Des environnements et des hommes : Apports croisés des archéosciences et de l’archéologie à l’histoire de l’environnement des sociétés médiévales de l’ouest de la France (21 mai 2015, Rennes) (

Dans le cadre du « Séminaire Archéologique de l’Ouest », organisé à l’Université de Rennes, Aurélia Borvon présente la communication suivante :

« Étude des restes de Vertébrés du château de Suscinio (Morbihan) : le dépotoir du XIVe siècle »

Programme complet

Animal source d’énergie : Enquêtes dans l’Europe d’avant la Révolution industrielle (Valenciennes, 12 mai 2015)

L’Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis accueille le séminaire du RUCHE (Réseau Universitaire des Chercheurs en Histoire Environnementale)​ le mardi sur le thème : *Animal source d’énergie. Enquête dans l’Europe pré-industrielle.*

Dès que l’homme a su le faire, il a utilisé l’animal comme source d’énergie. Notamment pour le transport. Si au début de la domestication, la raison de l’élevage était la production de viande, une poly-exploitation de l’animal vivant est instaurée au cours du Néolithique. Disparue depuis plus d’un demi-siècle des pays industrialisés, on assiste aujourd’hui à une revalorisation de la traction animale. Des initiatives fleurissent ici et là, en France comme en Europe, autour notamment de l’utilisation du cheval de trait dans le ramassage spécialisé des ordures ménagères, le transport scolaire en milieu rural ou le débardage forestier. A l’heure des débats sur la transition énergétique, il paraît intéressant d’engager une réflexion sur quelques unes des dimensions de l’utilisation par les sociétés du passé de l’animal comme source d’énergie, dans la longue durée historique.

contacts :
corinne.beck@univ-valenciennes.fr
fabrice.guizard@univ-valenciennes.fr

Programme complet
Plan Matisse

« Itinéraires par voies terrestres et navigables », séminaire JAMM (Paris, 16 avril 2015)

Le séminaire « Les Jeudis d’Archéologie Médiévale et Moderne » (JAMM), organisé par Anne Nissen, Éric Rieth (CNRS) & Sandrine Robert (EHESS), a lieu à l’Institut Michelet le 16 avril, en proposant le thème « Itinéraires par voies terrestres et navigables ». Béline PASQUINI presenté la communication « Le portage entre la Saône et la Moselle durant l’Antiquité. Recherche d’itinéraires ».

Programme complet

Recherches croisées sur la culture matérielle médiévale : de l’élevage au produit (Paris, 9 avril 2015)

Aurélia Brovon présente  » l’archéozoologie des poissons » lors du séminaire « Recherches croisées sur la culture matérielle médiévale : de l’élevage au produit », organisé par Perrine Mane, Danièle Alexandre Bidon et Mickaël Wilmart (Groupe d’archéologie médiévale, Centre de recherches historiques), à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris.

Programme complet

« ANTHROPOZOOLOGIE : HISTOIRE NATURELLE ET CULTURELLE DES ANIMAUX VRAIS » (8 avril 2015, Paris)

Dans le cadre du séminaire « SEMAZ du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris », organisé par François Poplin, Annelise Binois-Roman présente la communication :

« La paléopathologie vétérinaire. Une application de l’archéozoologie à la connaissance des pratiques « vétérinaires » passées ; apports et limites. »

Programme complet

Colloque GMPCA (Besançon, 27-30 avril 2015)

Plusieurs interventions des membres de l’équipe « Archéologies Environnementales » sont prévues au colloque « Groupe des méthodes physiques appliquées à l’archéologie », organisé par l’UMR6249 « Chronoenvironnement ».

1) « Les différentes ressources en silex du Crétacé supérieur  dans le Bassin parisien : base de données et cartographie »
Gabriel Teurquety, Christophe Petit, Thierry Aubry, Laure Fontana

Résumé :
La réponse à la question de la détermination et de l’origine des silex est prioritaire en Préhistoire, en particulier pour le Bassin parisien. Cette région est riche en silex mais la la vaste extension de la craie  (Crétacé supérieur) mène à des problèmes méthodologiques tels que la convergence des faciès ou la différentiation géographique des silex de même âge géologique. Pour palier à ses problèmes une cartographie des caractéristiques des silex (âge, couleur, morphologie…) a été réalisée. Celle-ci repose sur la réalisation d’une base de données provenant d’un dépouillement systématiques des notices géologiques des cartes 1/50 000 du BRGM. Ces données ont été intégrées à un SIG qui a permis la mise en évidence de répartitions géographiques de silex particulières en fonction de leurs caractéristiques mais ces données bibliographiques devront être précisées par des recherches de terrain. D’ores et déjà, cette base de données cartographique expose aussi une grande diversité de silex, et montre que l’homogénéité des silex crétacés est à considérer en fonction de l’échelle envisagée, locale, régionale ou inter-régionale.. Cet outil SIG peut permettre l’identification de l’origine des silex par comparaison simple et rapide de silex archéologiques avec la base de données, et donner ainsi un premier aperçu des circulations possibles de matières premières à l’échelle du Bassin parisien et dans les région limitrophes qui en sont dépourvues.

2) « Economie des travertins dans l’antiquite romaine : des sources écrites a son exploitation dans la construction. »
Julien Curie et Christophe Petit

Résumé :
« J’aurais bien d’avantage d’admiration, dit-il, si vous les eussiez construits avec de la pierre de Tibur ». Telle est rapportée par Pline l’Ancien dans son Histoire Naturelle (XXXVI, 5), la plaisanterie de Cicéron devant les habitants de l’île de Chio qui lui présentent alors les murs de leur ville construits en marbre local. Cette pierre de Tibur  (l’antique Tivoli, à 25 km de Rome), dont le terme travertin découle étymologiquement, représente une roche compacte et dense, qui se forme à l’évent de certaines sources chaudes [1, 2], et qui, comme le souligne le même Pline, « supporte tout, excepté la grande chaleur, qui la fait éclater » (H.N., XXXVI, 48). Il en est de même des écrits de Vitruve, qui souligne le caractère dur et résistant de cette pierre (De L’Architecture, Livre II, VII) et relate les dépôts issus de la source chaude de Pamukkale (Turquie), qui se forment dans les rigoles creusées autour des vignes et des champs et dont se servent les habitants de la cité antique de Hiérapolis pour édifier des clôtures. Le géographe Strabon (c. 20 av. J.-C.) fait également mention de cette dernière pratique (Géographie, XIII, 4). Parallèlement à ces sources écrites concernant les travertins, il est possible d’énumérer certaines preuves archéologiques de l’exploitation de cette pierre en tant que matériau de construction. En premier lieu, les grandes carrières de travertins de Tivoli (ie. « la pierre de Tibur » des Romains) ont servi à alimenter l’antique Rome pendant plusieurs siècles, comme en témoigne leur utilisation dans la construction d’un des plus célèbres monuments que l’Antiquité romaine nous a offert, l’Amphithéâtre flavien (Colisée). D’autre part, nous connaissons des exploitations locales de ce matériau, que ce soit à proximité de la capitale de l’Empire avec, par exemple, l’exploitation des dépôts de la source thermale de Bullicame (Latium), ou dans les provinces plus lointaines de l’Empire, comme en témoignent les exemples de Hammam Biadha et Hammam Méllègue (Tunisie), édifiés à proximité immédiate d’une source thermale et exclusivement construits en travertin. L’utilisation de cette roche peut s’expliquer par ses propriétés mécaniques, sa facilité à être taillée ainsi que par sa disponibilité. Cependant, des questions subsistent quant aux qualités esthétiques recherchées, qui doivent être liées aux effets architecturaux crées dans l’agencement des blocs constituant certaines arches des bâtiments.

3) « Apport des méthodes géophysiques à la compréhension géoarchéologique du site solutréen des Petits Guinards (France, Allier) »
ASLAN Berivan, FONTANA Laure, PETIT Christophe, TABBAGH Alain

Résumé :
Le site archéologique des Petits Guinards, découvert en 1981 au bord de l’Allier, se trouve sur la commune de Creuzier-le-Vieux, (Allier, Auvergne) et s’étend sur 2ha. Ce site du Paléolithique supérieur magdalénien et solutréen, est situé sur le versant Est d’une butte calcaire Oligocène et recouvert d’une formation complexe de versant. Il est affecté par des mouvements de terrain de type solifluxion et un glissement de terrain ancien, post-glaciaire. Les vestiges mis aux jours se concentrent uniquement, en bas de pente, en positions secondaires, et présentent une stratigraphie verticale conservée. Pour comprendre la géomorphologie du site, des méthodes géophysiques (électriques et électromagnétiques) ont été associées aux données géologiques, archéologiques et topographiques (Lidar) existantes. Il en résulte un modèle de terrain à trois couches, avec détermination de l’épaisseur de chaque formation et la caractérisation de la géométrie du glissement. Cette étude pluridisciplinaire a permis d’apporter des éléments de réponse sur la localisation des vestiges archéologiques retrouvés, positionnés dans une loupe de glissement, et sur le type d’occupation du versant, en pied de falaise, au Pléistocène supérieur.

4) « Potentialités agronomiques des sols de l’Antiquité : utilisation des SIG pour transposer les critères actuels à l’étude des agro-écosystèmes passés ? »
Estelle Camizuli, Nicolas Bernigaud, François Favory, Elise Fovet, Pierre Ouzoulias, Christophe Petit, Michel Reddé

Résumé :
Le programme de recherche « Rurland » (ERC Advanced Grant, dir. Michel Reddé, EPHE) a pour objectif l’étude des espaces ruraux du nord-est de la Gaule depuis la période de la Tène jusqu’à l’Antiquité tardive. La compréhension des systèmes agro-sylvo-pastoraux anciens passe par la description des environnements dans lesquelles ils se développent. La création d’une carte des potentialités agronomiques des sols de l’Antiquité, homogénéisée à l’échelle du projet, est loin d’être une question simple puisque le sol est un système dynamique complexe. Les paramètres retenus doivent donc être considérés comme « stables » sur des temps archéologiquement longs afin d’aider à la compréhension de la gestion de la fertilité des sols en rapport avec les évolutions perçues dans les systèmes agraires de Gaule septentrionale. De nombreuses données concernant les sols actuels sont disponibles à différentes échelles (européenne, nationale, régionale). L’objectif de cette communication est de préciser quels sont les paramètres de sols qui peuvent être transposés à l’étude des agro-écosystèmes passés. Nous proposerons finalement la définition d’un indice de qualité adapté aux problématiques archéologiques basé sur l’application des méthodes d’analyses spatiales et des SIG.

Programme complet

80th Annual Meeting, Society for American Archaeology (San Francisco, 15-19 avril 2015)

Image1Dans le cadre du symposium, « Advances in the Archaeology of West Mexico and the surrounding areas », organisé par Andrea Torvinen (Arizona State University) et Nora Rodríguez Zariñán (Universidad Nacional Autonoma de México) pour le 80eme congrès annuel de la Society for American Archaeology, Michelle Elliott présente la communication, « Ritual Fires and Sacred Hearths: the management of wood resources in Postclassic Tarascan Society of the Zacapu Basin, Michoacán »

Résumé :

According to ethnohistoric sources, fire played a central role in the ritual practices of Postclassic Tarascan society. To venerate Curicaueri, the fire god and the most senior-ranking deity in the Tarascan pantheon, sacred hearths were kept perpetually burning outside temples, and the cazonci (king) was personally reasonable for obtaining the impressive quantities of wood necessary for this feat. Fuel acquisition for these fires was often embedded in other ceremonial activities, such as hunts carried out by the Tarascan nobility. Nevertheless, the sacred aspects of fire were not restricted to elite and public contexts. Commoners supplied the majority of the fuel for the temple hearths. Furthermore, domestic hearth rituals were a significant part of the day-to-day affairs of households of all social ranks. However, despite the central role of fire and fuelwood among the Tarascans, little archaeological study of these practices and their associated material culture has been undertaken. This paper presents new work focused on charcoal remains and combustion structures in a variety of contexts at the site of Malpais Prieto, in the Zacapu Basin of northern Michoacán, to elucidate how fire-related practices varied among social strata, in public vs. private contexts, and how wood resources were obtained and managed.

Programme complet

CONSTRUIRE EN TERRE : Géoarchéologie-­‐Archéologie, Séminaire de recherche et de formation doctorale (Montpellier, 24-25 février 2015)

Le « 6ème Séminaire sur l’habitat néolithique et 6ème Rencontre d’Archéologie préventive Seconde table ronde sur les constructions en terre », intitulé « CONSTRUIRE EN TERRE
Géoarchéologie-­‐archéologie », organisé par l’équipe « Préhistoire
et de la Protohistoire Méditerranéennes » de l’UMR 514O, le Labex
Archimède et les Groupes de réflexions modestes, a eu lieu à l’Université Paul Valéry (Montpellier), le 24 et 25 février 2015.

Wassel Eddargach a donné une communication intitulée : « Identification de l’usage de la terre crue dans les habitats capésiennes : l’exemple ammadiya SHM1 (Hergla-­ Tunisie) et rammadiya Kef Elzahi (Kairouan-­ Tunisie). »

Programme complet

Table ronde régionale – Enregistrement archéologique, systèmes d’information, publication (Tours, 13 mars 2015)

La table ronde régionale – « Enregistrement archéologique, systèmes d’information, publication », organisée par la DRAC Centre – Service régional de l’archéologie, l’Institut national de recherches archéologiques préventives et l’UMR 7324 CITERES – Laboratoire Archéologie et Territoires, aura lieu à Tour le 13 mars 2015.

Bruno Desachy donne la communication, « Des diagrammes stratigraphiques, oui, mais… à quoi ça sert ? Remarques sur l’expérience d’utilisation de l’outil « le stratifiant ».

Programme complet

Publications : Ostéométrie archéozoologique

Aurélia Bovron a participé à la publication de deux nouveaux articles :

Aurélia Borvon, Serge Régnault et Claude Guintard (2014). Mensurations de quelques Aurochs (Bos primigenius Bojanus, 1827)
de l’ouest de la France. Revue de Paléobiologie, Genève. 33 (2) : 549-559
Borvon_etal_2014_aurochs

Virginie JOLY, Aurélia BORVON, Chantal THORIN, Éric BETTI et Claude GUINTARD (2014). Étude ostéomorphométrique d’ensembles crâniens d’oiseaux sauvages autochtones non captifs de l’Ouest de la France : variabilité intra- et interspécifique. Bull. Soc. Sc. Nat. Ouest de la France, nouvelle série, tome 36 (4) : 211-243
Voir article

Parasite ! Paléopathogènes et parasites anciens en archéologie : Séminaires d’archéologie environnementale (10 déc 2014, Nanterre)

Le séminaire « Parasite ! Paléopathogènes et parasites anciens en archéologie », organisé par Christophe Petit, a eu lieu à la Maison Archéologie et Ethnologie, René Ginouvès le 10 décembre 2014.

Les interventions étaient le suivants :

11h00 – 12h00 BINOIS Annelise (Doctorante U. Paris 1 / Equipe Archéologies environnementales) Téteghem ‐ Carlines 3, une épizootie ovine du XIIIe siècle.

12h00 – 13h00 LEBAILLY Matthieu (MCF U. Franche ‐ Comté / Laboratoire Chrono ‐ environnement) La paléoparasitologie, à l’interface de l’archéologie et de la biologie.

14h30 – 15h30 CÔTÉ Nathalie (Doctorante U. Franche ‐ Comté /
Institut Jacques Monod, laboratoire Epigénome et paléogénome) Introduction à l’ADN ancien et à la paléoparasitologie moléculaire

Conférence invitée : « The archaeology of epizootic disease » (14 novembre 2014, Oslo)

Annelise Binois (doctorante) a été invitée à l’Université d’Oslo le 14 novembre 2014, par N.-C. Stenseth et B. Bramanti du « Center for Ecological and Evolutionary Synthesis » pour présenter une conférence intitulée « The archaeology of epizootic disease: identification and diagnosis of ovine mass mortalities in archaeological deposits ».

Résumé
Epizootic disease and other animal mass mortalities have undoubtedly been a major concern for agro-pastoral societies ever since mankind started to rely on domestic animals for subsistence, and there is ample historical evidence testifying to this fact. Archaeological evidence for such events is however almost completely lacking: hardly any sites or deposits relating to an epizootic outbreak have ever been identified or studied, and no diagnosis has to our knowledge ever been attempted.

Our research aims to address this knowledge gap by developing an interpretative framework for the understanding of archaeological animal carcass accumulations. Two questions spring to mind when faced with such a deposit: that of the origin of the deposit, ritual or mundane, and that of the cause of death involved. Using contemporary veterinary science, historical sources and bio-archaeological data, we elaborate criteria for demonstrating whether an animal carcass deposit is, or not, to be interpreted as the consequence of a mass mortality, and in the event that it is, for identifying probable diagnostic hypotheses.

Since most mortality events leave no traces on the bones of their victims, we have developed a paleo-epidemiological diagnostic approach based on indirect evidence. By a reasoned analysis of judiciously chosen historical sources, we list the most frequent causes for mass mortalities in pre-modern sheep flocks, and we establish an epidemiological profile for each of these causes, compiling its characteristics in terms of age, sex, season, terrain, etc. The same information is obtained for the archaeological assemblages by classical bio-archaeological analysis, and the profiles acquired by both methods are then compared. Statistically probable diagnostic hypotheses can therefore be identified, and be subsequently verified by further analysis, especially, when appropriate, by the identification of paleopathogens.

This presentation exposes our approach and applies it to the example of the sheep deposit from Achères (France), a 17th – 18th century pit containing the complete bodies of 18 adult and sub-adult sheep. We show that the animals quite certainly died in a mass mortality event, and suggest two possible causes of death, anthrax and grain poisoning.