Ma thèse en 5 ans, « Mesurer le développement économique en Gaule du Ier siècle av. J.-C. au VIIe siècle de notre ère »

Béline Pasquini a présenté les résultats de sa thèse le samedi 27 février 2021 dans l’émission d’archéologie Carbone 14, animée par Vincent Charpentier sur France Culture. Le podcast est disponible sur leur site web à l’adresse suivante : https://www.franceculture.fr/emissions/carbone-14-le-magazine-de-larcheologie/ma-these-en-5-ans-mesurer-le-developpement-economique-en-gaule-du-ier-siecle-av-j-c-au-viie-siecle

Les fils de Sanna – Peuples de l’Arctique

Marine Vanlandeghem a participé au catalogue de l’exposition Les fils de Sanna dans son intervention intitulée « Aperçu du mode de vie des Iñupiat à partir des collections du Museum of the North (University of Alaska, Fairbanks) » 

Ce 5e volet du cycle d’ouvrages consacré aux cultures du continent nord-américain par le musée du Nouveau Monde de La Rochelle aborde le monde inuit, en évoquant les diverses facettes des relations que les populations de ces régions entretenaient et entretiennent toujours avec le « monde animal ». Les notions d’échange/interdépendance et de transformation constituent les concepts-clés associés à l´évocation des systèmes de relation humains-animaux qui sont illustrés dans les cultures matérielles de ces sociétés de chasseurs-pêcheurs. L’accès durable et répété à l´animal-gibier est un enjeu central pour ces populations. Dans la cosmologie « traditionnelle » inuit, la notion de reproduction réciproque des sociétés humaines et animales est primordiale. Par ailleurs, les activités associées à la chasse et à la réception d´un gibier constituent de nos jours encore une composante majeure de l’entretien des liens sociaux à l’échelle des « communautés » villageoises inuit.

Pour en savoir plus rendez-vous ici : https://museedunouveaumonde.larochelle.fr/au-dela-de-la-visite/autour-des-expositions/une/les-fils-de-sanna-peuple-de-larctique-317

« La France qui se lève tôt » : direction l’Alaska aujourd’hui avec le témoignage de Marine, archéologue

Ce 25 janvier 2021 Marine Vanlandeghem était l’invitée du Petit Matin RTL de Julien Sellier pour parler d’Alaska et d’Archéologie.
 
Pour écouter son intervention et en apprendre plus sur l’archéologie et les conditions de fouilles en régions polaires ou encore découvrir la ville et l’Université de Fairbanks direction le site de la radio : https://www.rtl.fr/emission/rtl-petit-matin/rtl-petit-matin-du-25-janvier-2021-7800960494
 

L’exposition Archéo-Sexisme à Strasbourg en direct sur YouTube le 21/01/2021

Affiche Exposition Archéo-Sexisme

La MISHA, la délégation Alsace du CNRS et la Mission égalité-parité de l’Université de Strasbourg organisent une journée d’étude sur les discriminations en archéologie en parallèle de l’exposition Archéo-Sexisme actuellement exposée à la MISHA.

Parmi les conférencières invitées, Laura Mary, Béline Pasquini et Ségolène Vandevelde, commissaires de l’exposition Archéo-Sexisme, qui donneront une conférence sur Les discriminations en archéologie : histoire, enjeux et perspectives en direct sur la chaîne YouTube de la MISHA.

invitation vernissage exposition ArcheoSexisme

Fire on the Tundra

Marine Vanlandeghem a rédigé un article pour le First Alaskans Magazine
 
Cet article présente le documentaire de sensibilisation culturelle « Le feu chez les Iñupiat », issu de ses recherches archéologiques dans le nord-ouest de l’Alaska. Il met en lumière les nouvelles questions qui se posent sur l’utilisation du combustible et la fonction du foyer à la fin de la préhistoire dans cette région.
 
 

RADIO – décembre 2020 – La Bande Originale

logo france inter

Jul pour « Silex and the city, la dérive des confinements » (tome 9) et Lucky Luke : « Un cow-boy dans le coton »

Dans l’émission du 22/12/2020, le dessinateur Jul vient présenter deux nouvelles bandes-dessinées parues chez Dargaud. Dans la première, « Silex and the city, la dérive des confinements » (tome 9), il raconte les débuts de la plus grande épidémie de la Préhistoire : l’épidémie de Lascauvid 19… Les autorités de la vallée décident d’imposer un confinement général et tout le Paléolithique est mis à l’arrêt. La famille Dotcom va devoir échapper à ce virus…

Ségolène Vandevelde, docteur en archéologie de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, chercheuse associée de l’UMR7041 ArScAn équipe « Archéologies environnementales », est interviewée pour parler de préhistoire.

