L’exposition Archéo-Sexisme à Strasbourg en direct sur YouTube le 21/01/2021

Affiche Exposition Archéo-Sexisme

La MISHA, la délégation Alsace du CNRS et la Mission égalité-parité de l’Université de Strasbourg organisent une journée d’étude sur les discriminations en archéologie en parallèle de l’exposition Archéo-Sexisme actuellement exposée à la MISHA.

Parmi les conférencières invitées, Laura Mary, Béline Pasquini et Ségolène Vandevelde, commissaires de l’exposition Archéo-Sexisme, qui donneront une conférence sur Les discriminations en archéologie : histoire, enjeux et perspectives en direct sur la chaîne YouTube de la MISHA.

invitation vernissage exposition ArcheoSexisme

Formation au XRF portatif – Quai Branly – 14 janvier

une analyse au XRF portatif est de surface et non destructive. Elle permet d'analyser roches et minerais, sols, céramiques mais également les métaux (afin d'en déterminer l'alliage). Ce type d'analyse bien que peu précise et courante en archéologie

Plusieurs membres de l’équipe Archéologies Environnementales et de l’UMR ArScAn ont participé à une matinée de formation à l’utilisation du XRF portable récemment acquis dans le cadre d’un projet collaboratif financé par le DIM Matériaux.

jeudi 14 janvier 2021
: Musée du Quai Branly

: Christophe Petit, Jessica Legendre, Clément Menbrivès, Gabriel Teurquety, Samson Tokannou, Céline Tomczyk

une analyse au XRF portatif est de surface et non destructive. Elle permet d'analyser roches et minerais, sols, céramiques mais également les métaux (afin d'en déterminer l'alliage). Ce type d'analyse bien que peu précise et courante en archéologie

3ème Journée d’étude du projet collectif Archéologie du Fait Urbain « Relever la ville » – 4 décembre 2020

Les membres de l’équipe Émilie Cavanna, Bruno Desachy et Léa Hermenault participent à l’organisation de la 3ème journée d’étude du projet collectif ArScAn « Archéologie du Fait Urbain » qui a pour thème « Relever la ville. Les spécificités du relevé archéologique en contexte urbain »

voir le programme complet en cliquant ici

Vendredi 4 décembre 2020
En distanciel sur Zoom
ID de réunion : 987 4821 5556 / Code secret : 520203
https://zoom.univ-paris1.fr/j/98748215556?pwd=UHdmZU1od25Vc1lVZkF2bmpxcS9XUT09
Emilie Cavanna, Bruno Desachy, Camille Gorin, Julie Gravier et Léa Hermenault – Equipe de l’AFU (projet collectif Archéologie du Fait Urbain)
Archéologie urbaine ; méthodes ; relevés
https://faiturbain.hypotheses.org

Séminaire d’enseignement et de recherche « Pré-histoires d’eau » – du 6/10 au 1/12 2020

Veuillez trouver ici le programme complet du Séminaire d’enseignement et de recherche Préhistoire d’Orient et d’Occident de 2020 intitulé « Pré-histoires d’eau » qui aura lieu en visioconférence, sur Zoom. Pour obtenir le lien vers le séminaire, merci de contacter Sophie A. de Beaune : sophie.de-beaune@univ-lyon3.fr

Un mardi sur deux de 14 à 17h45. Dates des séances : 06/10, 20/10, 03/11, 17/11, 01/12
Lyon, mais en visioconférence cette année

Sophie A. de Beaune (Lyon 3 et ArScAn, éq. Archéologies environnementales), Eric Thirault (Lyon 2 et Archéorient), Frédéric Abbès (CNRS, Archéorient)

 

Conférence – Les discriminations sexistes en archéologie, du terrain à la recherche : histoire, enjeux et perspectives – Festival Sexe, Genre et Archéologie

Le Festival Sexe, Genre et Archéologie organisé par l’APARÉA est organisé autour de la venue de l’exposition Archéo-Sexisme à Toulouse. Elle y est visible à partir du 5 octobre 2020 et jusqu’au 3 décembre 2020 dans le hall de la Maison de la Recherche sur le campus de l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès.

    *     *     *

conférence 22 octobre 2020

En parallèle de l’exposition Archéo-Sexisme, des conférences sont organisées, et notamment une donnée par les créatrices de l’exposition « Archéo-Sexisme » : Ségolène Vandevelde (UMR 7041 ArScAn), Beline Pasquini (UMR 7041 ArScAn) et Laura Mary (Paye Ta Truelle), intitulée « Les discriminations sexistes en archéologie, du terrain à la recherche : histoire, enjeux et perspectives »

L’ensemble du programme du festival est accessible ici ->

https://blogs.univ-tlse2.fr/aparea/2020/09/03/le-programme-du-festival-sexe-genre-et-archeologie-2020/

(c) association de promotion et d’aide à la recherche en archéologie

Semaine internationale de l’accès ouvert – Paris 1 – Panthéon-Sorbonne

table ronde être ou ne pas être open science

À l’occasion de la semaine internationale de l’accès ouvert, Ségolène Vandevelde participe à la table ronde Être ou ne pas être open Science ? avec une présentation intitulée « Pourquoi la science ouverte ? Valoriser ses publications dans HAL » précédant des échanges entre conférencier·e·s invités et la salle.

table ronde être ou ne pas être open science

La mission Appui à la recherche services aux chercheurs du SCD (Service commun de la documentation) s’associe à la semaine internationale de l’accès ouvert du 19 au 25 octobre 2020, sous la bannière « Être ou ne pas être Open Science ».

Deux événements sont organisés à l’intention des doctorants, des enseignants-chercheurs et des personnels d’appui à la recherche :

  • un après-midi d’échanges le mardi 20 octobre au Centre Panthéon : Pourquoi ouvrir les publications et les données de la recherche
  • une Coffee Party de dépôt dans HAL le jeudi 22 octobre à la Bibliothèque Jean-Claude Colliard.

Télécharger le programme
Télécharger l’affiche

L’inscription est obligatoire pour les deux événements. Compte tenu du contexte sanitaire, les inscriptions sont limitées à 25 personnes.
Contact pour l’inscription : thesesbu@univ-paris1.fr (renseignements au 01 44 07 89 10 Isabelle Le Bescond)

JOURNÉE D’ÉTUDE « FÉMINISME ET ARCHÉOLOGIE : Égalité, Diversité et Convergence des luttes : pour une archéologie de la subversion »

affiche journée d'étude Feminismes et archéologie

Mardi 6 octobre 2020 de 8h30 à 17h30

Y interviennent deux membres de l’équipe :

Ségolène VANDEVELDE : Lutte contre les discriminations versus éthique du care : deux approches inconciliables?

Béline PASQUINI : L’exposition Archéologie-Sexisme et la charte Chantier Éthique : deux initiatives pour réduire les discriminations dans le monde de l’archéologie

Cette journée d’étude est co-organisée par Laura MARY (Paye ta truelle), Isabelle ALGRAIN (ULB – Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique) et l’Université des Femmes.

Au cours des dernières années, les problèmes liés au manque d’égalité et de diversité en archéologie ont été soulevés par des professionnel-le-s des secteurs académiques, publics et privés. Femmes, personnes racisées, membres de la communauté LGBTQIA+ et personnes en situation de handicap doivent fréquemment faire face aux discriminations au sein de la discipline archéologique, à la fois sur et en dehors du terrain. Des initiatives pour combattre collectivement ces inégalités au sein de cette profession ont récemment émergé dans les pays anglo-saxons (British Women Archaeologists; The Society of Black Archaeologists; Queer Archaelogy) et hispaniques (Past Women; Arquelogas Féministes). Elles peinent cependant à se mettre en place dans le monde de l’archéologie francophone. L’objectif de cette journée d’étude est, d’une part, de dresser un état des lieux de la situation dans nos régions et, d’autre part, d’identifier de quelles manières nous pouvons améliorer l’égalité et la diversité au sein de cette profession.

Le programme complet : https://www.universitedesfemmes.be/events-universite-des-femmes/a-ne-pas-manquer/301-feminisme-et-archeologie-egalite-diversite-et-convergence-des-luttes-pour-une-archeologie-de-la-subversion

affiche journée d'étude Feminismes et archéologie

Colloque Eaux sales, eaux troubles, eaux de ruissellement : la gestion des eaux indésirables dans le monde romain – 15-16 octobre 2020 à Montpellier

Julien Curie et Christophe Petit ont proposé une communication à l’occation du colloque internationnal sur la thématique des eaux usées à l’époque romaine intitulée : La gestion des eaux carbonatées dans le monde romain : la question des « bassins de précipitation » en amont des thermes, pour des eaux « saines » et « salubres » ?

Retrouvez la totalité du programme en cliquant ici (PDF)

15-16 octobre 2020

Université Paul Valéry, Montpellier (France)
« Si l’on y trempe un roseau ou tout autre chose, on trouve pétrifiée la partie qui était dans l’eau, sans que celle qui était dehors ait éprouvé le moindre changement » nous rapporte Vitruve (1er s. av. J.-C.), avant de poursuivre : « Il en est de même à Hiérapolis, en Phrygie, d’une grosse source d’eau bouillante. Dans les fossés qui entourent les jardins et les vignes où elle coule, elle forme au bout d’un an une croûte de pierre qui en tapisse les deux bords » (De Architectura, Livre VIII, 3). Le témoignage de Vitruve, rejoint d’autres récits antiques (Géographie de Strabon, Histoires Naturelles de Pline l’Ancien, Questions Naturelles de Sénèque), qui attestent de l’observation et de la prise en compte dès l’Antiquité du phénomène d’encroûtement (de structures et d’objets) et de la formation de dépôts carbonatés par certaines eaux continentales (nommés « travertins » – formés par des eaux chaudes – ou « tufs calcaires » – formés par des eaux douces et froides – dans la littérature géologique, cf. e.g. Campy and Macaire, 2005 ; Pentecost, 2005). Ces carbonates qui se déposent dans les structures anthropiques anciennes sont appelés « carbonates archéologiques » (Curie & Petit, 2014) ; leur analyse géoarchéologique dans l’étude des aqueducs antiques (e.g. Passchier et al., 2016 ; Keenan-Jones et al., 2015) et des thermes romains (Broise & Curie, 2014) apportent des éléments nouveaux à la compréhension de la gestion des eaux par les sociétés anciennes (Curie, 2013 ; Curie et al., 2018). En effet, leurs présences entrainaient très certainement des problèmes de gestion du fait, d’une part de la réduction du débit dans les aqueducs et tuyaux d’adduction de l’eau (pouvant aller jusqu’à l’obturation complète de la structure) et d’autre part, de la nature de eau qu’on peut qualifier d’ « impropre » pour les utilisations quotidiennes des Romains (forte minéralisation en éléments métalliques, présence de bactéries microbiennes, activités biologiques de macro-végétaux). Dès lors, quelles solutions et quelles ingénieries ont pu être mises en œuvre ?

