Généralités du Master Archéologie et Environnement à l’Université Paris 1

Master : mention Archéologie, parcours Archéologie environnementale

Introduction

L’archéologie environnementale regroupe un vaste éventail d’approches scientifiques qui ont pour objectif commun d’étudier les  interactions sur le temps long entre l’homme et son environnement. Les problématiques abordées concernent essentiellement l’histoire et le développement des sociétés humaines dans des conditions environnementales qui ont pu évoluées (climat, catastrophes naturelles etc.). L’étude des systèmes de subsistance (chasse, pêche, cueillettes, agro-pastoralisme), de l’exploitations des ressources (végétal, animal minéral) et des principes techniques des populations anciennes (pratiques agro-pastorales, gestion de l’eau et des sols) sont largement abordées dans ce master.

Le matériel d’étude consiste le plus souvent en « écofacts » (bois, graines, pollens, os, coquillages, roches et sédiments) ou artéfacts (industrie osseuse ou lithique, céramique) retrouvés sur les sites archéologiques ou dans des milieux naturels (sols, alluvions, sédiments lacustres et marins).

Objectif

Ce master mention Archéologie, parcours Archéologie environnementale correspond à une formation pluridisciplinaire qui conduit les étudiants à aborder les questionnements et les disciplines de l’environnement dans son dialogue avec l’archéologie : archéobotanique, archéozoologie, géoarchéologie, archéologie spatiale.

Cette formation pluridisciplinaire s’adresse

  • à des étudiants issus de licence d’archéologie ou plus généralement de sciences humaines (histoire, géographie, etc.)
  • et à des étudiants issus de licence scientifique (Géosciences, Environnement, Biologie), disposant d’un grand intérêt ou d’une culture archéologique.

Cette formation exigeante vise à donner à l’étudiant de solides connaissances et les bases d’une autonomie intellectuelle, méthodologique et technique en archéologie environnementale, aussi bien pour la recherche théorique que pour les interventions sur le terrain. A l’issue de ce master, l’étudiant pourra quitter cette formation pour trouver un emploi, soit aborder un Doctorat en liaison avec une équipe de recherche. Les débouchés de cette formation sont variés : CNRS, Universités, INRAP, collectivités territoriales, sociétés d’archéologie préventive.

Organisation de l’enseignement

 Le master suit une progression sur deux ans.

Durant le M1 (semestre 1 et 2 du master), les enseignements sont destinés à compléter la formation des étudiants associant des cours magistraux à des travaux dirigés, des séminaires de recherches, et trois semaines d’enseignement intensif (archéozoologie, archéobotanique, géoarchéologie) dans lesquelles l’enseignement pratique est réalisé.

Durant le M2, le semestre 3 est consacré à des enseignements théoriques pluridisciplinaires où les problématiques sont approfondies (lecture critique d’article, séminaire de recherche, etc.).

Pour la réalisation des mémoires de recherche en M1 et en M2, la maîtrise des outils documentaires de recherche bibliographique et documentaire est indispensable. Pour chaque année, l’étudiant prépare un mémoire, encadré par un enseignant-chercheur et/ou un chercheur, tuteur scientifique.

Le mémoire de M1 doit permettre à l’étudiant de se familiariser avec les outils de la recherche et de tester ses capacités d’analyse et de synthèse. Il porte que l’état de la question traitée (historiographie, épistémologie et problématiques) et une présentation maitrisée de la méthodologie du traitement des données.

Le mémoire de M2 doit consacrer les capacités de l’étudiant à la recherche au travers de présentation et de l’analyse critique des sources et des données archéologiques, de leur synthèse et de leur interprétation sociale, économique et historique. Le plus souvent, le sujet de M2 approfondit le sujet de M1. Le semestre 4 est consacré presque uniquement au mémoire.

 Espace pédagogique interactif : https://cours.univ-paris1.fr/mod/page/view.php?id=55103