GT2 – Aménagement, structuration et temporalités des espaces

Ce second niveau d’étude prend en compte l’association des éléments archéologiques : matière, matériaux, structures, connections, réseaux. La compréhension de la structuration des éléments composant un ensemble, dans une démarche souvent systémique, permet de proposer des usages et des modes de fonctionnement dans chacun des domaines suivants. Cette partie prend une place de plus en plus importante dans les travaux de notre équipe. Elle devrait encore être valorisée.

1. Identification et fonction des structures, des espaces et des temporalités multiples

  • Développement des outils-techniques-méthodes : identifier espaces, structures. C’est-à-dire savoir utiliser les bonnes méthodes d’analyse pour identifier les fonctions et les usages des témoins archéologiques. L’important panel de disciplines associées au sein de notre équipe permet de couvrir un large spectre de techniques anciennes et d’en développer de nouvelles.
  • Développement des outils-techniques-méthodes : temps et chronologie. Les outils de détermination chronologique, de calage de ces chronologies (calibration, référentiels) doivent être maîtrisés par les membres de notre équipe, et, dans certains cas, leur développement peut être un domaine d’activité spécifique pour quelques chercheurs.

2. Espace rural de production : habitats, espaces agro-pastoraux et forestiers

  • Organisation parcellaire et viaire : l’analyse des structures d’organisation du territoire est un volet de recherche de notre équipe depuis sa création. L’un des usages récurrents des techniques développées en archéogéographie aborde justement la compréhension des territoires et de leur organisation à l’échelle de l’exploitation agricole et de ses terres ou du terroir villageois. Elle convoque les objets géo-historiques déjà existants pour les critiquer, éventuellement les remettre en question et en développer de nouveaux, si nécessaire, parfois sous la forme de géofacts, objets intellectuels partagés facilitant l’échange pluridisciplinaire.
  • Habitat rural et peuplement : organisation spatiale à différentes échelles. La démarche multi-scalaire et l’usage des outils de la géographie spatiale sont utilisés pour étudier les dynamiques de peuplement, choix d’implantation des habitats ou des zones d’activités que ce soit pour l’agriculture, le pastoralisme, l’artisanat ou l’industrie.
  • Aménagement hydrauliques et gestion de l’eau. Dans une lecture dynamique de l’espace, l’eau tient un rôle particulier. La prise en compte de sa proximité est un critère essentiel à la compréhension des processus opportunistes et/ou déterministes d’organisation d’un terroir. Son besoin dans certains schémas techniques (production d’énergie, tannage, irrigation, …) et la nature de l’eau présente (stagnante, courante, torrentielle, turbide) conditionnent également le développement spatial et temporel du système social.

3. Le milieu urbain : développement urbain de l’Antiquité à nos jours

  • Développement des villes : l’analyse spatiale du passé d’une ville passe par la cartographie des éléments de patrimoine historique connus mais aussi par l’usage qui est fait des espaces. En cela, les archéologies environnementales jouent un rôle important par la caractérisation des activités et les contraintes ou avantages que celles-ci génèrent. Le développement urbain est un lieu privilégié d’utilisation des outils de l’archéogéographie, en association avec les sources historiques et la documentation archéologique.
  • Aménagements hydrauliques, gestion de l’eau : comme en contexte rural, la présence de l’eau et ses qualités sont pris en compte par les travaux de notre équipe. Mais plus encore, en contexte urbain, le réseau hydraulique est susceptible de jouer un rôle de générateur de formes (morphogène) dans le dessin de la trame urbaine et dans son développement. Est-ce la rivière qui construit la ville ou la ville qui transforme la rivière ?

4. Mobilités, réseaux, territoires

  • Mobilité des groupes de chasseurs-collecteurs : cet aspect est développé dans le cadre de l’étude des systèmes économiques des sociétés du Paléolithique supérieur et du Mésolithique  d’Europe et du Proche-Orient. Il est abordé par l’analyse des environnements (chronologie et représentation des espèces, prise en compte des données isotopiques) et des stratégies de chasse (saisonnalité et choix des individus), réalisée dans une perspective d’intégration des autres composantes du système culturel (exploitation globale de l’animal, origine des matières premières lithiques, fonction des sites).
  • Réseaux et flux : la dynamique d’une portion de territoire, dans la longue durée, dépend grandement des échanges entre ce territoire et ses voisins, ainsi que des nombreux flux qui le parcourent. Si on pense avant tout aux transports de marchandises ou aux mouvements de populations dessinant les réseaux routiers, il ne faut pas laisser de côté les importants réseaux de pouvoir et de circulation des idées qui participent également à la structuration du territoire.
  • Territoires : sans entrer dans l’utilisation des éléments de culture matérielle, les travaux de notre équipe peuvent permettent la caractérisation de territoires définis par leur organisation, leur morphologie et les usages de l’espace qui y sont fait.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search