3ème Journée d’étude du projet collectif Archéologie du Fait Urbain “Relever la ville” – 4 décembre 2020

Les membres de l’équipe Émilie Cavanna, Bruno Desachy et Léa Hermenault participent à l’organisation de la 3ème journée d’étude du projet collectif ArScAn “Archéologie du Fait Urbain” qui a pour thème “Relever la ville. Les spécificités du relevé archéologique en contexte urbain

voir le programme complet en cliquant ici

Vendredi 4 décembre 2020
En distanciel sur Zoom
ID de réunion : 987 4821 5556 / Code secret : 520203
https://zoom.univ-paris1.fr/j/98748215556?pwd=UHdmZU1od25Vc1lVZkF2bmpxcS9XUT09
Emilie Cavanna, Bruno Desachy, Camille Gorin, Julie Gravier et Léa Hermenault – Equipe de l’AFU (projet collectif Archéologie du Fait Urbain)
Archéologie urbaine ; méthodes ; relevés
https://faiturbain.hypotheses.org

Appel à communications – Session du Congrès Préhistorique de France “Hiatus, lacunes et absences” – date limite 30 novembre 2020

Congrès Préhistorique de France “Hiatus, lacunes et absences : identifier et interpréter les vides archéologiques”

Session E1 : Où sont les femmes ? Archéologie du genre dans la Préhistoire et la Protohistoire : La France à l’écart des gender studies ? Where are the women? Gender Archaeology in Prehistory and Protohistory : France on the sidelines of gender studies ?

 

Appel à communications (date limite 30 novembre 2020)

Nous organisons, pour le 29e Congrès Préhistorique de France qui aura lieu à Toulouse du 31 mai-4 juin 2021, une session intitulée : « Où sont les femmes ? Archéologie du genre dans la Préhistoire et la Protohistoire : la France à l’écart des gender studies ? (Session E1) ». Elle prendra place dans la thématique E : Structures de sociétés

À travers le prisme des femmes, l’enjeu de cette session sera double : réaliser un état des lieux des études de genre dans la Préhistoire et la Protohistoire en France et à l’étranger et mettre en évidence ce qu’il est possible de percevoir des rapports de genre du Paléolithique jusqu’au premier Âge du Fer. Les communications pourront être proposées selon deux principaux axes, non exclusifs. Un axe méthodologique visera à explorer les manières dont le genre est approché et théorisé en archéologie dans les pays pionniers en la matière, notamment les États-Unis, l’Europe du Nord, la Grande Bretagne, l’Espagne, etc. mais également en France. Un autre axe privilégiera les résultats d’ores et déjà acquis ou en cours d’acquisition.

: Vestiges fugaces, activités féminines, gender studies

Pour consulter le texte de la session : Où sont les femmes (Bilingue)
Pour s’inscrire et proposer une communication : https://cpf2021.sciencesconf.org/
: 31 mai-4 juin 2021
Toulouse – ou en visioconférence selon les conditions sanitaires en vigueur
Anne Augereau (INRAP, UMR PreTech), Sophie A. de Beaune (Lyon 3, ArScAn, équipe Archéologies environnementales), Caroline Trémeaud (Cellule archéologique des Ardennes, UMR Trajectoires)

Séminaire d’enseignement et de recherche « Pré-histoires d’eau » – du 6/10 au 1/12 2020

Veuillez trouver ici le programme complet du Séminaire d’enseignement et de recherche Préhistoire d’Orient et d’Occident de 2020 intitulé « Pré-histoires d’eau » qui aura lieu en visioconférence, sur Zoom. Pour obtenir le lien vers le séminaire, merci de contacter Sophie A. de Beaune : sophie.de-beaune@univ-lyon3.fr

Un mardi sur deux de 14 à 17h45. Dates des séances : 06/10, 20/10, 03/11, 17/11, 01/12
Lyon, mais en visioconférence cette année

Sophie A. de Beaune (Lyon 3 et ArScAn, éq. Archéologies environnementales), Eric Thirault (Lyon 2 et Archéorient), Frédéric Abbès (CNRS, Archéorient)

 

Importance des zones humides dans l’exploitation des ressources biotiques par les Natoufiens – A. Bridault – 20 octobre 2020

Dans le cadre du séminaire d’enseignement et de recherche “Préhistoire d’Orient et d’Occident” (MOM, Lyon) organisé en 2020 sur le thème « Pré-histoires d’eau », Anne Bridault a été invitée à présenter une communication orale. Intitulée “Importance des zones humides dans l’exploitation des ressources biotiques par les Natoufiens de Mallaha/Eynan (Vallée du Houleh), à la fin du Pléistocène” elle s’est déroulée en distanciel.

Mardi 20 octobre 2020
: Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon

Éric Thirault (Lyon 2, Archéorient) Sophie A. de Beaune (Lyon 3, ArScAn), Frédéric Abbès (CNRS, Archéorient)

Retrouvez le programme complet du séminaire « Pré-histoires d’eau » à cette adresse : https://archeoenv.hypotheses.org/6864

RADIO – novembre 2020 – Foule continentale, France inter | RTBF la première

Foule continentale - Épisode 73, Claire Braud 1

Épisode 73 – Bourgogne et Namur : Dépoussiérer l’archéologie

Les jeunes archéologues viennent au secours de leur discipline. Proposant des techniques novatrices, posant des questions éthiques sur les chantiers de fouilles, repensant les représentations des femmes dans la Préhistoire et s’attaquant au sexisme, un collectif féministe met un coup de pied dans le tas de sable.

La scène se passe dans les grottes d’Arcy-sur-Cure, en Bourgogne, où l’on trouve les peintures pariétales les plus anciennes accessibles au public en France. Caroline Gillet s’y est rendue avec Ségolène Vandevelde, 28 ans, qui est docteure en archéologie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Avec elle, il sera question de la place, du rôle et de la représentation des femmes de l’époque de ces peintures. Ségolène Vandevelde vient de participer à la toute première journée d’études dans le monde francophone sur les féminismes et l’archéologie, intitulée “Égalité, Diversité et Convergence des luttes : pour une archéologie de la subversion”. C’était il y a quelques semaines et l’on pouvait y entendre aussi Laura Mary qui, pour sa part, réfléchit aux rôles et à la représentation des femmes dans le milieu de la recherche. 

Invitée pour l’émission Foule Continentale, sur France inter (6/11/2020) et sur la RTBF la première (8/11/2020). Interview par Caroline Gillet
-> https://www.franceinter.fr/emissions/foule-continentale/foule-continentale-06-novembre-2020

 

RADIO – novembre 2020 – La Terre au Carré : Dépoussiérer l’archéologie

logo france inter

Dépoussiérer l’archéologie – Épisode 1 : La fuliginochronologie

Toute la semaine, Caroline Gillet enquête sur la place des femmes dans les grottes préhistoriques, mais aussi sur celles qui les étudient, en archéologie. Pour le premier épisode, elle rencontre Ségolène Vandevelde, pionnière d’une méthode d’étude des concrétions calcaires, dans la grotte d’Arcy-sur-Cure, en Bourgogne.

>> Interview par Caroline Gillet pour “Le reportage du jour” de la Terre au carré -> https://www.franceinter.fr/emissions/le-reportage-de-la-terre-au-carre/le-reportage-de-la-terre-au-carre-02-novembre-2020

Dépoussiérer l’archéologie – Épisode 2 : Les femmes préhistoriques au fond des grottes

Pourquoi les “hommes des cavernes” ne seraient-ils que des hommes ? Pour le deuxième épisode d’une série de reportages dédiée à la place des femmes en archéologie, Caroline Gillet, avec Ségolène Vandevelde, s’intéresse aux femmes préhistoriques, à leurs représentations et à leur présence, ou non, au fond des grottes.

>> Interview par Caroline Gillet pour “Le reportage du jour” de la Terre au carré -> https://www.franceinter.fr/emissions/le-reportage-de-la-terre-au-carre/le-reportage-de-la-terre-au-carre-03-novembre-2020

Dépoussiérer l’archéologie – Épisode 3 : Oser aborder les questions d’éthique

Les choses bougent enfin, avec un certain retard sur les États-Unis et le Royaume-Uni, dans le monde francophone de l’archéologie. Respect de la biodiversité, coopération avec les amateurs… cela fait en effet seulement quelques années que l’on commence à se poser des questions éthiques sur les chantiers de fouilles. Les questions d’éthique, en archéologie, sont souvent posées par des femmes. Ségolène Vandevelde, avec Béline Pasquini, a créé l’association Archéo-Éthique. Elles alertent notamment sur l’importance d’aborder les problématiques écologiques sur les chantiers de fouilles ou d’interroger l’éventuelle instrumentalisation des découvertes archéologiques à des fins politiques. Suite et fin de la grotte d’Arcy-sur-Cure, en Bourgogne, qui a la particularité d’avoir été occupée à toutes les époques, du Paléolithique à nos jours.

>> Interview par Caroline Gillet pour “Le reportage du jour” de la Terre au carré -> https://www.franceinter.fr/emissions/le-reportage-de-la-terre-au-carre/le-reportage-de-la-terre-au-carre-04-novembre-2020

Dépoussiérer l’archéologie – Épisode 4 : “Le sexisme en archéologie, ça n’existe pas”

En réalité, le sexisme, les discriminations et les violences faites aux femmes existent bel et bien dans le domaine de l’archéologie, comme dans bien trop de secteurs professionnels. Pour le dernier épisode de sa série dédiée au féminisme au secours de l’archéologie, Caroline Gillet se penche sur “Paye ta truelle”.

>>> Interview par Caroline Gillet pour “Le reportage du jour” de la Terre au carré -> https://www.franceinter.fr/emissions/le-reportage-de-la-terre-au-carre/le-reportage-de-la-terre-au-carre-05-novembre-2020

Conférence – Les discriminations sexistes en archéologie, du terrain à la recherche : histoire, enjeux et perspectives – Festival Sexe, Genre et Archéologie

Le Festival Sexe, Genre et Archéologie organisé par l’APARÉA est organisé autour de la venue de l’exposition Archéo-Sexisme à Toulouse. Elle y est visible à partir du 5 octobre 2020 et jusqu’au 3 décembre 2020 dans le hall de la Maison de la Recherche sur le campus de l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès.

    *     *     *

conférence 22 octobre 2020

En parallèle de l’exposition Archéo-Sexisme, des conférences sont organisées, et notamment une donnée par les créatrices de l’exposition « Archéo-Sexisme » : Ségolène Vandevelde (UMR 7041 ArScAn), Beline Pasquini (UMR 7041 ArScAn) et Laura Mary (Paye Ta Truelle), intitulée “Les discriminations sexistes en archéologie, du terrain à la recherche : histoire, enjeux et perspectives”

L’ensemble du programme du festival est accessible ici ->

https://blogs.univ-tlse2.fr/aparea/2020/09/03/le-programme-du-festival-sexe-genre-et-archeologie-2020/

(c) association de promotion et d’aide à la recherche en archéologie

Conférence – Le féminisme et la question du genre en archéologie

À l’occasion de l’accueil de l’exposition Archéo-Sexisme par l’UMR Ausonius à Bordeaux, Laura MARY, Béline PASQUINI & Ségolène VANDEVELDE sont invitées à donner une conférence sur le féminisme et la question du genre en archéologie.

L’archéologie est un milieu professionnel particulier, alliant pratique de terrain, travail de laboratoire, milieu universitaire, monde de l’entreprise, service public et secteur privé. Pour les femmes archéologues, ces conditions de travail particulières sont souvent à l’origine de contraintes liées à leur genre. Le sexisme en archéologie se manifeste sous forme de remarques, de gestes et de comportements inappropriés, ainsi que de difficultés accrues d’accès à l’emploi.

plus d’informations : https://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/actualites/recherche/le-feminisme-et-la-question-du-genre-en-archeologie.html

Semaine internationale de l’accès ouvert – Paris 1 – Panthéon-Sorbonne

table ronde être ou ne pas être open science

À l’occasion de la semaine internationale de l’accès ouvert, Ségolène Vandevelde participe à la table ronde Être ou ne pas être open Science ? avec une présentation intitulée “Pourquoi la science ouverte ? Valoriser ses publications dans HAL” précédant des échanges entre conférencier·e·s invités et la salle.

table ronde être ou ne pas être open science

La mission Appui à la recherche services aux chercheurs du SCD (Service commun de la documentation) s’associe à la semaine internationale de l’accès ouvert du 19 au 25 octobre 2020, sous la bannière “Être ou ne pas être Open Science”.