A Jebel Oust (Tunisie), la source chaude exploitée par les Romains a déposé des carbonates dans l’ensemble des structures du site qui s’organise le long d’un versant : la source chaude du temple situé alimentait un aqueduc et des termes en contrebas. L’analyse minéralogique et géochimique des différents dépôts a montré que la gestion des eaux thermales sur le site était complexe, notamment au sein du grand édifice thermal situé en aval du parcours de l’eau chaude. Parmi les faciès définis dans les salles et canalisations thermales antiques, l’un présente une couleur orangée du fait de la précipitation majoritairement dominée par des oxydes de fer ; il témoigne d’une absence de gestion (ou tout du moins désorganisée) de l’eau chaude lors d’une phase tardive de l’évolution des thermes. En effet, quand l’eau des thermes était gérée, les carbonates alors précipités étaient blanchâtres. Ceci nous amène à reconsidérer la fonction d’un petit bassin situé à mi-pente entre le temple et les grands thermes en contrebas. Il est interprété comme le premier espace balnéaire du site mais l’analyse du remplissage de ce bassin montre qu’il a servi dans une seconde phase comme un espace de précipitation des minéraux ferreux avant que les eaux ne rejoignent les thermes situés en contrebas . Cette réorganisation du réseau d’alimentation a entrainé la création d’un nouveau tracé de l’aqueduc, dessinant alors un coude au niveau de ce bassin dès lors transformé en un espace dans lequel précipitaient les hydroxydes ferreux (concrétions compactes et hétérogènes) afin que les eaux soient claires et blanches dans les grands thermes réaménagés en contrebas. Cette hypothèse soulève la question de la position des eaux thermo-ferrugineuse dans la civilisation romaine. Si les propriétés thérapeutiques de certaines eaux dites ferrugineuses sont (actuellement) bien reconnues, qu’en est-il de leur statut dans le monde romain ? Ces eaux sont-elles perçues comme salubres et saines ?

Outre l’exemple du site de Jebel Oust, on pourra également s’interroger sur la gestion de l’exploitation d’eaux carbonatées à l’époque antique sur d’autres sites localisés en contexte calcaire : le site gallo-romain de Jonvelles (Haute-Saône), où l’absence de concrétions calcaires dans les bains et canalisations interroge sur la présence supposée d’un « bassin de précipitation » en amont, et le site de Villards d’Héria (Jura), où la très faible quantité de calcaire précipité (seul un mince voile engobe les parois des bains) pourrait s’expliquer par une précipitation des eaux calcaires en amont de l’édifice thermal.

Références bibliographiques :

Broise, H., Curie, J., 2014. L’étude de travertins carbonatés du sanctuaire de Jebel Oust (Tunisie) : une contribution à l’analyse diachronique, fonctionnelle et architecturale des thermes, in Balaneia, Thermes et Hammams – 25 siècles de bain collectif (Proche-Orient, Egypte et Péninsule Arabique), Édition Balnéorient/IFAO, 573-584.
Campy, M., Macaire, J.-J., 2005. Géologie de la surface : érosion, transfert et stockage dans les environnements continentaux. Dunod, Paris.
Curie, J., Petit, C., Ben Abed, A., Broise, H., Scheid, J., 2018. Les dépôts carbonatés en contexte archéologique, mémoire d’une gestion de l’eau : l’exemple du site de Jebel Oust, Tunisie, in L’eau dans les villes du maghreb et leur territoire à l’époque romaine, Ausonius Éditions, Mémoires 54, pp.273-285.
Curie, J., Petit, C., 2014. Geoarchaeology of « anthropogenic » travertine: a story of water and life etched in stone. European Geologist, 38, 21-24.
Keenan-Jones, D., Motta, D., Garcia, M.H., Fouke, B.W., 2015. Travertine-based estimates of the amount of water supplied by ancient Rome’s Anio Novus aqueduct. J. Archaeol. Sci. Rep. 3, 1–10. https://doi.org/10.1016/j.jasrep.2015.05.006
Passchier, C., Sürmelihindi, G., Spötl, C., Mertz-Kraus, R., Scholz, D., 2016. Carbonate deposits from the ancient aqueduct of Béziers, France — A high-resolution palaeoenvironmental archive for the Roman Empire. Palaeogeogr. Palaeoclimatol. Palaeoecol. 461, 328–340. https://doi.org/10.1016/j.palaeo.2016.08.022
Pentecost, 2005. Travertine. Springer, London.

Gestion de l’eau ; époque romaine ; carbonates archéologiques

Meso’2020 Tenth International Conference on the Mesolithic in Europe – 7-11 septembre 2020 – Toulouse Visioconférence

Dans le cadre du Xème colloque international sur le Mésolithique en Europe qui s’est déroulée en visioconférence, deux communications et un poster on été présentés par des membres de l’équipe (A. Binois-Roman, A. Bridault et C. Petit). Un livret des résumés est téléchargeable en ligne sur le site du colloque :
https://meso2020.sciencesconf.org/program.
Communications orales :
Binois-Roman, A. et Bridault, A. – On the Brink of culture change: Animal resource procurement and use in the final Mesolithic at « Tivoli » Place Saint Lambert (Liège), Belgium.
Bridault, A., Binois-Roman, A., Frontin, D., Cupillard, C., Petit, C. – Zooarchaeological evidence for freshwater fish exploitation during the Mesolithic: a case study from the Doubs catchment basin (Jura, Eastern France)
Poster :

Trémolières, M., Cupillard, C., Bridault, A. – Deer hunting during the Mesolithic at Les Cabônes rockshelter (Jura, France): insights from dental remains

Journée d’étude, thème partagé d’ArScAn « Incendies » – 29 avril – INHA, Paris

Dans le cadre des thèmes partagées d’ArScAn, la prochaine journée d’étude consacrée aux incendies co-organisée par Christophe PETIT (ArScAn, Paris 1, équipe Archeologies environnementales), Maxime l’HERITIER (ArScAn, Paris 8, équipe GAMMA) et Arnaud Ybert (Université de Bretagne Occidentale, CRBC EA 4451 / UMS 3554), se tiendra le mercredi 29 avril 2020 à l’INHA, sur la thématique : Cathédrales en feu : histoire et archéologie des incendies des édifices religieux (Moyen Âge – époque moderne).

Consultez le détail de la journée en cliquant ici.

: mercredi 29 avril 2020 de 10h à 17h
: Paris, INHA, salle Vazari

 

Journée d’étude Archéopédologie – 6 mars 2020 – Nanterre, MSH Mondes

Le développement de méthodes extensives de caractérisation des sols des espaces ruraux (archéologie préventive, archéologie des réseaux parcellaires, cartographie pédologique et morpho-sédimentaire…) permet de s’interroger sur la trajectoire spatio-temporelle des terroirs exploités. Parmi les nombreux éléments qui participent à la caractérisation des agrosystèmes anciens, les données pédologiques fournissent un enregistrement in situ des pratiques de gestion des espaces.

– Cette mémoire des sols permet-elle d’aborder la spatialisation des activités rurales ?
– Comment caractérise-t-on, hors des sites d’habitats anciens, l’impact anthropique ancien sur les sols ?
– Dans quelles mesures les données archéologiques permettent-elles de dater les processus pédogénétiques ?
– Dans quelle mesure, l’évolution spatio-temporelle de la couverture pédologique est-elle liée aux activités humaines ?

Cette table-ronde a pour objectif de faire le point sur les méthodes et les premiers résultats de la caractérisation spatiale des sols en relation avec les données archéologiques.

: archéopédologie, sols, système agraire
: vendredi 6 mars 2020
: MAE Nanterre, salle RDJ

Le programme de la journée

47th Annual Meeting of the Alaska Anthropological Association – 26-29 février 2020 – Fairbanks, Alaska

Dans le cadre des 47ème rencontres de l’Annual Meeting of the Alaska Anthropological Association, Marine Vanlandeghem co-organise avec Caitlin Holloway (US National Park Service), une session sur les approches expérimentales et nouvelles techniques utilisées en archéologie en Alaska : « Learning to Replicate Past Practices, Replicating Past Practices to Learn: Experimental Approaches and New Techniques in Alaskan Archaeology« . Dans cette session, présenterons sept chercheurs et collaborateurs natifs affiliés à différents services et université américaines (National Park Service, Healy Lake Tribal Council, University of Alaska Fairbanks, University of Michigan: Museum of Anthropological Archaeology, College of Liberal Arts, Texas A&M University, Brevig Mission School, Tanana Chiefs Conference Incorporated).