>>> Interview par Laïla Kaddour-Boudadi : https://www.franceinter.fr/emissions/la-bande-originale/la-bande-originale-22-decembre-2020

RADIO – novembre 2020 – Foule continentale, France inter | RTBF la première

Foule continentale - Épisode 73, Claire Braud 1

Épisode 73 – Bourgogne et Namur : Dépoussiérer l’archéologie

Les jeunes archéologues viennent au secours de leur discipline. Proposant des techniques novatrices, posant des questions éthiques sur les chantiers de fouilles, repensant les représentations des femmes dans la Préhistoire et s’attaquant au sexisme, un collectif féministe met un coup de pied dans le tas de sable.

La scène se passe dans les grottes d’Arcy-sur-Cure, en Bourgogne, où l’on trouve les peintures pariétales les plus anciennes accessibles au public en France. Caroline Gillet s’y est rendue avec Ségolène Vandevelde, 28 ans, qui est docteure en archéologie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Avec elle, il sera question de la place, du rôle et de la représentation des femmes de l’époque de ces peintures. Ségolène Vandevelde vient de participer à la toute première journée d’études dans le monde francophone sur les féminismes et l’archéologie, intitulée « Égalité, Diversité et Convergence des luttes : pour une archéologie de la subversion ». C’était il y a quelques semaines et l’on pouvait y entendre aussi Laura Mary qui, pour sa part, réfléchit aux rôles et à la représentation des femmes dans le milieu de la recherche. 

Invitée pour l’émission Foule Continentale, sur France inter (6/11/2020) et sur la RTBF la première (8/11/2020). Interview par Caroline Gillet
-> https://www.franceinter.fr/emissions/foule-continentale/foule-continentale-06-novembre-2020

 

RADIO – novembre 2020 – La Terre au Carré : Dépoussiérer l’archéologie

logo france inter

Dépoussiérer l’archéologie – Épisode 1 : La fuliginochronologie

Toute la semaine, Caroline Gillet enquête sur la place des femmes dans les grottes préhistoriques, mais aussi sur celles qui les étudient, en archéologie. Pour le premier épisode, elle rencontre Ségolène Vandevelde, pionnière d’une méthode d’étude des concrétions calcaires, dans la grotte d’Arcy-sur-Cure, en Bourgogne.

>> Interview par Caroline Gillet pour « Le reportage du jour » de la Terre au carré -> https://www.franceinter.fr/emissions/le-reportage-de-la-terre-au-carre/le-reportage-de-la-terre-au-carre-02-novembre-2020

Dépoussiérer l’archéologie – Épisode 2 : Les femmes préhistoriques au fond des grottes

Pourquoi les « hommes des cavernes » ne seraient-ils que des hommes ? Pour le deuxième épisode d’une série de reportages dédiée à la place des femmes en archéologie, Caroline Gillet, avec Ségolène Vandevelde, s’intéresse aux femmes préhistoriques, à leurs représentations et à leur présence, ou non, au fond des grottes.

>> Interview par Caroline Gillet pour « Le reportage du jour » de la Terre au carré -> https://www.franceinter.fr/emissions/le-reportage-de-la-terre-au-carre/le-reportage-de-la-terre-au-carre-03-novembre-2020

Dépoussiérer l’archéologie – Épisode 3 : Oser aborder les questions d’éthique

Les choses bougent enfin, avec un certain retard sur les États-Unis et le Royaume-Uni, dans le monde francophone de l’archéologie. Respect de la biodiversité, coopération avec les amateurs… cela fait en effet seulement quelques années que l’on commence à se poser des questions éthiques sur les chantiers de fouilles. Les questions d’éthique, en archéologie, sont souvent posées par des femmes. Ségolène Vandevelde, avec Béline Pasquini, a créé l’association Archéo-Éthique. Elles alertent notamment sur l’importance d’aborder les problématiques écologiques sur les chantiers de fouilles ou d’interroger l’éventuelle instrumentalisation des découvertes archéologiques à des fins politiques. Suite et fin de la grotte d’Arcy-sur-Cure, en Bourgogne, qui a la particularité d’avoir été occupée à toutes les époques, du Paléolithique à nos jours.

