La fuliginochronologie

Une nouvelle méthode de datation des occupations préhistoriques en grotte : la fuliginochronologie

Ségolène Vandevelde (postdoctorante à l’UMR7041 ArScAn, équipe archéologies environnementales) a développé une approche micro-chronologique pionnière basée sur l’analyse des dépôts de suie : la Fuliginochronologie.

 

Ce vocable, résulte de la fusion de deux termes, l’un provenant du latin fuligo, fuliginosus : suie et l’autre du grec χρονολογία : chronologie.  Il est construit sur le même modèle que la « dendrochronologie » en raison des similitudes entre les deux méthodes, tant sur le plan technique que sur le plan de la résolution temporelle des données qu’elles produisent (Vandevelde, 2019).

En effet, lorsque la matrice est constituée par des dépôts carbonatés, la résolution d’enregistrement peut atteindre une précision annuelle (avec formation d’un doublet de calcite par an, un peu comme les cernes des arbres – Vandevelde et al., 2021). Les enregistrements peuvent également être relativement longs, potentiellement séculaires. Les dépôts carbonatés, et particulièrement les spéléothèmes, ont donc jusqu’à très récemment surtout été étudiés pour leur potentiel d’archive paléo-environnementale de haute résolution.

Sur un site archéologique en cavité, les dépôts de suie sont généralement des traces d’origine anthropique (Vandevelde et al., 2018 et références incluses). Le principe est le suivant : les humains viennent dans la cavité, ils font du feu, de la suie se dépose sur les parois et est fossilisée par des revêtements calcaires ; ces traces de suie sont les marqueurs des occupations humaines (pyrogéniques) dans la cavité. Ainsi, l’étude de cet objet géoarchéologique peut-elle aussi fournir de nombreuses informations d’ordre anthropologique (Vandevelde et al., 2017)

 

Dans les contextes karstiques, les formations carbonatées fuligineuses (i.e. chargées de suie) sont ainsi à la fois des archéologiques archives et paléo-environnementales qui permettent d’étudier, avec une même temporalités, sociétés et environnements.

L’observation de lames minces et/ou de sections polies réalisées dans l’axe de croissance des concrétions fuligineuses peut révéler une multitude de fins films de suie (parfois de quelques micromètres d’épaisseur, nécessitant une observation microscopique). Ces séries de films de suie sont autant de témoins des nombreuses occupations de la cavité. Elles sont documentées graphiquement, à partir de photographies, sous forme de schémas en « code-barres », sur lesquels les traits continus noirs représentent les films de suie et l’espace qui les sépare correspond aux lamines carbonatées cristallisées en l’absence de fréquentation humaine. Si seules des séquences partielles sont inventoriées, ces « codes-barres » peuvent être mis en correspondance afin de reconstruire la totalité de la chronique des occupations humaines dans la cavité (voir Vandevelde et Dupuis, 2017). Le décompte des films de suie inscrits dans ces chroniques permet de déterminer le Nombre Minimum d’Occupations (NMO) dans la cavité.

Lorsque les concrétions fuligineuses sont constituées de doublets de calcite annuels, la chronique peut être indexée sur le calendrier annuel de précipitations des carbonates. La chronique indexée constitue une sorte de calendrier des occupations humaines, porte d’accès pour les études de mobilité, en autorisant l’accès à sa dimension temporelle en rendant notamment possible l’identification de phases d’occupations, de rythmes de passages et des saisons d’occupations sur le site. Quant à la datation directe des dépôts de suie ou des carbonates, elle peut permettre d’inscrire la chronique des occupations dans le cadre d’une chronologie absolue (Vandevelde, 2019).