Dynamiques socio-environnementales locales

1. Stratification archéologique et temporalités des traces matérielles
A l’échelle du site, l’enregistrement des séquences d’occupation et des traces matérielles laissées par les activités humaines est fondé sur une caractérisation précise des unités stratigraphiques lors de la fouille ou des relevés lorsqu’il s’agit du bâti. Des membres de l’équipe conduiront une réflexion et des recherches sur la restitution des temporalités fondées
sur des approches stratigraphiques.

Développement des méthodes d’analyse stratigraphique. Les analyses sérigraphiques sédimentologiques et micromorphologiques, ou physico-chimiques sont mises en oeuvre dans de nombreux cas d’études dans l’objectif d’une l’interprétation fonctionnelle des espaces et à la restitution des dynamiques socioenvironnementales ;
La stratigraphie évènementielle. Les évènements courts, catastrophiques, se matérialisent parfois dans les sédiments et peuvent constituer des repères stratigraphiques. Le cas des couches d’incendies fera l’objet d’une recherche particulière (Opération partagée dans le cadre des thèmes transversaux d’Arscan).

2. Enregistrements sédimentaires des activités
Le sédiment constitue une source documentaire qui n’est pas toujours interprétée. La nature et la diversité des sédiments accumulés en un site constituent des indicateurs des relations entre les sociétés et leur environnement, en milieu urbain comme rural. Notre équipe propose une expertise fine à l’aide des techniques de la micromorphologie, de la sédimentologie et de la pédo-archéologie, afin de comprendre des structures archéologiques fréquentes et trop souvent mal caractérisées.

Quatre opérations peuvent être identifiées :
– les terres noires urbaines
– les tells et rammadiyat (tells capsiens au Maghreb)
– les structures excavées (fonds de cabanes, latrines)
– les sédiments lacustres

Les bilans sédimentaires lacustres sont le plus souvent le reflet des relations société-milieux, en particulier des activités agro-pastorales, et doivent être confrontés aux discours archéologiques issus de l’interprétation des cartes archéologiques. Cette approche mise en oeuvre dans les lacs du Groenland et du Sahel, contextes climatiques contraignants, sera appliquée aux étangs médiévaux en France.

3. Exploitation et gestion de l’eau
Comme on le sait depuis quelques années, les rivières ont une histoire, reflet des actions du climat et des sociétés. Les modifications des hydrosystèmes (forme, modification en plan) sont souvent le reflet des interactions complexes entre les sociétés et l’exploitation agro-pastorale des bassins versants.

A l’échelle des territoires ruraux, les systèmes de gestion de l’eau sont encore sous documentés (systèmes d’irrigations, de drain, zones humides, mares et mardelles) et feront l’objet de toutes nos attentions, en particulier dans le Bassin parisien.

Si les aménagements des lits mineurs restent à documenter archéologiquement, nous voudrions analyser plus en détail la création, la gestion et la disparition des étangs ; en effet, la plupart des parties amonts des cours d’eau en France ont vu l’implantation de ces étendues d’eau artificielles, reflet des besoins économiques variés (productions piscicoles, transport de bois, besoins énergétiques). L’impact de ces aménagements sur le fonctionnement global de l’environnement depuis un millénaire est largement méconnu alors que derrière ces digues, des archives sédimentaires ne sont pas encore dépouillées. Cet objet d’étude que constitue
« les étangs », au coeur de la société médiévale et qui structure encore notre paysage français pourrait devenir un programme multidisciplinaire porté par notre équipe.

En milieu urbain, les contraintes d’accès à l’eau (accès à la rivière, aux nappes phréatiques et l’évacuation des eaux usées) seront abordées sur le temps long, depuis au moins l’époque romaine et en particulier à Paris.

4. Anthropisation des sols ruraux
La mise en évidence des transformations des sols par les sociétés du passé seront particulièrement mis en avant (paléo-pollutions, amendements anciens encore perceptibles dans les sols actuels, érosion actuels reflets des pratiques agraires anciennes). Deux
principales thématiques seront engagées :

– les amendements antiques – La caractérisation archéologique des amendements antiques est difficile à établir et reste un objet largement débattu dans la communauté archéologique alors que les textes antiques en font de larges descriptions. Ce processus d’amélioration des terres agricoles peut refléter les relations entre les excrétas urbains et les épandages ruraux.
– Les terroirs viticoles – Les paysages viticoles sont caractérisés par des paramètres naturels (géologie, climat), et des pratiques sociales. Le fonctionnement actuel de la dynamique de surface de ses sols viticoles, en particulier les phénomènes d’érosion, est contrôlé par des pratiques viticoles actuelles et souligne l’histoire des parcelles sur le temps long. Cette approche est principalement conduite sur la Côte viticole de Bourgogne qui demande à être classée au patrimoine UNESCO et sur les vignobles de Savoie qui ont reconquis les terrains écroulés au pied du Mont-Granier en 1248, l’un des plus grand écroulement historique français.

5. Le fait urbain: espaces, fonctions, et temps de la ville
L’approche archéologique globale de la ville nécessite une compréhension d’ensemble, de façon diachronique et permet ainsi de cerner au mieux les interactions société-milieu sur le temps long. Différentes villes du Bassin parisien qui se construisent depuis l’époque romaine feront l’objet d’études afin de comprendre la dynamique spatio-temporelle de la ville dans son ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *