Archives de catégorie : Interventions des membres de l’équipe

CONSTRUIRE EN TERRE : Géoarchéologie-­‐Archéologie, Séminaire de recherche et de formation doctorale (Montpellier, 24-25 février 2015)

Le « 6ème Séminaire sur l’habitat néolithique et 6ème Rencontre d’Archéologie préventive Seconde table ronde sur les constructions en terre », intitulé « CONSTRUIRE EN TERRE
Géoarchéologie-­‐archéologie », organisé par l’équipe « Préhistoire
et de la Protohistoire Méditerranéennes » de l’UMR 514O, le Labex
Archimède et les Groupes de réflexions modestes, a eu lieu à l’Université Paul Valéry (Montpellier), le 24 et 25 février 2015.

Wassel Eddargach a donné une communication intitulée : « Identification de l’usage de la terre crue dans les habitats capésiennes : l’exemple ammadiya SHM1 (Hergla-­ Tunisie) et rammadiya Kef Elzahi (Kairouan-­ Tunisie). »

Programme complet

Table ronde régionale – Enregistrement archéologique, systèmes d’information, publication (Tours, 13 mars 2015)

La table ronde régionale – « Enregistrement archéologique, systèmes d’information, publication », organisée par la DRAC Centre – Service régional de l’archéologie, l’Institut national de recherches archéologiques préventives et l’UMR 7324 CITERES – Laboratoire Archéologie et Territoires, aura lieu à Tour le 13 mars 2015.

Bruno Desachy donne la communication, « Des diagrammes stratigraphiques, oui, mais… à quoi ça sert ? Remarques sur l’expérience d’utilisation de l’outil « le stratifiant ».

Programme complet

Parasite ! Paléopathogènes et parasites anciens en archéologie : Séminaires d’archéologie environnementale (10 déc 2014, Nanterre)

Le séminaire « Parasite ! Paléopathogènes et parasites anciens en archéologie », organisé par Christophe Petit, a eu lieu à la Maison Archéologie et Ethnologie, René Ginouvès le 10 décembre 2014.

Les interventions étaient le suivants :

11h00 – 12h00 BINOIS Annelise (Doctorante U. Paris 1 / Equipe Archéologies environnementales) Téteghem ‐ Carlines 3, une épizootie ovine du XIIIe siècle.

12h00 – 13h00 LEBAILLY Matthieu (MCF U. Franche ‐ Comté / Laboratoire Chrono ‐ environnement) La paléoparasitologie, à l’interface de l’archéologie et de la biologie.

14h30 – 15h30 CÔTÉ Nathalie (Doctorante U. Franche ‐ Comté /
Institut Jacques Monod, laboratoire Epigénome et paléogénome) Introduction à l’ADN ancien et à la paléoparasitologie moléculaire

Conférence invitée : « The archaeology of epizootic disease » (14 novembre 2014, Oslo)

Annelise Binois (doctorante) a été invitée à l’Université d’Oslo le 14 novembre 2014, par N.-C. Stenseth et B. Bramanti du « Center for Ecological and Evolutionary Synthesis » pour présenter une conférence intitulée « The archaeology of epizootic disease: identification and diagnosis of ovine mass mortalities in archaeological deposits ».

Résumé
Epizootic disease and other animal mass mortalities have undoubtedly been a major concern for agro-pastoral societies ever since mankind started to rely on domestic animals for subsistence, and there is ample historical evidence testifying to this fact. Archaeological evidence for such events is however almost completely lacking: hardly any sites or deposits relating to an epizootic outbreak have ever been identified or studied, and no diagnosis has to our knowledge ever been attempted.

Our research aims to address this knowledge gap by developing an interpretative framework for the understanding of archaeological animal carcass accumulations. Two questions spring to mind when faced with such a deposit: that of the origin of the deposit, ritual or mundane, and that of the cause of death involved. Using contemporary veterinary science, historical sources and bio-archaeological data, we elaborate criteria for demonstrating whether an animal carcass deposit is, or not, to be interpreted as the consequence of a mass mortality, and in the event that it is, for identifying probable diagnostic hypotheses.

Since most mortality events leave no traces on the bones of their victims, we have developed a paleo-epidemiological diagnostic approach based on indirect evidence. By a reasoned analysis of judiciously chosen historical sources, we list the most frequent causes for mass mortalities in pre-modern sheep flocks, and we establish an epidemiological profile for each of these causes, compiling its characteristics in terms of age, sex, season, terrain, etc. The same information is obtained for the archaeological assemblages by classical bio-archaeological analysis, and the profiles acquired by both methods are then compared. Statistically probable diagnostic hypotheses can therefore be identified, and be subsequently verified by further analysis, especially, when appropriate, by the identification of paleopathogens.

This presentation exposes our approach and applies it to the example of the sheep deposit from Achères (France), a 17th – 18th century pit containing the complete bodies of 18 adult and sub-adult sheep. We show that the animals quite certainly died in a mass mortality event, and suggest two possible causes of death, anthrax and grain poisoning.

 

Les exploitations minières et leurs répercussions environnementales (11 decembre 2014, Paris)

Organisée dans le cadre du « Séminaire d’archéologie environnementale » (SemAE) et « Jeudis de l’archéologie médiévale et moderne » (JAMM), on présente la journée « Les exploitations minières et leurs répercussions environnementales »

Jeudi 11 décembre 2014 de 10h à 16h30, salle 319 à Michelet

Programme

Clôturer, réguler, prélever : approches archéologiques et textuelles (20 novembre 2014, Paris)

Organisé par Patrice Brun (ArScAn), Geneviève Bührer-Thierry (LAMOP), Laurent Feller (LAMOP) & Anne Nissen (ArScan) dans le cadre du séminaire “Jeudi d’Archéologie et d’Histoire”, on présente la journée “Clôturer, réguler, prélever : approches archéologiques et textuelles”.

(27 novembre, La Sorbonne, salle Perroy, 10h30 -17h00)

Programme complet

6es Rencontres Naturalistes des Pays de la Loire (23 novembre 2014, La Roche-sur-Yon)

Dans le cadre du « 6es Rencontres Naturalistes des Pays de la Loire », organisé par le  LPO – Centre Vétérinaire de la Faune Sauvage et des Ecosystèmes des Pays de la Loire ONIRIS, Aurélia Borvon présente la communication :

« Avifaune sauvage de Maine-et-Loire : quelques données archéozoologiques médiévales »

Programme

Les Mondes du Froid » : Les sociétés arctiques et subarctiques actuelles et passées dans un monde changeant (stratégies, résilience, adaptation) (3 novembre, Paris)

Dans le cadre du séminaire pédagogique « Les mondes du froid », organisé par Emmanuèle Gautier (Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne) et financé par le Le LabEx Dynamite, Claire Alix (UMR 8096 et Université Paris 1) et Anne Bridault présentent la communication :

« Déchiffrer et comprendre le changement à l’échelle du temps long : perspective archéologique »

La perception du changement s’appréhende à différentes échelles, selon que l’on travaille sur un temps « court », celui de quelques générations (mémoire vivante de l’individu et du groupe), ou sur un temps long (plusieurs millénaires). Archéologues et préhistoriens doivent en effet appréhender la question du changement selon une résolution temporelle lâche, en incluant la question des héritages socio-environnementaux et des prises de décision. De récents programmes interdisciplinaires consacrés à l’étude des changements climatiques passés, montrent combien il est important, non seulement de définir précisément ce qui change et à quel rythme, mais aussi d’interpréter ces changements et leurs conséquences sur les conditions de vie des sociétés préhistoriques

XXIVeme rencontres CNRS Jeunes « Sciences et Citoyens » (17-19 octobre 2014, Poitiers)

« Manger : une affaire de corps et de cerveau, en société » était le thème des journées de rencontres entres des jeunes et des chercheurs, organisées par Philippe Garrigues (président du comité scientifique) et coordinées par Hirac Gurden (DR CNRS, CNRS UMR8165 Universités P7-P11- Equipe « Métabolisme, Imagerie et Olfaction » ).  Ce événement comptait également sur la participation d’Anne Bridault.

Le résumé de l’atelier :

Quoi de plus banal que de manger ? Pourtant les mécanismes de la nutrition sont bien loin d’être déchiffrés. La nutrition est liée à notre santé et implique un dialogue complexe entre notre corps et notre cerveau. Elle a lieu dans un contexte social et culturel précis qui influence nos choix alimentaires. Enfin, du Paléolithique au Néolithique, le comportement alimentaire de nos ancêtres présente une évolution étonnante. Nous partirons donc à la découverte de ces questions ouvertes, où sociologues, archéozoologues, médecins et neurobiologistes cherchent à comprendre les mécanismes de la nutrition.

Journées du Patrimoine, Château du Plessis Macé (19-21 septembre 2014)

A l’occasion des 31èmes Journéesjournees Européennes du Patrimoine, le château du Plessis-Macé, fort de son identité de demeure médiévale, accueille de nombreuses animations et conférences autour du thème de la cuisine et des façons de cuisiner au Moyen-
âge. Celles-ci occupent la cour du château ainsi que les différents bâtiments du logis et des communs.

Le vendredi 19 septembre, Aurélia Borvon présente la communication « L’alimentation carnée au château de Montsoreau »

12th International Conference on Urban History : Cities in Europe, Cities in the World. , Lisbonne (3-6 Septembre 2014)

Organisé par l’European Association for Urban History, le « 12th International Conference on Urban History : Cities in Europe, Cities in the World » déroule du 3 au 6 Septembre 2014 à Lisbonne.

Dans le  cadre du Session « Port Cities : Comparative Perspectives on Urban Stability and Public Safety (18th-21st centuries) », Gaëlle Caillet présente la communication suivante :

Le rôle primordial des raffineries de sucre dans la lutte contre les incendies urbains à Orléans, XVIIe-XIXe siècles

            Ce sont les raffineries spécialisées dans la transformation du sucre brut (issu de la transformation de la canne à sucre dans les habitations-sucreries érigées dans les territoires antillais possédées par le royaume de France) en sucre raffiné qui sont ici prise en compte.

L’objet de cette présentation provient d’un constat : le plus ancien règlement concernant la lutte contre les incendies à Orléans, édicté le 7 avril 1770, évoque la participation ancienne des garçons-raffineurs (employés des manufactures spécialisées dans la transformation du sucre possédées par les familles négociantes de la ville) dans cette lutte. Ainsi, après un bref rappel des éléments dont disposait la ville pour lutter contre les incendies avant l’installation des raffineries de sucre, nous nous demanderons pourquoi la municipalité a décidé de faire des ouvriers-raffineurs des composants indispensables de la lutte contre les incendies qui accompagnent les pompiers orléanais sous les ordres des officiers municipaux. Nous verrons les procédés qu’elle a déployée pour encourager les ouvriers raffineurs à prendre part à ces actions collectives (prime allouée aux garçons-raffineurs qui sont les premiers à actionner la pompe à incendie de l’établissement où ils travaillent). Nous étudierons un peu plus en détail l’équipement dont dispose les négociants-raffineurs et qui leur permet de lutter efficacement contre les incendies (nombre, nature, modes de fonctionnement et entretien des pompes à incendie). Nous verrons enfin que les ouvriers-raffineurs occupent un rôle prépondérant dans cette lutte contre les incendies, remplaçant parfois les sapeurs-pompiers de la ville tant et si bien que même après l’institution d’une compagnie de sapeurs-pompiers par décision ministérielle, le 6 février 1815, les ouvriers raffineur continuent à être sollicités par la municipalité de la ville.

Ainsi, cette présentation s’efforcera de monter comment les raffineries de sucre créées à Orléans entre les années 1660et 1850 vont, alors qu’il s’agit d’établissements susceptibles de provoquer des incendies, devenir les éléments indispensables pour lutter efficacement contre les incendies urbains. Nous chercherons à mettre en exergue le statut particulier d’Orléans : c’est parce que c’est une ville portuaire (et seulement pour cette raison) qu’elle accueille des raffineries de sucre ; et, c’est en raison de la position stratégique que ce port fluvial occupe sur le fleuve qu’il a massivement été investit par cette activité de transformation (par rapport à Nantes par exemple).

Site du colloque

16th Annual Conference of the British Association for Biological Anthropology and Osteoarchaeology, London (12-14 septembre 2014)

BABAO_logoDans le cadre du « 16th Annual Conference of the British Association for Biological Anthropology and Osteoarchaeology », qui aura lieu à Durham University (Royaume-Uni), Annelise Binois présentera la communication :

“The silence of the lambs. A paleoepidemiological approach to the identification and diagnosis of mass mortalities among archaeological livestock.”

Epizootics and other animal mass mortalities have undoubtedly plagued livestock ever since animals have been domesticated, and there is ample historical evidence testifying to the major concern these mortalities represented for agro-pastoral societies. However, very few archaeological deposits relating to epizootic disease have been studied and published in the archaeological record, and none, to our knowledge, has ever been the object of a diagnosis.

This presentation aims to address this knowledge gap, and more specifically the issue of pathogen identification in animal carcass deposits for which a mass mortality event can be demonstrated. Taking on the example of ovine mortalities, and illustrating our demonstration with the case studies of two French medieval and post-medieval sheep pits, we expose a novel diagnostic methodology combining a paleo-epidemiological approach and paleo-microbiological analyses, and present our preliminary results.

Since most mortality events, in their brutal onset, leave no traces on the bones of their victims, our approach uses indirect evidence. A reasoned analysis of judiciously chosen historical sources allows us to list the most frequent causes for mass mortalities in pre-modern sheep flocks, and to establish an epidemiological profile for each of these causes, compiling its characteristics in terms of age, sex, season, terrain, etc. The same information is obtained from the archaeological deposits by classical bio-archaeological analysis, and the profiles acquired by both methods are then compared. Statistically probable diagnostic hypotheses can therefore be identified, and be subsequently verified by further analysis, especially, when appropriate, by the identification of paleopathogens.

Voir le site du colloque