Les traces des changements climatiques dans les planimétries : le cas de la Seine à Paris (75) et dans la boucle de St-Germain-en-Laye (78)

Alors que le risque de crue centennale réapparaît chaque année, les sociétés contemporaines ont oublié à quel point la Seine n’est pas un fleuve tranquille, qui s’écoule bien sagement dans son lit. L’histoire du fleuve repose sur les variations de son débit, lui-même lié aux changements climatiques comme le refroidissement observé entre le XIVe et le XIXe siècles en Europe. Celui que l’on nomme le Petit Age Glaciaire (ou PAG) a laissé des traces, notamment dans les formes du paysage qui enregistrent les réponses des sociétés aux modifications de leur environnement. Deux exemples, l’un à Paris même – la censive de Sainte Opportune ou ceinture maraîchère médiévale qui trahit la forme d’un ancien méandre de la Seine –, et l’autre – la boucle de Saint-Germain-en-Laye (78) – permettent d’étudier la transmission de ces phénomènes sur le temps long. Cette communication repose sur le travaux d’Hélène Noizet dans le cadre du projet Alpage et sur les résultats d’une étude archéogéographique réalisée en post-fouille du site du Fort Saint-Sébastien (S. Hurard, Inrap), à Achères (78).

Intervenante : Émilie Cavanna


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Équipe Archéologies environnementales (28 mars 2024). Les traces des changements climatiques dans les planimétries : le cas de la Seine à Paris (75) et dans la boucle de St-Germain-en-Laye (78). Équipe Archéologies Environnementales - UMR 7041. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w4gs


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search