Deux événements sont organisés à l’intention des doctorants, des enseignants-chercheurs et des personnels d’appui à la recherche :

  • un après-midi d’échanges le mardi 20 octobre au Centre Panthéon : Pourquoi ouvrir les publications et les données de la recherche
  • une Coffee Party de dépôt dans HAL le jeudi 22 octobre à la Bibliothèque Jean-Claude Colliard.

Télécharger le programme
Télécharger l’affiche

L’inscription est obligatoire pour les deux événements. Compte tenu du contexte sanitaire, les inscriptions sont limitées à 25 personnes.
Contact pour l’inscription : thesesbu@univ-paris1.fr (renseignements au 01 44 07 89 10 Isabelle Le Bescond)

Publication dans le bulletin culture de la Société Canadienne d’anthropologie

Dans le bulletin Culture de la Société Canadienne d’Anthropologie (CASCA) consacré à la Résilience (vol 14(2)), Ségolène Vandevelde revient sur les initiatives de lutte contre les discriminations en archéologie :

Combattre les discriminations : résistance ou résilience ? Retour sur l’exposition Archéo-Sexisme et la charte Chantier-Éthique
https://cascacultureblog.wordpress.com/2020/10/14/combattre-les-discriminations-resistance-ou-resilience-retour-sur-lexposition-archeo-sexisme-et-la-charte-chantier-ethique/

JOURNÉE D’ÉTUDE « FÉMINISME ET ARCHÉOLOGIE : Égalité, Diversité et Convergence des luttes : pour une archéologie de la subversion »

affiche journée d'étude Feminismes et archéologie

Mardi 6 octobre 2020 de 8h30 à 17h30

Y interviennent deux membres de l’équipe :

Ségolène VANDEVELDE : Lutte contre les discriminations versus éthique du care : deux approches inconciliables?

Béline PASQUINI : L’exposition Archéologie-Sexisme et la charte Chantier Éthique : deux initiatives pour réduire les discriminations dans le monde de l’archéologie

Cette journée d’étude est co-organisée par Laura MARY (Paye ta truelle), Isabelle ALGRAIN (ULB – Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique) et l’Université des Femmes.

Au cours des dernières années, les problèmes liés au manque d’égalité et de diversité en archéologie ont été soulevés par des professionnel-le-s des secteurs académiques, publics et privés. Femmes, personnes racisées, membres de la communauté LGBTQIA+ et personnes en situation de handicap doivent fréquemment faire face aux discriminations au sein de la discipline archéologique, à la fois sur et en dehors du terrain. Des initiatives pour combattre collectivement ces inégalités au sein de cette profession ont récemment émergé dans les pays anglo-saxons (British Women Archaeologists; The Society of Black Archaeologists; Queer Archaelogy) et hispaniques (Past Women; Arquelogas Féministes). Elles peinent cependant à se mettre en place dans le monde de l’archéologie francophone. L’objectif de cette journée d’étude est, d’une part, de dresser un état des lieux de la situation dans nos régions et, d’autre part, d’identifier de quelles manières nous pouvons améliorer l’égalité et la diversité au sein de cette profession.

Le programme complet : https://www.universitedesfemmes.be/events-universite-des-femmes/a-ne-pas-manquer/301-feminisme-et-archeologie-egalite-diversite-et-convergence-des-luttes-pour-une-archeologie-de-la-subversion

affiche journée d'étude Feminismes et archéologie

Colloque Eaux sales, eaux troubles, eaux de ruissellement : la gestion des eaux indésirables dans le monde romain – 15-16 octobre 2020 à Montpellier

Julien Curie et Christophe Petit ont proposé une communication à l’occation du colloque internationnal sur la thématique des eaux usées à l’époque romaine intitulée : La gestion des eaux carbonatées dans le monde romain : la question des « bassins de précipitation » en amont des thermes, pour des eaux « saines » et « salubres » ?

Retrouvez la totalité du programme en cliquant ici (PDF)

15-16 octobre 2020

Université Paul Valéry, Montpellier (France)
« Si l’on y trempe un roseau ou tout autre chose, on trouve pétrifiée la partie qui était dans l’eau, sans que celle qui était dehors ait éprouvé le moindre changement » nous rapporte Vitruve (1er s. av. J.-C.), avant de poursuivre : « Il en est de même à Hiérapolis, en Phrygie, d’une grosse source d’eau bouillante. Dans les fossés qui entourent les jardins et les vignes où elle coule, elle forme au bout d’un an une croûte de pierre qui en tapisse les deux bords » (De Architectura, Livre VIII, 3). Le témoignage de Vitruve, rejoint d’autres récits antiques (Géographie de Strabon, Histoires Naturelles de Pline l’Ancien, Questions Naturelles de Sénèque), qui attestent de l’observation et de la prise en compte dès l’Antiquité du phénomène d’encroûtement (de structures et d’objets) et de la formation de dépôts carbonatés par certaines eaux continentales (nommés « travertins » – formés par des eaux chaudes – ou « tufs calcaires » – formés par des eaux douces et froides – dans la littérature géologique, cf. e.g. Campy and Macaire, 2005 ; Pentecost, 2005). Ces carbonates qui se déposent dans les structures anthropiques anciennes sont appelés « carbonates archéologiques » (Curie & Petit, 2014) ; leur analyse géoarchéologique dans l’étude des aqueducs antiques (e.g. Passchier et al., 2016 ; Keenan-Jones et al., 2015) et des thermes romains (Broise & Curie, 2014) apportent des éléments nouveaux à la compréhension de la gestion des eaux par les sociétés anciennes (Curie, 2013 ; Curie et al., 2018). En effet, leurs présences entrainaient très certainement des problèmes de gestion du fait, d’une part de la réduction du débit dans les aqueducs et tuyaux d’adduction de l’eau (pouvant aller jusqu’à l’obturation complète de la structure) et d’autre part, de la nature de eau qu’on peut qualifier d’ « impropre » pour les utilisations quotidiennes des Romains (forte minéralisation en éléments métalliques, présence de bactéries microbiennes, activités biologiques de macro-végétaux). Dès lors, quelles solutions et quelles ingénieries ont pu être mises en œuvre ?

A Jebel Oust (Tunisie), la source chaude exploitée par les Romains a déposé des carbonates dans l’ensemble des structures du site qui s’organise le long d’un versant : la source chaude du temple situé alimentait un aqueduc et des termes en contrebas. L’analyse minéralogique et géochimique des différents dépôts a montré que la gestion des eaux thermales sur le site était complexe, notamment au sein du grand édifice thermal situé en aval du parcours de l’eau chaude. Parmi les faciès définis dans les salles et canalisations thermales antiques, l’un présente une couleur orangée du fait de la précipitation majoritairement dominée par des oxydes de fer ; il témoigne d’une absence de gestion (ou tout du moins désorganisée) de l’eau chaude lors d’une phase tardive de l’évolution des thermes. En effet, quand l’eau des thermes était gérée, les carbonates alors précipités étaient blanchâtres. Ceci nous amène à reconsidérer la fonction d’un petit bassin situé à mi-pente entre le temple et les grands thermes en contrebas. Il est interprété comme le premier espace balnéaire du site mais l’analyse du remplissage de ce bassin montre qu’il a servi dans une seconde phase comme un espace de précipitation des minéraux ferreux avant que les eaux ne rejoignent les thermes situés en contrebas . Cette réorganisation du réseau d’alimentation a entrainé la création d’un nouveau tracé de l’aqueduc, dessinant alors un coude au niveau de ce bassin dès lors transformé en un espace dans lequel précipitaient les hydroxydes ferreux (concrétions compactes et hétérogènes) afin que les eaux soient claires et blanches dans les grands thermes réaménagés en contrebas. Cette hypothèse soulève la question de la position des eaux thermo-ferrugineuse dans la civilisation romaine. Si les propriétés thérapeutiques de certaines eaux dites ferrugineuses sont (actuellement) bien reconnues, qu’en est-il de leur statut dans le monde romain ? Ces eaux sont-elles perçues comme salubres et saines ?

Outre l’exemple du site de Jebel Oust, on pourra également s’interroger sur la gestion de l’exploitation d’eaux carbonatées à l’époque antique sur d’autres sites localisés en contexte calcaire : le site gallo-romain de Jonvelles (Haute-Saône), où l’absence de concrétions calcaires dans les bains et canalisations interroge sur la présence supposée d’un « bassin de précipitation » en amont, et le site de Villards d’Héria (Jura), où la très faible quantité de calcaire précipité (seul un mince voile engobe les parois des bains) pourrait s’expliquer par une précipitation des eaux calcaires en amont de l’édifice thermal.

Références bibliographiques :

Broise, H., Curie, J., 2014. L’étude de travertins carbonatés du sanctuaire de Jebel Oust (Tunisie) : une contribution à l’analyse diachronique, fonctionnelle et architecturale des thermes, in Balaneia, Thermes et Hammams – 25 siècles de bain collectif (Proche-Orient, Egypte et Péninsule Arabique), Édition Balnéorient/IFAO, 573-584.
Campy, M., Macaire, J.-J., 2005. Géologie de la surface : érosion, transfert et stockage dans les environnements continentaux. Dunod, Paris.
Curie, J., Petit, C., Ben Abed, A., Broise, H., Scheid, J., 2018. Les dépôts carbonatés en contexte archéologique, mémoire d’une gestion de l’eau : l’exemple du site de Jebel Oust, Tunisie, in L’eau dans les villes du maghreb et leur territoire à l’époque romaine, Ausonius Éditions, Mémoires 54, pp.273-285.
Curie, J., Petit, C., 2014. Geoarchaeology of “anthropogenic” travertine: a story of water and life etched in stone. European Geologist, 38, 21-24.
Keenan-Jones, D., Motta, D., Garcia, M.H., Fouke, B.W., 2015. Travertine-based estimates of the amount of water supplied by ancient Rome’s Anio Novus aqueduct. J. Archaeol. Sci. Rep. 3, 1–10. https://doi.org/10.1016/j.jasrep.2015.05.006
Passchier, C., Sürmelihindi, G., Spötl, C., Mertz-Kraus, R., Scholz, D., 2016. Carbonate deposits from the ancient aqueduct of Béziers, France — A high-resolution palaeoenvironmental archive for the Roman Empire. Palaeogeogr. Palaeoclimatol. Palaeoecol. 461, 328–340. https://doi.org/10.1016/j.palaeo.2016.08.022
Pentecost, 2005. Travertine. Springer, London.

Gestion de l’eau ; époque romaine ; carbonates archéologiques

Appel à communications jusqu’au 31 octobre 2020 : Pouvoirs et ressources naturelles

Rassemblant des chercheurs issus d’horizons disciplinaires différents (archéologues, historiens, géographes, sociologues, économistes, juristes, écologues…), ce cycle entend explorer la question des ressources naturelles envisagée dans le temps et dans l’espace, relatives à l’agriculture, la sylviculture, la pêche, l’artisanat ou encore l’industrie et l’énergie. À l’heure où de nouvelles normes environnementales sont définies, où les ressources naturelles sont l’objet de discussions très vives, il semble important de ré-interroger la question en l’inscrivant dans la longue durée, attentif aux transformations, aux accélérations ou stagnations, aux seuils de réversibilité dans l’exploitation des ressources.

Voir les détails de l’appel à communication ici

Fabrice Guizard

8-9 avril 2021

: Valenciennes – campus Les Tertiales

ressources naturelles, énergie, biomasse, pouvoir

A transdisciplinary approach to reconstruct Nilotic socio-ecosystem in Luxor west bank during the Ptolemaic period – British Egyptology Congress – 30/09

Dans le cadre du British Egyptology Congress 5, organisé par The Egypt Exploration Society et qui aura lieu en ligne entre le 1er septembre et le 16 octobre, Giulia Nicatore présentera le 30 septembre son poster intitulé : A TRANSDISCIPLINARY APPROACH TO RECONSTRUCT NILOTIC SOCIO-ECOSYSTEM IN LUXOR WEST BANK DURING THE PTOLEMAIC PERIOD: THE CONTRIBUTION OF THE STUDY OF MODERN CARTOGRAPHY.

Poster

Le poster s’inscrit dans le cadre de mon projet de doctorat dont l’objectif est la reconstitution du socio-écosistème nilotique à l’hauteur de Louxor (Egypte) pendant la période ptolémaïque, en utilisant une approche transdisciplinaire qui combine l’analyse papyrologique avec l’étude de données paléogéomorphologiques. Dans cette perspective, l’intégration des cartes du XIXe siècle et du début du XXe siècle est essentielle pour mieux comprendre les changements anthropiques et géomorphologiques qui se sont produits dans la zone d’étude. L’analyse des cartes modernes, en particulier celles datant d’avant la réforme agraire de Muhammad Ali (1804-1848), fournit des informations sur la présence et les mouvements des structures anthropiques et alluviales de ce secteur, telles que les canaux et les îles, ainsi que sur la position du Nil. Pour cette raison, j’ai sélectionné et géoréférencé des cartes anciennes (Jollespin 1821 ; Régnauld de Lannoy de Bissy 1890) et plus récentes pour les comparer. Leur visualisation et analyse nous permet de tirer quelques conclusions préliminaires sur l’évolution du paysage de cette partie de l’Égypte.

: cartographie digitale, géomorphologie fluviale, analyses papyrologiques
30 septembre, 15h (heure de Londres)
En ligne, The Egypt Exploration Society (https://www.ees.ac.uk/posters)

Parution JAS Report : Ancient arctic pyro-technologies – Octobre 2020

Marine Vanlandeghem, Bruno Desachy, Christophe Petit et Michelle Elliott vous annoncent la publication d’un nouvel article dans la revue Journal of Archaeological Science: Reports (33 (2020) 102414) inttulé Ancient arctic pyro-technologies: Experimental fires to document the impact of animal origin fuels on wood combustion

Remains of animal fuel and driftwood fires are evident in Birnirk and Thule sites of northwestern Alaska (AD 11th-14th century). To better understand these fires, a robust experimental protocol was designed to study the effects of multi-fuel fires, in particular, the addition of fat to woody fuels. In Arctic regions, permafrost and climate conditions do not allow for the development of tree vegetation. Marine mammal oil and bones served as fuel substitutes, as did locally shrubby vegetation and driftwood accumulations. The excavation of numerous thick burnt areas in many Arctic sites confirms the use of multiple fuels including wood, animal fat, and bone in large quantities. These burnt areas correspond to a wide range of fire activities—cooking, smoking, firing ceramics, and others—but the actions and effects of each fuel are still poorly known.

We describe conditions necessary to achieve a reproducible and statistically representative experimental fire sample. We compared fuel combinations of driftwood or non-drifted wood, animal fat, and caribou bones over 55 combustions. Experiments were conducted under controlled conditions in a laboratory in France and on the coast of northwestern Alaska. We found that a minimum of 30 test assays was needed to obtain statistically significant results but many research avenues can be obtained from smaller series. We obtained key figures and descriptive data on the impact of different animal fuels on fire temperature and duration, as well as on the firewood spectrum, with important implications for the representation of different woody fuels and the fragmentation patterns of charcoals. We report a relatively rapid rate of formation for blackened and crusted sediments when seal oil is burned along with driftwood. This means that thick accumulations of burnt material may not be a reliable signal of long-term occupations and that the relationship between the duration of site occupation and fuel management deserves further study.

Fire experiments, Statistical analysis, Animal fuels, Driftwood, Arctic archaeology

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search