GT1 – Exploitation des ressources et des milieux

Ce premier niveau prend en compte la matière comme objet principal d’étude. Il se situe donc au niveau de l’objet ou de la structure anthropique ou géoarchéologique individualisée.

1. Alimentation : origine et consommation

  • L’exploitation des ressources végétales, qu’elles soient sauvages ou à divers stades de sélection et de culture, est caractérisée par l’analyse des restes isolés dans les lots provenant de fouilles. Leur analyse permet de définir ou de préciser les pratiques et techniques agricoles dans une démarche pluridisciplinaire convoquant les sciences agronomiques, d’histoire des techniques, d’histoire sociale et de comparatisme ethnographique.
  • Les ressources animales, dont l’analyse des restes fournit une image des pratiques de chasse et d’élevage, sont également étudiées dans une même démarche mono- puis pluridisciplinaire. Elle autorise en outre ponctuellement une mise en évidences des épizooties, véritable passerelle vers les travaux conduits dans le milieu vétérinaire.
  • L’alimentation des populations peut être abordée à partir de l’assemblage des ressources frumentaires disponibles en évoquant les préparations culinaires, dont des restes archéologiques sont parfois avérés, et les techniques de transformation alimentaire attestées. Une ouverture sur l’organisation sociale (statut social différencié des populations en fonction de l’alimentation) peut également être envisagée.

2. Artisanat et construction : matières animales et végétales, métaux, roches, eau

Les nombreux matériaux utilisés par les sociétés du passé suivent chacun une chaîne opératoire composée de plusieurs étapes : acquisition (préhension, collecte, extraction), production (fabrication, traitement, process) et mise en œuvre (transformation en outil, préparation à l’utilisation, conditionnement). L’analyse et la caractérisation de chacun des étapes de ces chaînes opératoires sont des études encore à développer dans notre équipe.

  • Les matières dures et molles animales forment un premier ensemble étudié par notre équipe. Matières grasses animales, peaux, os, elles sont indispensables dans bien des domaines, en particulier de la vie domestique, et sont susceptibles de témoigner des statuts sociaux et des développements technologiques.
  • Les combustibles d’origine végétale et/ou minéraleforment une thématique spécifique de notre équipe en raison des capacités offertes par les vestiges archéologiques conservés par le biais de processus de combustion. Leur étude fournit des informations tant sur la sélection des produits utilisés comme combustibles que sur les traitements subis par ceux-ci pour les rendre utilisables.
  • L’usage de roches, les techniques d’extraction et les chaînes opératoires de production de métalpeuvent être un autre sous-axe suivant les contextes auxquels sont confrontés les membres de l’équipe.
  • L’étude des matériaux de constructions (minéraux, végétaux ou manufacturés) permettent d’ouvrir une interface de travail avec les spécialistes de l’archéologie du bâtiqui trouveront ainsi une place dans notre équipe.

3. Exploitation des milieux

Par l’exploitation des ressources de son environnement plus ou moins proches, chaque société humaine a su tirer parti avec plus ou moins de succès de son milieu de vie. Les choix des ressources utilisés peuvent dépendre de plusieurs phénomènes qui sont pris en compte par notre équipe.

  • La biodiversité peut être partiellement caractérisée par l’analyse des cortèges faunistiques et/floristiques anciens. La connaissance des biotopes actuels peuvent permettre une lecture a posteriori des biotopes anciens par similitude et utilisation de concepts, tels que ceux de la phytosociologie ou des chaînes trophiques.
  • Les changements environnementaux du passé peuvent être approchés par les comportements opportunistes des sociétés humaines trouvant un nouvel usage à tel ou tel élément composant son environnement.
  • Les milieux humides et aquatiques sont des contextes très favorables à la conservation des écofacts. Ils constituent pour eux-mêmes des milieux spécifiques dont l’analyse nous renseigne sur l’utilisation qui en est fait et sur les ressources qu’ils produisent ; ils fournissent de plus des référentiels pour d’autres milieux moins favorables.