L’équipe ArchéoEnv – Accueil

L’archéologie environnementale

L’archéologie environnementale étudie les interactions entre les sociétés humaines et leurs milieux. Comme l’archéologie, elle fait partie des Sciences humaines et sociales, mais elle intègre diverses disciplines des Sciences physiques et naturelles et de la géographie.

De la préhistoire à nos jours, les écosystèmes et les paysages ont évolué selon les variations environnementales dues aux modifications du climat, de la tectonique et du volcanisme, mais aussi à la transformation des milieux par l’action de l’Homme. Cette anthropisation est liée à trois facteurs principaux :
1) la paléogéographie, la mobilité et les réseaux viaires ;
2) l’habitat ;
3) l’économie des ressources en eau, animales et végétales (sauvages et domestiques), minérales.

Ainsi, l’étude de la relation entre les sociétés et le climat qui transforme leur environnement ne peut être que systémique et issue de l’archéologie environnementale. En effet, elle concerne presque tous les domaines de la société et surtout leur relation, et elle prend en considération des données issues de l’analyse de restes (naturels et anthropiques) de faune, de flore, de minéral. La question est de savoir comment comprendre certains choix et leur relation avec l’environnement, à certaines périodes et dans certains endroits. Qu’il s’agisse par exemple, du peuplement et de l’abandon des espaces, des modes d’occupation et d’aménagement choisis, de la mobilité (circulation et migrations) des individus et de ce qu’ils transportent, ou des modes d’exploitation des ressources, tout archéologue est amené à s’interroger un jour sur des thèmes qui impliquent l’environnement. Il est donc nécessaire d’identifier dans quels milieux les populations du passé ont évoluées, quelles étaient les ressources animales, végétales et minérales disponibles, la richesse des sols ou encore les contraintes climatiques et catastrophes naturelles auxquelles elles ont fait face, afin de mieux comprendre leurs modes de vie (nomade, sédentaire, rural, urbain), leurs systèmes économiques (prédation, élevage, et agriculture) et les pratiques agricoles et pastorales, les modes de gestion de l’eau, des sols et des forêt, ou encore l’exploitation de ressources minières.

Les disciplines et l’étude des restes archéologiques et naturels

Les données sont issues de l’analyse de divers matériaux d’étude, prélevés sur les sites archéologiques qui ont enregistré l’activité humaine (restes animaux, végétaux et minéraux, transformés ou non, sédiments…) et sur les sites dits naturels de l’environnement proche (tourbières, alluvions, sédiments, lacustres et marins : pollens, graines, insectes, sédiments…). De plus, l’étude des périodes historiques s’appuie également sur les sources écrites et iconographiques.

Ce champ de l’archéologie fait ainsi appel à des compétences en biologie (archéobotanique et archéozoologie), sciences de la terre (géoarchéologie, archéopédologie) mais aussi en géographie (archéologie spatiale Lidar, archéologie du paysage). L’archéologie environnementale comprend une part importante d’analyses en laboratoire : analyses chimiques (compositions élémentaires, isotopie) et analyses en microscopie (micromorphologie, MEB, palynologie (étude des pollens), carpologie (étude des graines), anthracologie (étude des charbons de bois), dendrochronologie, ichtyologie (étude des poissons), entomologie (étude des insectes), malacologie (étude des mollusques), phytolithes, etc.).

Depuis sa création au sein de l’UMR 7041 ArScAn en 2000, l’équipe Archéologies environnementales s’est développée dans les locaux de la Maison des Sciences de l’Homme Mondes (MSH Mondes) – anciennement nommée Maison Archéologie & Ethnologie (René Ginouvès) – sur le campus de l’Université Paris Nanterre. L’équipe regroupe des archéologues spécialisés dans des disciplines variées (archéozoologie, archéobotanique, géoarchéologie …) qui travaillent sur des périodes allant de la Préhistoire jusqu’à la période moderne, en passant par l’Antiquité, les âges des métaux et le Moyen-Âge. Les projets de l’équipe se déroulent en France et dans d’autres pays européens (Croatie, Grande-Bretagne, Grèce, Portugal, Roumanie, Russie…) ainsi que sur d’autres continents (Groenland, Guyane, Egypte, Israël, Niger, Mexique, Etats Unis, Tunisie) dans le cadre de programmes internationaux. L’ensemble des membres travaille donc sur le terrain, et en laboratoire en utilisant les trois salles techniques gérées par l’équipe (archéozoologie, archéobotanique, géoarchéologie).

L’équipe

L’équipe regroupe près de 72 membres et elle est actuellement co-dirigée par trois personnes : Christophe Petit, Laure Fontana, Philippe Fajon. Elle compte 24 membres permanents (4 chercheurs CNRS, 5 universitaires, 3 membres du Ministère de la Culture et 12 membres de l’INRAP), 16 doctorants et post-doctorants et 32 membres associés. L’équipe accueille dans ses locaux des étudiants du Master d’Archéologie de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, parcours « Archéologie & Environnement », qui, comme les doctorants, utilisent les salles techniques. Nous accueillons également les étudiants qui souhaitent effectuer un stage dans nos locaux, tout au long de l’année universitaire.

Voir la liste de tous les membres d’Archéologies Environnementales


Membres Université

Sophie A. de BEAUNE
Christophe PETIT
Annelise BINOIS
Michelle ELLIOTT
Fabrice GUIZARD

Membres CNRS

Anne BRIDAULT
Laure FONTANA
Jessica LEGENDRE
Pierre OUZOULIAS

Membres INRAP

Gaëlle BRULEY-CHABOT
Simon BRYANT
Kai FECHNER

Membres Ministère de la Culture

Philippe FAJON

Doctorants et Post-Doctorants

Antoine DORISON
Giulia NICATORE
Camille MAYEUX
Béline PASQUINI
Clément MENBRIVES
Céline TOMCZYK
Anaïs MUSSEAU
Marine VANLANDEGHEM

Membres associés

Aurélia ALLIGRI
Clarissa CAGNATO
Tiziana ERCOLE
Léa HERMENAULT
Jérôme SPIESSER
Corinne BECK
Estelle CAMIZULI
Millena FROUIN
Hussein MADINA
Pierrick TIGREAT
Quentin BORDERIE
Emilie CAVANNA
Alain GIOSA
J-Baptiste PEYROUSE
Ségolène VANDEVELDE
Aurélia BORVON
Guillaume ENCELOT
Ludwig GOHIN
Anaïs PINHEDE
Magali WATTEAUX