Environnement et biodiversité : changements climatiques et anthropisation

1. Mise en évidence des changements environnementaux

L’étude de la dynamique des écosystèmes anciens et des phénomènes d’anthropisation par une étude la biodiversité des vertébrés, terrestres et aquatiques, sera poursuivie et développée. Il s’agira de restituer des scénarios historiques fondés sur une étude des sources sédimentées et des sources écrites ou iconographiques, pour des séquences temporelles assez longues. Différentes méthodes d’analyse (archéozoologie, analyses isotopiques et génétiques) seront mises en oeuvre, selon les cas. Les deux principales opérations de recherche de l’équipe concernent :

– les grands mammifères, témoins et indicateurs des changements socioenvironnementaux sur une séquence Pléniglaciaire – Interglaciaire (24000 – 9000 cal BP), à différentes échelles spatiale, en Europe tempérée et au Sud Levant ;
– Milieux aquatiques : ichtyofaune du début de l’Holocène à l’actuel, en France septentrionale.

2. Relation sociétés-milieux : caractérisation de l’anthropisation

L’anthropisation de l’environnement, c’est à dire la transformation des milieux par les sociétés sur le temps long reste un processus qui reste à définir et ce, à différentes échelles spatio-temporelles. Comment les sociétés ont-elles exploité, géré ou épuisé les ressources de leurs milieux ? Quel a pu être l’impact, direct ou indirect, des sociétés et du climat sur les milieux et comment caractériser les dynamiques socio-environnementales ? Comment les sociétés ont pu répondre aux différents forçages ? (adaptation, déplacement, évolution technique, tension permanente entre opportunisme et déterminisme) – sachant que les populations faunistiques et floristiques sont sensibles aux tendances ou aux oscillations climatiques, et que l’homme sait aussi réagir aux phénomènes plus ponctuels et localisés (crises ou incidents climatiques).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *