié en el potencial de los materiales antracológicos para la reconstrucción de los comportamientos humanos y demuestra la necesidad de tomar muestras arqueobotánicas sistemáticas en contextos funerarios.

 

CORPUS « Étude du mobilier métallique et de l’instrumentum » 6e table ronde (Clermont-Ferrand, 11 mars 2016)

Dans le cadre de la 6e table ronde du groupe de travail CORPUS, « Étude du mobilier métallique et de l’instrumentum », organisée par Amélie Berthon et Aurélie Ducreux, Bruno Desachy présente la communication :

« Construction des tableaux de données et initiation à leur information statistique »

Il s’agit de montrer comment préparer un tableau de données afin d’en tirer un maximum d’informations, de rappeler quelques notions de caractérisation de l’information statistique contenue dans le tableau, de présenter brièvement les techniques d’analyse de données qui peuvent être mises en oeuvre, et de voir quelques exemples concrets de présentation de résultats sous forme graphique. Cette présentation méthodologique vise à fournir quelques clés d’organisation des données surtout lorsque celles-ci dépassent plusieurs centaines de restes ou d’individus.

Programme complet

Émission : Retour vers le futur : l’archéologie du récent ( 20h le jeudi 10 mars sur Radio Campus Paris, 93.9 FM)

Dans le cadre de la troisième émission de l’année 2015-16, « Les Pierres Qui Roulent » vous propose de découvrir l’archéologie des périodes récentes. Alban Horry (INRAP, UMR 7041 ArScAn équipe « Archéologies Environnementales ») y présentera les apports de quelques unes des études qu’il a réalisées sur des sites datés de la période moderne et contemporaine.

Les Pierres Qui Roulent est l’émission bimensuelle de médiation scientifique archéologique du Pôle Sciences de Radio Campus Paris (93.9 FM), co-animée par Enora Gault, Léa Hermenault et Lydia Papandréou. Elle se propose d’initier les publics aux pratiques et aux débats de la discipline archéologique autour d’interviews, de chroniques et d’expériences sonores. Pour plus d’informations sur cette émission : http://www.radiocampusparis.org/pierres/

Journées archéologiques de la région Centre-Val-de-Loire (26 & 27 février 2016, Blois)

Dans le cadre des Journées archéologiques de la région Centre-Val de Loire 2016, Quentin Borderie  présente la communication :

« Les pieds sur terre : géoarchéologie des sols de maisons du premier Moyen Âge (IXe – XIe s.) entre Loire et Loir »
Quentin Borderie (Service de l’Archéologie d’Eure-et-Loir, UMR ArScAn), Mélinda Bizri, Olivier Labat, Amélie Laurent
Les sols construits de bâtiments du premier Moyen Âge sont rarement préservés. Leur caractère micro-lité nécessite le recours à des techniques d’observations fines, microscopiques. Par conséquent, ils sont peu très peu documentés. L’étude présentée
porte sur trois fouilles récentes faite à Gien, Saran (Loiret) et Illiers-Combray (Eure-et-Loir). A Gien et Saran, des sols très bien conservés ont été découverts, datés des IXe – Xe s. et Xe – XIe s. A Illiers-Combray (XIe s.), ces sols situés en contexte décarbonaté de plateau, sont moins bien conservés. Dans ces trois cas, une approche géoarchéologique a été mise en œuvre, fondée sur l’étude  micromorphologique de 28 lames minces. Les processus différentiels de conservation ont été identifiés, ainsi que les modes de construction, d’usage et d’entretien des sols. En définitive, la gestion des espaces et les activités pratiquées nous informent sur les modes de vie des populations de la fin du premier Moyen Âge.

Programme complet

Approches géoarchéologiques et paléoenvironnementales de la gestion des ressources hydrauliques dans l’Antiquité (Aix-en-Provence, 11 mars 2016)

Veuillez trouver ci-dessous le liens vers le programme du colloque « Approches géoarchéologiques et paléo-environnementales de la gestion des ressources hydrauliques dans l’Antiquité », organisé par Julien Curie. Il a lieu à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme – Amphithéâtre.

Programme complet
Pour davantage d’information: julien.curie@mae.u-paris10.fr