La carte archéogéographique, outil d’analyse des héritages de l’écoumène

Magali WATTEAUX présentera le mercredi 10 mars 2021, une communication par visioconférence intitulée “La carte archéogéographique, outil d’analyse des héritages de l’écoumène”. Cette présentation intervient dans le cadre d’une séance de l’Académie d’Agriculture de France portant sur le thème “Produire de nouvelles cartes pour l’expertise”.

Cette séance hebdomadaire publique de l’Académie d’Agriculture de France propose une réflexion sur le renouvellement des méthodes d’analyse de la dynamique de longue durée des milieux géographiques, à des fins d’enrichissement de l’expertise. De nombreuses et intéressantes innovations au sein et au contact de disciplines démontrent que des évolutions intéressantes existent pour mieux concevoir les études d’impact, notamment dans leur nécessaire et fondamentale prise en compte de « l’état initial ». Ce qui fait le point commun des approches présentées, c’est leur capacité à fonder le diagnostic sur l’analyse morphologique des paysages (milieux et planimétries), notamment en renouvelant l’expression cartographique des effets dynamiques de longue durée.
 
Détails de l’intervention :
La discipline archéogéographique est apparue entre la fin des années 1990 et le début des années 2000, sous l’effet conjugué des renouvellements de l’analyse morphologique des planimétries historiques (en particulier des centuriations antiques) et de l’apport massif de données d’archéologie préventive. Dès le départ l’entrée cartographique a été fondamentale.
Le principe de la carte archéogéographique est simple : il s’agit de compiler sur un même fond géographique de référence un ensemble de données et informations de natures diverses (géographiques, géomorphologiques, archéologiques, historiques, écologiques, etc.), relevées sur la documentation planimétrique récente et ancienne ainsi que dans les bases de données archéologiques, afin de permettre l’analyse des cohérences morphologiques visibles dans la planimétrie héritée. Bref faire parler et interagir les héritages de toutes sortes. Ces cartes permettent de développer une expertise au service des politiques d’aménagement et d’urbanisme, au service de la gestion des risques (que l’on pense aux inondations), de la valorisation culturelle et touristique des territoires (par exemple pour asseoir un dossier de zonage historique remarquable) et de la gestion du patrimoine archéologique.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search