• Non classé

Colloque GMPCA (Besançon, 27-30 avril 2015)

Plusieurs interventions des membres de l’équipe « Archéologies Environnementales » sont prévues au colloque « Groupe des méthodes physiques appliquées à l’archéologie », organisé par l’UMR6249 « Chronoenvironnement ».

1) « Les différentes ressources en silex du Crétacé supérieur  dans le Bassin parisien : base de données et cartographie »
Gabriel Teurquety, Christophe Petit, Thierry Aubry, Laure Fontana

Résumé :
La réponse à la question de la détermination et de l’origine des silex est prioritaire en Préhistoire, en particulier pour le Bassin parisien. Cette région est riche en silex mais la la vaste extension de la craie  (Crétacé supérieur) mène à des problèmes méthodologiques tels que la convergence des faciès ou la différentiation géographique des silex de même âge géologique. Pour palier à ses problèmes une cartographie des caractéristiques des silex (âge, couleur, morphologie…) a été réalisée. Celle-ci repose sur la réalisation d’une base de données provenant d’un dépouillement systématiques des notices géologiques des cartes 1/50 000 du BRGM. Ces données ont été intégrées à un SIG qui a permis la mise en évidence de répartitions géographiques de silex particulières en fonction de leurs caractéristiques mais ces données bibliographiques devront être précisées par des recherches de terrain. D’ores et déjà, cette base de données cartographique expose aussi une grande diversité de silex, et montre que l’homogénéité des silex crétacés est à considérer en fonction de l’échelle envisagée, locale, régionale ou inter-régionale.. Cet outil SIG peut permettre l’identification de l’origine des silex par comparaison simple et rapide de silex archéologiques avec la base de données, et donner ainsi un premier aperçu des circulations possibles de matières premières à l’échelle du Bassin parisien et dans les région limitrophes qui en sont dépourvues.

2) « Economie des travertins dans l’antiquite romaine : des sources écrites a son exploitation dans la construction. »
Julien Curie et Christophe Petit

Résumé :
« J’aurais bien d’avantage d’admiration, dit-il, si vous les eussiez construits avec de la pierre de Tibur ». Telle est rapportée par Pline l’Ancien dans son Histoire Naturelle (XXXVI, 5), la plaisanterie de Cicéron devant les habitants de l’île de Chio qui lui présentent alors les murs de leur ville construits en marbre local. Cette pierre de Tibur  (l’antique Tivoli, à 25 km de Rome), dont le terme travertin découle étymologiquement, représente une roche compacte et dense, qui se forme à l’évent de certaines sources chaudes [1, 2], et qui, comme le souligne le même Pline, « supporte tout, excepté la grande chaleur, qui la fait éclater » (H.N., XXXVI, 48). Il en est de même des écrits de Vitruve, qui souligne le caractère dur et résistant de cette pierre (De L’Architecture, Livre II, VII) et relate les dépôts issus de la source chaude de Pamukkale (Turquie), qui se forment dans les rigoles creusées autour des vignes et des champs et dont se servent les habitants de la cité antique de Hiérapolis pour édifier des clôtures. Le géographe Strabon (c. 20 av. J.-C.) fait également mention de cette dernière pratique (Géographie, XIII, 4). Parallèlement à ces sources écrites concernant les travertins, il est possible d’énumérer certaines preuves archéologiques de l’exploitation de cette pierre en tant que matériau de construction. En premier lieu, les grandes carrières de travertins de Tivoli (ie. « la pierre de Tibur » des Romains) ont servi à alimenter l’antique Rome pendant plusieurs siècles, comme en témoigne leur utilisation dans la construction d’un des plus célèbres monuments que l’Antiquité romaine nous a offert, l’Amphithéâtre flavien (Colisée). D’autre part, nous connaissons des exploitations locales de ce matériau, que ce soit à proximité de la capitale de l’Empire avec, par exemple, l’exploitation des dépôts de la source thermale de Bullicame (Latium), ou dans les provinces plus lointaines de l’Empire, comme en témoignent les exemples de Hammam Biadha et Hammam Méllègue (Tunisie), édifiés à proximité immédiate d’une source thermale et exclusivement construits en travertin. L’utilisation de cette roche peut s’expliquer par ses propriétés mécaniques, sa facilité à être taillée ainsi que par sa disponibilité. Cependant, des questions subsistent quant aux qualités esthétiques recherchées, qui doivent être liées aux effets architecturaux crées dans l’agencement des blocs constituant certaines arches des bâtiments.

3) « Apport des méthodes géophysiques à la compréhension géoarchéologique du site solutréen des Petits Guinards (France, Allier) »
ASLAN Berivan, FONTANA Laure, PETIT Christophe, TABBAGH Alain

Résumé :
Le site archéologique des Petits Guinards, découvert en 1981 au bord de l’Allier, se trouve sur la commune de Creuzier-le-Vieux, (Allier, Auvergne) et s’étend sur 2ha. Ce site du Paléolithique supérieur magdalénien et solutréen, est situé sur le versant Est d’une butte calcaire Oligocène et recouvert d’une formation complexe de versant. Il est affecté par des mouvements de terrain de type solifluxion et un glissement de terrain ancien, post-glaciaire. Les vestiges mis aux jours se concentrent uniquement, en bas de pente, en positions secondaires, et présentent une stratigraphie verticale conservée. Pour comprendre la géomorphologie du site, des méthodes géophysiques (électriques et électromagnétiques) ont été associées aux données géologiques, archéologiques et topographiques (Lidar) existantes. Il en résulte un modèle de terrain à trois couches, avec détermination de l’épaisseur de chaque formation et la caractérisation de la géométrie du glissement. Cette étude pluridisciplinaire a permis d’apporter des éléments de réponse sur la localisation des vestiges archéologiques retrouvés, positionnés dans une loupe de glissement, et sur le type d’occupation du versant, en pied de falaise, au Pléistocène supérieur.

4) « Potentialités agronomiques des sols de l’Antiquité : utilisation des SIG pour transposer les critères actuels à l’étude des agro-écosystèmes passés ? »
Estelle Camizuli, Nicolas Bernigaud, François Favory, Elise Fovet, Pierre Ouzoulias, Christophe Petit, Michel Reddé

Résumé :
Le programme de recherche « Rurland » (ERC Advanced Grant, dir. Michel Reddé, EPHE) a pour objectif l’étude des espaces ruraux du nord-est de la Gaule depuis la période de la Tène jusqu’à l’Antiquité tardive. La compréhension des systèmes agro-sylvo-pastoraux anciens passe par la description des environnements dans lesquelles ils se développent. La création d’une carte des potentialités agronomiques des sols de l’Antiquité, homogénéisée à l’échelle du projet, est loin d’être une question simple puisque le sol est un système dynamique complexe. Les paramètres retenus doivent donc être considérés comme « stables » sur des temps archéologiquement longs afin d’aider à la compréhension de la gestion de la fertilité des sols en rapport avec les évolutions perçues dans les systèmes agraires de Gaule septentrionale. De nombreuses données concernant les sols actuels sont disponibles à différentes échelles (européenne, nationale, régionale). L’objectif de cette communication est de préciser quels sont les paramètres de sols qui peuvent être transposés à l’étude des agro-écosystèmes passés. Nous proposerons finalement la définition d’un indice de qualité adapté aux problématiques archéologiques basé sur l’application des méthodes d’analyses spatiales et des SIG.

Programme complet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search