Quand le confinement révèle la fragile protection du patrimoine archéologique – The Conversation

Il y a quelques semaines, l’association archéo-éthique attirait l’attention sur une pétition lancée par des citoyens belges contre la destruction d’un site archéologique médiéval et romain sans fouille archéologique de sauvetage préalable. Le gouvernement belge utilisait alors la crise du Covid-19 pour justifier la destruction de son patrimoine national… 

Ségolène Vandevelde et Béline Pasquini sont revenues sur ce cas éthique dans The Conversation :

article en français : https://theconversation.com/quand-le-confinement-revele-la-fragile-protection-du-patrimoine-archeologique-136866

article en anglais : https://theconversation.com/lockdown-reveals-cracks-in-archaeological-heritage-protection-138908

Si la destruction des quartiers antiques et médiévaux de la cité de Namur peut paraître moins spectaculaire que certaines grandes destructions patrimoniales comme celle des Bouddhas de Bâmiyân (Afghanistan) en 2001, ici aussi le patrimoine d’un pays a failli être détruit par son gouvernement… Grâce à la mobilisation citoyenne (locale, nationale et internationale!) et à la mobilisation de personnalités du monde académique et associatif, les opérations archéologiques ont finalement été prolongées !

Le chantier a donc bien été prolongé, finalement à la fin du confinement (dont la date n’était d’ailleurs pas encore connue lors de la prise de décision…) mais avant la fin du processus de déconfinement qui s’étale comme chez nous sur plusieurs semaines et dans des conditions particulières pour tenir compte de la crise sanitaire mais sans rallonger pour autant le délais de fouilles.
Dans les faits, alors que 50% seulement de l’équipe initiale a finalement pu travailler, c’est comme si le délais de fouille avait en fait été divisé par deux… Mais cela demandait un développement un peu long pour le format de cet article, qui nous emmenait sur un sujet éthique connexe (mais pas tout à fait identique) qui est la pression constante exercée sur les archéologues par le secteur de la construction et de l’aménagement… (À ce sujet, voir les récents témoignages des « archéologues enterrés » – après les « économistes atterrés »).

Ce n’est donc pas une fin heureuse, mais beaucoup mieux que rien…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.