L’archéologie : science plurielle, 11ème journée doctorale d’Archéologie (18 mai 2016, Paris)

L’omniprésence du terme « interdisciplinarité » dans les programmations scientifiques actuelles – celles du CNRS, des LabEx ou des PRES par exemple – tend à ne faire de cette pratique qu’un affichage de bon aloi et masque le fait que le recours à cette démarche est une nécessité pour répondre à la complexité de certains objets d’étude, tels que les systèmes de peuplement, l’espace urbain, etc.
Dans son ouvrage paru en 1986 Alain Gallay ne voyait en l’approche « multidisciplinaire », dont il craignait la futilité, qu’une multiplication des éclairages sur un même objet par des disciplines concurrentes (Gallay, 1986 : 278). Si la démarche interdisciplinaire peut impliquer des difficultés d’ordre techniques ou méthodologiques, il apparaît évident aujourd’hui qu’elle oblige surtout à se confronter aux cadres théoriques et conceptuels des disciplines convoquées. La démarche en devient profondément heuristique et appelle à s’interroger sur ses apports pour nos travaux, et de manière plus générale, pour l’archéologie. Nous présentons, dans une communication à deux voix, certains des apports épistémologiques de cette démarche à travers l’exemple du dialogue de l’archéologie avec la géographie et l’histoire.
Travaillant sur le même objet, à savoir l’archéologie de la ville, nous menons cependant nos recherches dans des cadres institutionnels différents : l’une est doctorante en géographie mais n’étudie que des objets archéologiques, quand l’autre est doctorante en archéologie mais n’utilise presque uniquement que des sources écrites et planimétriques. Dès lors, notre communication consistera en un dialogue entre deux expériences – et non pas en leur simple juxtaposition – au cours duquel nous présenterons les points de méthodes (traitement quantitatif, représentation cartographique…) et les concepts (notion de système, de fonction, d’espace…) qui rendent concret l’échange à l’intersection de ces trois sciences humaines. Nous montrerons également en quoi ces divers points peuvent constituer les potentielles articulations d’un redéploiement disciplinaire pour l’archéologie.

Organisé par Marie Grousset, Siegfried Léglise, Florent Mathias et Julien Ripoche


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.