Les fils de Sanna – Peuples de l’Arctique

Marine Vanlandeghem a participé au catalogue de l’exposition Les fils de Sanna dans son intervention intitulée « Aperçu du mode de vie des Iñupiat à partir des collections du Museum of the North (University of Alaska, Fairbanks) » 

Ce 5e volet du cycle d’ouvrages consacré aux cultures du continent nord-américain par le musée du Nouveau Monde de La Rochelle aborde le monde inuit, en évoquant les diverses facettes des relations que les populations de ces régions entretenaient et entretiennent toujours avec le « monde animal ». Les notions d’échange/interdépendance et de transformation constituent les concepts-clés associés à l´évocation des systèmes de relation humains-animaux qui sont illustrés dans les cultures matérielles de ces sociétés de chasseurs-pêcheurs. L’accès durable et répété à l´animal-gibier est un enjeu central pour ces populations. Dans la cosmologie « traditionnelle » inuit, la notion de reproduction réciproque des sociétés humaines et animales est primordiale. Par ailleurs, les activités associées à la chasse et à la réception d´un gibier constituent de nos jours encore une composante majeure de l’entretien des liens sociaux à l’échelle des « communautés » villageoises inuit.

Pour en savoir plus rendez-vous ici : https://museedunouveaumonde.larochelle.fr/au-dela-de-la-visite/autour-des-expositions/une/les-fils-de-sanna-peuple-de-larctique-317

L’exposition Archéo-Sexisme à Strasbourg en direct sur YouTube le 21/01/2021

Affiche Exposition Archéo-Sexisme

La MISHA, la délégation Alsace du CNRS et la Mission égalité-parité de l’Université de Strasbourg organisent une journée d’étude sur les discriminations en archéologie en parallèle de l’exposition Archéo-Sexisme actuellement exposée à la MISHA.

Parmi les conférencières invitées, Laura Mary, Béline Pasquini et Ségolène Vandevelde, commissaires de l’exposition Archéo-Sexisme, qui donneront une conférence sur Les discriminations en archéologie : histoire, enjeux et perspectives en direct sur la chaîne YouTube de la MISHA.

invitation vernissage exposition ArcheoSexisme

Conférence – Les discriminations sexistes en archéologie, du terrain à la recherche : histoire, enjeux et perspectives – Festival Sexe, Genre et Archéologie

Le Festival Sexe, Genre et Archéologie organisé par l’APARÉA est organisé autour de la venue de l’exposition Archéo-Sexisme à Toulouse. Elle y est visible à partir du 5 octobre 2020 et jusqu’au 3 décembre 2020 dans le hall de la Maison de la Recherche sur le campus de l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès.

    *     *     *

conférence 22 octobre 2020

En parallèle de l’exposition Archéo-Sexisme, des conférences sont organisées, et notamment une donnée par les créatrices de l’exposition « Archéo-Sexisme » : Ségolène Vandevelde (UMR 7041 ArScAn), Beline Pasquini (UMR 7041 ArScAn) et Laura Mary (Paye Ta Truelle), intitulée « Les discriminations sexistes en archéologie, du terrain à la recherche : histoire, enjeux et perspectives »

L’ensemble du programme du festival est accessible ici ->

https://blogs.univ-tlse2.fr/aparea/2020/09/03/le-programme-du-festival-sexe-genre-et-archeologie-2020/

(c) association de promotion et d’aide à la recherche en archéologie

Conférence – Le féminisme et la question du genre en archéologie

À l’occasion de l’accueil de l’exposition Archéo-Sexisme par l’UMR Ausonius à Bordeaux, Laura MARY, Béline PASQUINI & Ségolène VANDEVELDE sont invitées à donner une conférence sur le féminisme et la question du genre en archéologie.

L’archéologie est un milieu professionnel particulier, alliant pratique de terrain, travail de laboratoire, milieu universitaire, monde de l’entreprise, service public et secteur privé. Pour les femmes archéologues, ces conditions de travail particulières sont souvent à l’origine de contraintes liées à leur genre. Le sexisme en archéologie se manifeste sous forme de remarques, de gestes et de comportements inappropriés, ainsi que de difficultés accrues d’accès à l’emploi.

plus d’informations : https://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/actualites/recherche/le-feminisme-et-la-question-du-genre-en-archeologie.html

Exposition « Archéologie au plus près » – 21 mai 2019 – Maison Archéologie et Ethnologie – René-Ginouvès

Dans le cadre de l’inauguration du MEB acquis (projet DIM-Matériaux IdF), l’inauguration de l’exposition « Archéologie au plus près » a été présentée aux membres de la MAE en présence de la responsable Recherche de la Région et de Loïc BERTRAND, responsable du DIM-matériaux. Cette exposition rend compte de la richesse des images analysées en archéologie, en particulier en archéolologie environnementale et parfois de leur poésie.

Depuis sa création en 2001, le service d’imagerie et de microscopie de la Maison des Sciences de l’Homme Archéologie et Ethnologie – René-Ginouvès a considérablement évolué. Le projet de départ porté par Pierre Rouillard, alors directeur de la structure, et Isabelle Sidéra, chercheure, et financé par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS, consistait à doter la MSH d’un laboratoire interdisciplinaire et performant de microscopie et d’imagerie, organisé en une chaine d’observation continue et automatisée pour l’analyse des artefacts et des écofacts anciens. Aujourd’hui, la MAE en synergie avec le laboratoire ArScAn, peut se féliciter d’avoir réussi à développer une plateforme unique pour les laboratoires SHS d’Ile-de-France, voire à l’échelle nationale, reconnue et labellisée plateforme technologique par le réseau des MSH. Les soutiens de la région Ile-de-France, via le DIM Matériaux Anciens et Patrimoniaux, du CNRS et du LabEx Les Passés dans le présent, ont permis d’étendre l’offre de la plateforme ArchéoScopie à la microscopie électronique. Ainsi, les champs de compétences techniques et méthodologiques de la plateforme se sont-ils élargis à l’imagerie de très haute résolution ainsi qu’à l’analyse élémentaire des matériaux anciens. La plateforme est désormais en mesure d’assurer un développement de nouveaux outils méthodologiques en lien avec la chimie et les sciences des matériaux, projet renforcé par l’arrivée toute récente d’une chimiste CNRS, spécialiste de microscopie électronique. Dans ce contexte propice à l’interdisciplinarité et pour mettre à l’honneur les recherches réalisées avec l’équipement de la plateforme, nous avons monté l’exposition L’archéologie au plus près, en résonance à la première exposition de 2007 à la MSH. En plus du contenu scientifique livré par ces échantillons, nous avons privilégié l’esthétisme des images microscopiques afin de développer l’imaginaire que les prises de vue à faible et fort grossissements sont susceptibles d’engendrer.

Organisation : Alexandra LEGENDRE-PINEAU SIDERA (Resp. plateforme ArchéoScopie, USR 3225), Christophe PETIT (UMR 7041 ArScAn, équipe Archéologies environnementales), Isabelle SIDERA (Dir. MAE, USR 3225), Ségolène VANDEVELDE (UMR 7041 ArScAn, équipe Archéologies environnementales).

mardi 21 mai 2019

MAE-Nanterre, Hall du bâtiment René Ginouvès

La plaquette de l’exposition est téléchargeable à l’adresse : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02137986
Celle de la plaquette de la plateforme ArchéoScopie : http://www.mae.parisnanterre.fr/wp-content/uploads/2019/05/Plaquette_Arch%C3%A9oScopie.pdf

Exposition – Le troisième Homme Préhistoire de l’Altaï – Musée National de Préhistoire

Du 1er juillet au 13 novembre 2017 s’est tenue au Musée National de Préhistoire des Eyzies de Tayac, une exposition « Le troisième Homme, Préhistoire de l’Altaï » / « The Third Man, The Prehistory of the Altai ».

Commissariat d’exposition :

-> Jean-Jacques Cleyet-Merle, Directeur du musée national de Préhistoire, Les-Eyzies-de-Tayac

-> Pr. Mikael V. Shunkov, Directeur de l’institut d’archéologie et d’ethnographie, section sibérienne, de l’Académie des sciences de Russie.

  • Une vidéo écrite et réalisée par Ségolène Vandevelde et Claire Dupuis, expliquant la Fuliginochronologie (méthode employée à la Grotte Mandrin, site présenté dans le cadre de cette exposition) y était exposée.
  • Ségolène Vandevelde, Jacques É Brochier, Christophe Petit et Ludovic Slimak, participent à l’ouvrage collectif accompagnant l’exposition (catalogue d’exposition, publié aux Éditions de la Réunion des Musées Nationaux – Grand Palais)
  • Une intervention « From Neandertal to Modern Man in Mediterranean France » est également donnée le 21 octobre 2017, par Laure Metz, Ségolène Vandevelde et Ludovic Slimak, dans le cadre de la rencontre « The Altai and Southwestern France: new research on the complex question of Late Pleistocene demographic histories ».
L’exposition

L’expansion de l’homme moderne en Europe occidentale, associée à l’apparition du Paléolithique supérieur, est marquée par le développement d’une culture matérielle caractéristique. Elle se distingue progressivement de celle de la période précédente, le Paléolithique moyen, dont l’artisan était l’Homme de Néandertal. […] En Sibérie orientale, dans la vaste région de l’Altaï, les premières formes d’expression symbolique connues, à partir de – 40 000 ans, apparaissent à une période où trois lignées humaines coexistent : non seulement des Néandertaliens et des Hommes modernes, mais aussi les Denisoviens récemment mis en évidence au travers des données paléogénétiques.

[…]

Des contrepoints sont pris dans les séries classiques du fond muséographique du Musée national de Préhistoire ainsi que dans la vallée du Rhône où sont découverts des vestiges archéologiques antérieurs au Paléolithique supérieur pouvant traduire également une histoire culturelle plus complexe que celle très largement acceptée. Certaines données présentées dans l’exposition sont inédites ou de publications très récentes, et pour une part issues des travaux en cours du Laboratoire international associé franco-russe Artemir.

-> en savoir plus

Exposition « Quoi de neuf en archéologie ? Quand la Seine entre dans l’histoire, il y a 2 000 ans » (28 avril au 29 octobre 2017, MuséoSeine)

Thierry LEPERT (Ingénieur Culture, GAVS, UMR Trajectoires), Célia BASSET (Doctorante Paris 1, UMR Trajectoires) et Philippe FAJON (Ingénieur d’études, DRAC Normandie, UMR ArScAn) avec l’équipe du *MuséoSeine* (Caudebec-en-Caux / Rives-en-Seine -76) organise une exposition temporaire :

« Quoi de neuf en archéologie ? Quand la Seine entre dans l’histoire, il
y a 2 000 ans »

Il se tient du 28 avril au 29 octobre 2017.

Entrez dans l’*Histoire de la Seine et de sa vallée depuis l’âge du Fer
jusqu’à la fin de l’Empire romain* et découvrez comment*les rives du
fleuve se développent au temps des gallo-romains, notamment grâce à la romanisation.*

*Modification de la physionomie du fleuve au cours de l’âge du Fer et de la période gallo-romaine, émergence des /civitates/, création de
/Juliobona /et /Rotomagus/, axes commerciaux et développement agricole sont abordés.*

*11 sites archéologiques de la Basse-Seine* sont également présentés :

*de Sandouville à Caudebec-en-Caux en passant par La Mailleraye-sur-Seine jusqu’à Pîtres*, ainsi que des *objets mis au jour sur ces sites* lors de fouilles archéologiques : *mobiliers, bijoux, verrerie, monnaie, objets de la vie quotidienne…*

Pour les *enfants*, MuséoSeine propose *3 modules* pour découvrir les *matériaux utilisés à l’Antiquité*, quelles *plantes les gallo-romains cultivaient* ou encore les *pièces de monnaies* utilisées pour les *échanges commerciaux*.

Cette exposition est proposée*en partenariat avec le service régional d’archéologie et le groupe archéologique du Val de Seine.*

Cette exposition est complétée par des visites sur le terrain.

Ci dessous le lien vers la page spécifique sur le site du musée :
http://www.museoseine.fr/?p=1131

Expo “Archéoville” et parution d’ouvrage “Le Château de Roissy-en-France” (12 juin à 21 septembre 2014)

Sans titre - 1 A l’occasion de l’inauguration de l’exposition « Archéoville, Roissy des Gaulois à de Gaulle », qui se tiendra au musée Archéa, à Louvres, nous avons le plaisir de vous annoncer le lancement du tout nouvel ouvrage : Le château de Roissy-en-France : origine et développement d’une résidence seigneuriale du Pays de France, sous la direction de Jean-Yves Dufour (Inrap)