>> Interview par Caroline Gillet pour « Le reportage du jour » de la Terre au carré -> https://www.franceinter.fr/emissions/le-reportage-de-la-terre-au-carre/le-reportage-de-la-terre-au-carre-04-novembre-2020

Dépoussiérer l’archéologie – Épisode 4 : « Le sexisme en archéologie, ça n’existe pas »

En réalité, le sexisme, les discriminations et les violences faites aux femmes existent bel et bien dans le domaine de l’archéologie, comme dans bien trop de secteurs professionnels. Pour le dernier épisode de sa série dédiée au féminisme au secours de l’archéologie, Caroline Gillet se penche sur « Paye ta truelle ».

>>> Interview par Caroline Gillet pour « Le reportage du jour » de la Terre au carré -> https://www.franceinter.fr/emissions/le-reportage-de-la-terre-au-carre/le-reportage-de-la-terre-au-carre-05-novembre-2020

Conférence – Les discriminations sexistes en archéologie, du terrain à la recherche : histoire, enjeux et perspectives – Festival Sexe, Genre et Archéologie

Le Festival Sexe, Genre et Archéologie organisé par l’APARÉA est organisé autour de la venue de l’exposition Archéo-Sexisme à Toulouse. Elle y est visible à partir du 5 octobre 2020 et jusqu’au 3 décembre 2020 dans le hall de la Maison de la Recherche sur le campus de l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès.

    *     *     *

conférence 22 octobre 2020

En parallèle de l’exposition Archéo-Sexisme, des conférences sont organisées, et notamment une donnée par les créatrices de l’exposition « Archéo-Sexisme » : Ségolène Vandevelde (UMR 7041 ArScAn), Beline Pasquini (UMR 7041 ArScAn) et Laura Mary (Paye Ta Truelle), intitulée « Les discriminations sexistes en archéologie, du terrain à la recherche : histoire, enjeux et perspectives »

L’ensemble du programme du festival est accessible ici ->

https://blogs.univ-tlse2.fr/aparea/2020/09/03/le-programme-du-festival-sexe-genre-et-archeologie-2020/

(c) association de promotion et d’aide à la recherche en archéologie

Conférence – Le féminisme et la question du genre en archéologie

À l’occasion de l’accueil de l’exposition Archéo-Sexisme par l’UMR Ausonius à Bordeaux, Laura MARY, Béline PASQUINI & Ségolène VANDEVELDE sont invitées à donner une conférence sur le féminisme et la question du genre en archéologie.

L’archéologie est un milieu professionnel particulier, alliant pratique de terrain, travail de laboratoire, milieu universitaire, monde de l’entreprise, service public et secteur privé. Pour les femmes archéologues, ces conditions de travail particulières sont souvent à l’origine de contraintes liées à leur genre. Le sexisme en archéologie se manifeste sous forme de remarques, de gestes et de comportements inappropriés, ainsi que de difficultés accrues d’accès à l’emploi.

plus d’informations : https://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/actualites/recherche/le-feminisme-et-la-question-du-genre-en-archeologie.html

RADIO – juin 2020 – Radio Campus Besançon

logo radiocampus besancon

Dans cet épisode de « Sortie d’Amphi », l’Expo « Archéo sexisme » [44’00]
Lancement ce vendredi des journées européennes de l’archéologie, l’occasion de visiter des chantiers et expositions virtuelles, comme « Archéo-sexisme », qui donne de la visibilité au sexisme sur les lieux de fouilles. Initiative de l’association Archéo éthique et du collectif Paye ta truelle. Avec Ségolène Vandevelde, docteur en archéologie, présidente de cette association.
www.journees-archeologie.fr

>> interview pour RCB, 18/06/2020: https://www.mixcloud.com/radiocampusbezak/goodbye-la-paces-etudiants-solidaires-expo-virtuelle-arch%C3%A9o-sexisme-sortie-damphi-1806/

 

Quand le confinement révèle la fragile protection du patrimoine archéologique – The Conversation

Il y a quelques semaines, l’association archéo-éthique attirait l’attention sur une pétition lancée par des citoyens belges contre la destruction d’un site archéologique médiéval et romain sans fouille archéologique de sauvetage préalable. Le gouvernement belge utilisait alors la crise du Covid-19 pour justifier la destruction de son patrimoine national… 

Ségolène Vandevelde et Béline Pasquini sont revenues sur ce cas éthique dans The Conversation :

article en français : https://theconversation.com/quand-le-confinement-revele-la-fragile-protection-du-patrimoine-archeologique-136866

article en anglais : https://theconversation.com/lockdown-reveals-cracks-in-archaeological-heritage-protection-138908

Si la destruction des quartiers antiques et médiévaux de la cité de Namur peut paraître moins spectaculaire que certaines grandes destructions patrimoniales comme celle des Bouddhas de Bâmiyân (Afghanistan) en 2001, ici aussi le patrimoine d’un pays a failli être détruit par son gouvernement… Grâce à la mobilisation citoyenne (locale, nationale et internationale!) et à la mobilisation de personnalités du monde académique et associatif, les opérations archéologiques ont finalement été prolongées !

Le chantier a donc bien été prolongé, finalement à la fin du confinement (dont la date n’était d’ailleurs pas encore connue lors de la prise de décision…) mais avant la fin du processus de déconfinement qui s’étale comme chez nous sur plusieurs semaines et dans des conditions particulières pour tenir compte de la crise sanitaire mais sans rallonger pour autant le délais de fouilles.
Dans les faits, alors que 50% seulement de l’équipe initiale a finalement pu travailler, c’est comme si le délais de fouille avait en fait été divisé par deux… Mais cela demandait un développement un peu long pour le format de cet article, qui nous emmenait sur un sujet éthique connexe (mais pas tout à fait identique) qui est la pression constante exercée sur les archéologues par le secteur de la construction et de l’aménagement… (À ce sujet, voir les récents témoignages des « archéologues enterrés » – après les « économistes atterrés »).

Ce n’est donc pas une fin heureuse, mais beaucoup mieux que rien…

Le projet Archéo-Sexisme dans Le Monde Campus

Cette semaine, le projet Archéo-Sexisme est dans Le Monde ! Un portrait du sexisme en archéologie, par Alice Raybaud

logo Le Monde Campus -> https://www.lemonde.fr/campus/article/2020/06/09/en-archeologie-des-etudiantes-et-chercheuses-denoncent-le-sexisme-de-la-culture-chantier_6042187_4401467.html

Ce projet, porté par l’Association Archéo-Éthique et l’initiative Paye Ta Truelle, et qui s’intègre également aux Projets Collectifs d’ArScAn, existe pour lutter contre cet état de fait. La MSH Mondes est aussi partenaire de l’exposition Archéo-Sexisme (commissaires : Laura Mary, Béline Pasquini, Ségolène Vandevelde) mentionnée dans l’article, et dont sont tirés plusieurs témoignages qui y sont rapportés. 

lire l’article complet

Conférence – atelier « archéolunch » – 21 janvier – Dijon

A vos agendas ARCHEOLUNCH ! Julien Curie nous présentera ses résultats (L’apport des carbonates archéologiques à la connaissance des ouvrages hydrauliques anciens : une mémoire de la gestion des ressources hydriques par les sociétés humaines) le 21 janvier a 12h15, salle Leroi-Gourhan, ARTEHIS. Venez nombreux… avec vos gamelles !
(Texte Fabrice Monna)

Depuis plusieurs années, la prise en compte des sédiments carbonatés déposés par certaines eaux et préservés au sein des structures hydrauliques anciennes (aqueducs, canaux, thermes, fontaines) a pu montrer le fort potentiel de ces « carbonates archéologiques » en tant que supports et catalyseurs d’une étude intégrée de telles structures. Une approche pluridisciplinaire de ces sédiments, mettant en œuvre des méthodes issues des Géosciences (sédimentologie, cristallographie, géochimie) conjuguées aux disciplines des Sciences Humaines (archéologie, histoire), permet à la fois de percevoir les dynamiques paléo-environnementales et activités géodynamiques anciennes (séismes, éruptions volcaniques), et de mettre en lumière la gestion de l’eau par les sociétés du passé, tout en resituant la structure dans sa Géohistoire. Il est en effet possible de proposer, par l’étude de ces dépôts, des reconstituions de variations paléohydrologiques, des calendriers d’évènements catastrophiques, des périodes de fonctionnement des ouvrages et des phases de déclin, ou d’abandon (assèchement), ainsi que de mettre en évidence des épisodes de réfection et d’entretien de ces structures. L’apport de la microchronologie à haute-résolution temporelle, couplée à des méthodes de datations absolues, offre un calage relativement précis des phases chrono-culturelles des ouvrages hydrauliques.

: Géoarchéologie ; carbonates archéologiques ; eau et sociétés

: Mardi 21 janvier 2020, 12h15
France – Dijon – Université de Bourgogne (Sciences Gabriel), salle Leroi-Gourhan – ARTEHIS