Organisation des territoires et systèmes économiques

1. Prédation et systèmes de circulation des sociétés du Paléolithique et du Mésolithique
L’étude des vestiges fauniques est ici conduite dans l’optique de contribuer à la compréhension de la dynamique d’occupation des sites (plus particulièrement des grands sites de plein air), à l’échelle locale, pour appréhender à l’échelle régionale, le système
d’occupation, de circulation des groupes et d’exploitation des ressources.

2. Systèmes et morphologie agraires
Les systèmes d’organisation des espaces et plus largement des territoires qui ont évolué depuis le Néolithique reflètent des contraintes tant environnementales que sociétales. A différentes échelles, les études archéologiques, archéogéographiques et géoarchéologiques permettront de rendre compte du développement des systèmes et morphologies agraires de la période protohistorique à l’époque actuelle, particulièrement pour les époques romaine et médiévale en France (ANR Gallia Rustica) et à l’étranger (Espagne, Italie, Grèce, Roumanie).

3. Réseaux et flux
Les flux et réseaux sont constitutifs des organisations spatiales anciennes. Une étude croisée des sources archéologiques, historiques et archéogéographiques permettra d’approfondir ce champ de recherche. Elle sera abordée dans l’espace du Bassin parisien dans le cadre de plusieurs programmes (voir programme collectif « Archéologie du Bassin Parisien). Dans ce programme, l’organisation des réseaux de circulation routiers et fluviaux sera traitée à l’échelle du nord de la France. Les infrastructures appréhendées par l’archéologie et l’étude archéogéographique pourront être croisées avec la répartition de différents types d’artefacts. Un référentiel géo-historique construit dans un SIG, accueilli et mis en ligne sur le TGE Adonis servira de support aux études pluridisciplinaires sur les réseaux. Un champ d’étude sera approfondi autour du circuit d’approvisionnement de la ville de Paris en produits frais de la mer, de l’Antiquité à la période moderne.

Le rôle des flux et réseaux dans la constitution des territoires sera abordé notamment autour de la constitution de l’Etat centralisé à l’époque médiévale. Une réflexion sur la manière dont les élites marquent et se représentent l’espace de leurs pouvoirs sera développée. On montrera comment les organisations spatiales sont à la fois un « impensé » intégrant des phénomènes d’héritages et d’auto-organisation et le résultat d’opérations volontaires produites par les élites mais portant sur des espaces limités.

4. Lecture multiscalaire des dynamiques spatiales : méthode, modélisation
Le dynamisme de la recherche en archéogéographie conduite dans notre équipe (voir bilan) a permis de faire un bilan épistémologique de cette discipline ; au cours de ce contrat, la question de son articulation avec les autres disciplines (géoarchéologie, analyse spatiale en archéologie…) a permis d’aborder de facon croisée la dynamique spatio-temporelle d’objet complexe comme les territoires et leurs gestion. Une plus grande intégration des données, par exemple en spatialisant les données paléoenvironnementales et en établissant des MNT de paléo-surfaces durant l’Holocène, devra offrir une meilleure perception à la fois technique et sensible des paysages anciens. Ces modélisations multiscalaires et construites sur le temps long des dynamiques spatiales permettent d’aborder de façon originale la construction des territoires et leur gestion (http://www.formesdufoncier.org, observatoire des formes du foncier dans le monde).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *