Archéogéographie

L’archéogéographie. Une discipline hybride pour l’étude historique des paysages et des territoires

(Auteur : M. Watteaux)

Principes généraux

L’archéogéographie étudie l’évolution de l’occupation du sol et des formes paysagères dans la longue durée – depuis l’âge du Bronze – en intégrant l’expertise d’autres disciplines comme l’archéologie, les sciences paléonaturalistes (en particulier géoarchéologie et archéobotanique), l’histoire, la géographie, l’écologie du paysage, le droit, ou encore l’anthropologie sociale. L’archéogéographie privilégie l’analyse morphologique des planimétries qui forment encore notre cadre de vie actuel et qui résultent des interactions des sociétés avec leurs territoires au fil du temps : aménagements de voies, de parcelles, de limites physiques (fossés, murs, haies), de réseaux hydrauliques, développements d’îlots urbains et de réseaux d’habitat, actions de maîtrise de l’hydrographie ou des traits de côtes et rives. Pour cela, on recourt à une documentation diversifiée qui intègre aussi bien des archives classiques comme les sources écrites et les plans anciens, que des outils innovants tels que la topographie haute-définition par LiDAR. L’analyse de cartes et plans, d’images aériennes et satellitaires, de bases de données géographiques est ensuite croisée avec des données archéologiques et historiques. 

L’enjeu scientifique est double : d’une part, reconnaître et documenter les héritages historiques qui marquent les planimétries, et, d’autre part, comprendre leur dynamique dans la longue durée, c’est-à-dire : (i) identifier des ruptures et continuités affectant la trajectoire historique des planimétries, (ii) comprendre la genèse et la disparition d’agencements morphologiques particuliers, (iii) caractériser des facteurs de transmission des morphologies dans le temps et dans l’espace. Les résultats de l’archéogéographie sont originaux et innovants en ce qu’ils ne sont ni une simple illustration de l’histoire par les formes planimétriques, ni une simple spatialisation des découvertes archéologiques, ni une succession de strates géologiques ou de séquences écologiques. Ils expriment, avec l’appui de la cartographie, des composantes fondamentales de nos paysages contemporains, issues de la complexité des héritages historiques et de l’hybridation ancienne de réalités environnementales et anthropiques.

Genèse d’une discipline

Plusieurs étapes marquent la genèse de cette discipline. Son principe naît au XIXe siècle puis est repris et profondément rénové dans les années 1970 autour de travaux scientifiques sur les centuriations et cadastres antiques, par Gérard Chouquer et l’école de Besançon. Dans les années 1990, le nom d’« archéomorphologie » accompagne les apports majeurs de l’archéologie préventive sur la matérialité et la succession d’entités parcellaires dans le temps long. Puis, grâce aux croisements féconds avec les travaux de géographes sur la résilience et la dynamique des réseaux d’habitat, de nouvelles méthodes de travail émergent, sous l’étiquette de « morphologie dynamique ». Le terme d’archéogéographie s’impose finalement en 2003. Il désigne aujourd’hui une école qui a près de 30 ans d’existence et qui représente une spécificité française forte. L’archéogéographie pratique une hybridation affirmée entre réalités environnementales et anthropiques. Son point de vue est donc transversal, dépassant et réarticulant les coupures académiques traditionnelles (entre périodes, entre objets, entre disciplines), en fonction des lieux étudiés et des problématiques en jeu. Bruno Latour l’exprime bien en préface du livre Quels scénarios pour l’histoire du paysage ? Orientations de recherche en archéogéographie de G. Chouquer (2007) : « Cette hétérogénéité me paraît d’une grande utilité pour défaire la tentation d’aligner sur les cadres a priori du temps et de l’espace, une autre grande dichotomie qui paralyse souvent aussi bien l’archéologie que la géographie ou l’histoire : la distinction des éléments collectés par la notion de “nature” et ceux collectés par la notion de “société” » (p. 22). L’archéogéographie est experte dans l’approche interdisciplinaire, qui s’impose pour étudier des systèmes à l’interface entre nature et société. D’où les liens et échanges tissés avec l’archéologie, l’histoire, les sciences paléonaturalistes, la géographie, l’écologie du paysage, le droit, ou encore l’anthropologie sociale. Cependant, il s’agit bien d’une discipline à part entière. Les propriétés des sources étudiées (notamment les documents planimétriques) ont amené à développer des méthodologies spécifiques : la « carte compilée » et une analyse morphologique entièrement repensée. Des concepts nouveaux et une théorie originale ont émergé. Cette approche interdisciplinaire entre archéologie, géographie et histoire a été fortement encouragée dès la fin des années 1990 par la direction du département de l’Homme et de la Société du CNRS, et concrétisée principalement par un GdR dédié à l’archéogéographie (2137 TESORA, 1999-2007) et piloté par G. Chouquer.

Un domaine de connaissances et de compétences utile à la société

L’archéogéographie est aussi une « technologie sociale », expression du géographe Patrick Poncet (PUR, 2017) définissant un système cognitif élaboré à partir d’une ou plusieurs sciences, pouvant agir sur le monde via quatre composantes : des concepts, des informations, des techniques et des expertises. Deux espaces d’application par transfert des contenus de l’archéogéographie – théoriques, méthodologiques et scientifiques – se sont affirmés dans les quinze dernières années. 

1- En archéologie préventive et dans le cadre de prescriptions archéologiques, l’analyse archéogéographique vient documenter l’occupation ancienne des parcelles et prépare les diagnostics et fouilles. Elle permet aussi d’insérer les vestiges découverts en fouille dans un espace signifiant pour contribuer à leur interprétation historique, et de documenter à une échelle beaucoup plus large les dynamiques d’occupation et d’aménagement du territoire. Trois collectivités territoriales (Val-d’Oise, Paris, Lyon) ont ainsi choisi de recruter des archéogéographes dans leur service d’archéologie préventive pour améliorer la réalisation de ces deux objectifs, et pour enrichir leurs missions de médiation culturelle.

2- Dans le domaine de l’aménagement du territoire, l’archéogéographie est désormais identifiée comme une expertise porteuse de sens pour penser les projets de territoire. En articulant l’histoire des lieux et des milieux, l’archéogéographie permet d’évaluer l’impact à long terme des actions des sociétés passées et de leur réversibilité possible, ouvrant sur la compréhension d’un état hérité du lieu et de son environnement, chargé d’atouts, de potentialités, de contraintes et de risques pour les projets contemporains. Elle contribue à apporter de l’intelligibilité aux décideurs et services en charge de l’aménagement de leurs territoires, à faire émerger une vision partagée entre maîtrise d’ouvrage, maîtrise d’œuvre et maîtrise d’usage et à favoriser des choix durables en matière d’aménagement et de résilience des territoires. Depuis une douzaine d’années, cette expertise est développée au sein d’un cabinet privé à Bordeaux qui multiplie les missions auprès de services de l’État, de collectivités territoriales, de syndicats mixtes et d’établissements publics.

Ainsi, l’archéogéographie apporte des éléments de réponse à des problématiques actuelles : adaptation des milieux et paysages au changement climatique, prévention des risques liés à l’eau, questions d’aménagements fonciers et d’urbanisme. On considère généralement le passé comme révolu et déconnecté du présent, sinon comme trace ou élément de patrimoine, mais l’archéogéographie démontre à quel point nos espaces contemporains sont marqués par les héritages du passé et par les choix des sociétés qui nous ont précédé. En définitive, l’archéogéographie est une discipline d’analyse scientifique qui, en œuvrant dans le champ de la recherche historique, peut être mobilisée comme expertise pour l’aménagement des milieux et des territoires actuels.

Quelques blogs et lectures pour aller plus loin

Carnets de blog

Carnet de blog sur la morphologie agraire dans le monde : https://manoma.hypotheses.org/

Carnet de blog de l’Association française d’archéogéographie (AFAG) : https://archeogeo.hypotheses.org/

Dossiers de revues

“Résilience and Landscape”, dossier dans la revue Archaeology, Society and Environment, Vol 2 – Issue 1, 2021. [En ligne] http://www.openscience.fr/Issue-1-592

« Archéogéographie et disciplines voisines », dossier dans Études rurales, n° 188, 2011.

« L’archéogéographie. Un état des lieux et de leurs dynamiques », dossier dans Les Nouvelles de l’archéologie, n°125, octobre 2011. [En ligne] http://nda.revues.org/1491

« Nouveaux chapitres d’histoire du paysage », dossier dans Études rurales, n°175-176, 2005.

« Objets en crise, objets recomposés. Enjeux et contours de l’archéogéographie », dossier dans Études rurales, n° 167-168, 2003.

Ouvrages

Gérard Chouquer, Quels scénarios pour l’histoire du paysage ? Orientations de recherche pour l’archéogéographie, Coimbra-Porto, 2007.

Gérard Chouquer (dir.), Les formes du paysage. Études sur les parcellaires, Paris, Errance, 3 tomes, 1996-1997.

Gérard Chouquer et Magali Watteaux, L’archéologie des disciplines géohistoriques, Errance, Paris, 2013.

Sandrine Robert (dir.), Sources et techniques de l’archéogéographie, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2011.

Articles

Cédric Lavigne, « Étudier les dynamiques paysagères dans les démarches de projet : pour quoi faire ? L’exemple de la vallée des Jalles (Gironde) », Les carnets du paysage, dossier « Archéologies », n°27, 2015, p. 161-177.

Hélène Noizet, « De l’usage de l’archéogéographie », Médiévales, n°66, 2014, p.179-198.

Sandrine Robert, « Une vision renouvelée de la dynamique forme-société entre archéologie et géographie », L’espace géographique, n°41/2, 2012, p. 310-323.

Magali Watteaux, « L’archéogéographie, une nouvelle discipline au carrefour des spatiotemporalités », EspacesTemps.net, 27 août 2014. [En ligne] http://www.espacestemps.net/articles/la-terre-en-heritage/

Magali Watteaux et Pascal Vialet, « Archéogéographie et diagnostic archéologique. L’expérience de l’A83 dans le Sud-Vendée : un retour vers le futur », dans D. Flotté et C. Marcigny (dir.), Le diagnostic comme outil de recherche. Actes du 2e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, Caen (28-29/09/2017), 2021. [En ligne] https://doi.org/10.34692/gmvx-a290

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search