Des distinctions pour l’archéologie environnementale – Prix de la Chancellerie et L’Oréal-UNESCO

  

Prix de la Chancellerie des universités de Paris

Mardi 4 décembre 2018, la Chancellerie des universités de Paris a remis en Sorbonne ses Prix à plus de 60 lauréats incarnant le meilleur de la jeune recherche internationale. C’est plus d’un demi-million d’euros qui est ainsi versé pour soutenir les sciences. Paris les lauréates : Annelise Binois et Léa Hermenault, Docteures en archéologie de l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne et membres de l’équipe Archéologies environnementales du laboratoire ArScAn (UMR7041). Annelise Binois a réalisé sa thèse sous la direction de Christophe Petit et Anne Bridault.
Léa Hermenault a réalisé sa thèse sous la direction d’Anne Nissen.

Chaque année depuis 30 ans, la Chancellerie des universités de Paris remet en effet à de jeunes docteurs de toutes nationalités, issus des 16 universités et de 6 grands établissements d’enseignement supérieur d’Île-de-France, des prix récompensant l’excellence de leur recherche, dans des champs disciplinaires aussi variés que le droit, la médecine, la pharmacie, les sciences économiques et la gestion, les lettres et les sciences.
-> http://www.sorbonne.fr/prix-chancellerie-2018/

L’Oréal – UNESCO pour les Femmes et la Science

Lundi 8 octobre 2018, comme chaque année, le programme L’Oréal-Unesco Pour les femmes et la science France offre des bourses de recherche aux chercheuses prometteuses. Parmi les lauréates : Ségolène Vandevelde, doctorante en archéologie à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne et dans l’équipe Archéologies environnementales du laboratoire ArScAn (UMR7041).
Ségolène Vandevelde réalise sa thèse sous la direction de Christophe Petit.

Le programme L’Oréal-Unesco promeut l’égalité en donnant un souffle féminin à l’univers de la recherche scientifique encore largement dominé par des hommes. Alexandra Palt, directrice générale de la Fondation L’Oréal, rappelle que cette question est fondamentale : « Soutenir la place des femmes en science, c’est se donner toutes les chances d’une innovation scientifique bénéfique à tous. Notre engagement, chaque année, à travers le programme L’Oréal-Unesco Pour les Femmes et la science nous paraît plus que jamais pertinent. » Ainsi, en partenariat avec l’Académie des sciences et la Commission nationale française pour l’Unesco, trente chercheuses se sont vues décerner une bourse parmi près de 900 candidates.
-> http://www.pantheonsorbonne.fr/actualite/segolene-vandevelde-decroche-une-bourse-du-programme-loreal-unesco


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.