GT3 – Interaction sociétés milieux

Les projets développés par notre équipe visent souvent à dépasser la simple acquisition de connaissances ou de compréhension d’un espace donné. Les objets, supports de nos réflexions, qu’il s’agisse de géofacts, d’écofacts ou d’artéfacts, ne sont que des représentations ou des témoignages des relations entre l’homme et son environnement. Ce qu’il représente est donc sujet à discussion. Et la déconstruction de certains, ou leur renforcement, en en pratiquant une analyse critique sur ce qu’il représente réellement nous amène à faire évoluer nos propres disciplines.

1. Une approche systémique et globale dans la longue durée 

  • L’objectif commun à tous les membres de notre équipe pourrait être exprimé comme suit. Nous cherchons à comprendre les modalités spatiales et temporelles des interactions sociétés-milieux. Ceci sous-entend que le temps et l’espace joue chacun un rôle complémentaire dans l’organisation du territoire en y plaçant des rythmes, des modules parfois reproductibles, des crises ou points durs, et des morphogènes et des héritages. Cette approche nous oblige à une rigueur dans le débat ainsi que dans la définition des outils techniques ou réflexifs utilisés.
  • Il importe de structurer un débat autour de conceptions multiples : co-évolution, co-construction, écologie culturelle, anthropologie de la nature… La présence d’un échange sur la terminologie et les définitions d’un vocabulaire interdisciplinaire est une étape indispensable et pourtant difficile. Les questions comme : faut-il considérer l’homme comme une composante de la nature ? La nature a-t-elle besoin de l’homme pour évoluer ? Les paysages sont-ils des héritages des sociétés humaines ?, forment les questions irrésolus qui bien souvent animent notre groupe.

2. La transformation des milieux/environnements

  • Par certains angles d’approche particuliers, les débats évoqués précédemment peuvent être enrichis. Les réponses des sociétés aux changements environnementauxen forme un volet. Il s’agit parfois de phénomène paroxystiques ou de crise, parfois s’inscrivant dans une durée qui dépasse la perception humaine.
    • Les modifications des milieux et des climats du Pléniglaciaire et de l’Holocène, les événements géodynamiques (climat, tectonique, volcanisme) peuvent en être les expressions.
  • Une conséquence de l’anthropisation
    • L’étude de l‘évolution des espaces habitables, en extension, en réduction, mobiles ou statiques, pousse à la modélisation de ceux-ci. Ces phénomènes sont-ils influencés par des modifications de l’environnement, ou bien ne sont-ils que le fruit de changement des modes de vies conduit par un déterminisme social ? Quelle influence sur le milieu, et quelle réversibilité de celle-ci peut-on lire ? L’homme s’adapte à son environnement tout en l’adaptant à ces besoins. C’est la conjugaison de cette double lecture qu’il nous faut encore apprendre à voir.
    • L’impact des activités agro-pastorales sur le milieun’est qu’une des facettes, actuellement privilégiée. Il ne faut pas en dissocier l’étude de l’adaptation de ces mêmes activités. C’est la seule méthode afin d’ouvrir le débat avec les actualistes et de tenter de comprendre l’évolution actuelle de nos pratiques agricoles.
    • L’analyse des modifications des paysages a été et reste un axe de réflexion privilégié dans notre équipe. Mobilisant tous les outils et méthodes déjà développés auparavant, il ouvre des capacités de vulgarisation et à la création d’outils de médiation. Les travaux menés conjointement avec les paysagistes nous placent à l’interface entre sciences humaines, ingénierie et aménagement du territoire. Les caractérisations d’un territoire, par la nature de ces occupations humaines, par son organisation morphologique, en tenant compte des critères biologiques végétaux ou faunistiques, participent à ce qui fait l’identité de ce territoire et permet à ses habitants de s’y reconnaitre.

3. Interaction des dynamiques environnementales et sociales : perceptions, représentations et pratiques

Parfois, les dynamiques environnementales provoquent des évolutions dans le fonctionnement de la société humaine par le biais des représentations. Le statut de l’animal en est une des composantes étudiées par notre équipe sur le temps long. Il en est de même pour le statut des lieux comme de celui des individus. Des réflexions autour du rôle de l’animal dans la société, sorte de charnière entre l’homme et son milieu naturel, sont encore à développer. De même, le rôle des marqueurs de l’espace en tant que topospermet-il de construire une image de la perception de l’espace habité par ceux qui l’animent.

Les pratiques sociales et symboliques, les stratégies de pouvoirqui peuvent en découler sont perceptibles dans les évolutions des relations société-milieu. La caractérisation des sièges de pouvoir élitaire, de l’étendue géographique de leur(s) pourvoir(s) et de leur réseaux, le rôle des pratiques cynégétiques, les relations des pratiques funéraires avec l’environnement, les marqueurs du rôle spécifique du genre sont des pistes de recherche qui restent encore à développer.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search