This session seeks to bring together researchers working with experimental approaches to understand past lifeways and site formation processes. Topics can range from short to long term experiments, tests of new equipment, or application of new techniques or analyses within the field of archaeology. We encourage participation from multidisciplinary researchers focused on replication of past tool and weapon systems, food processing and butchery techniques, paleoenvironmental reconstruction, site formation and taphonomic processes, and incorporation of traditional knowledge systems in analyses and interpretation of the archaeological record. The goal of this session is to stimulate interest in reconstructive and experimental archaeology and to discuss key issues in the design and implementation of experiments (protocols, replication and reconstruction, statistical analyses, etc.). Discussions will provide resources to help guide archaeologists considering new techniques and experimentation in their research in Alaska. Furthermore, we encourage inclusive conversations of research findings and needs, avenues for public outreach, and the coproduction of knowledge in archaeology in Alaska.

We encourage participation from Indigenous Elders, Knowledge Keepers, and Alaska Native people to participate in this session and the discussion about cultural outreach activity and archaeology.

experiments; protocols; replication; reconstruction; statistical analyses; outreach; coproduction of knowledge

https://www.alaskaanthropology.org/annual-meeting/

https://www.alaskaanthropology.org/annual-meeting/accepted-sessions-papers-and-posters/

February 26-29, 2020
Fairbanks, Alaska

Colloque Quaternaire 12 – 3-5 février – Campus Condorcet, Aubervilliers

Dans le cadre du colloque international Quaternaire 12 qui se déroulera du 3 au 5 février 2020 au Campus Condorcet (Aubervilliers), Ségolène Vandevelde présentera les résultats de ses recherches dans le cadre de deux sessions :

– Première présentation : « Appréhender les dynamiques d’occupation d’un site par la fuliginochronologie : étude diachronique des rythmes d’occupation humaine sur le site paléolithique de la Grotte Mandrin (Drôme, France)« , Session 1 : Environnements quaternaires des occupations humaines : dynamiques, variabilités et mutations vs. adaptations, stratégies territoriales et modification de l’environnement

– Seconde présentation : Datation croisée (U-Th et radiocarbone) de concrétions fuligineuses, modélisation bayésienne de la durée des phases d’occupation et fuliginochronologie, Session 5 : Géochronologie quaternaire : associer les avancées méthodologiques à des cas d’études innovants

le site de l’événement : https://q12-jjg.sciencesconf.org/
le programme : https://q12-jjg.sciencesconf.org/program

Journée d’étude « Les parcellaires agraires selon l’archéologie préventive. État des lieux et perspectives » – 4 février – INHA Paris

Nous avons le plaisir de vous convier à la prochaine journée d’étude concernant l’étude archéologique des parcellaires qui se tiendra à l’INHA. Plusieurs cas d’études de parcellaires agraires rencontrés en archéologie préventive seront présentés, abordant notamment les méthodes de fouilles et de caractérisation mises en place. Vous trouverez ici le programme complet de cette journée en PDF.

le mardi 4 février 2020
: INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, salle Vasari
Pierre Séjalon (INRAP), Magali Watteau et Christophe Petit (UMR ArScAn, Équipe Archéologies environnementales).

Séminaire « Géoarchéologie et carbonates en Occident » – 31 janvier 2020 – ULM Paris

A l’occasion du séminaire « Géoarchéologie et carbonates en Occident » dans le cadre des conférences de Géographie historique et géoarchéologie (AOROC -UMR 8546), Julien Curie présentera une communication intitulée « Géoarchéologie des carbonates de source chaude des thermes antiques de Jebel Oust (Tunisie) »

Géoarchéologie ; Carbonates ; Géohistoire ; Méthodologie

: Vendredi 31 janvier 2020
: Paris, France, École normale supérieure (ULM)